Navigation – Plan du site
Chroniques
Repérages

Les Juifs de Tunisie

Martin Messika, Mônica Raisa Schpun et Colette Zytnicki
p. 143-145

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Une migration postcoloniale
De relations familiales difficiles
Des parcours d’intégration différents

Aperçu du début du texte

La période qui suit la décolonisation des pays du Maghreb voit une migration massive des populations juives tunisienne, marocaine et algérienne. Composée de près de 100 000 personnes en 1954, la judaïcité tunisienne se dirige principalement vers Israël et la France. À la fin des années 1970, près de 50 000 personnes avaient migré vers l’ancienne puissance coloniale, témoignant ainsi de la francisation des populations juives du protectorat, dont une partie (25 % à la veille de la décolonisation) était de nationalité française. Ces départs ont lieu de manière graduelle entre les années 1950 et la fin des années 1970, avec un pic en 1961, lors de l’affrontement franco-tunisien qui se déroula à Bizerte.

Une migration postcoloniale

Le contexte de crise ouvert par le processus de décolonisation a eu son rôle dans le déclenchement de la migration. L’un des « clients », M. B., évoque le pillage de son magasin (même si le fait n’est pas attesté). On sait également que le retour des Français de...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martin Messika, Mônica Raisa Schpun et Colette Zytnicki, « Les Juifs de Tunisie », Hommes et migrations, 1312 | 2015, 143-145.

Référence électronique

Martin Messika, Mônica Raisa Schpun et Colette Zytnicki, « Les Juifs de Tunisie », Hommes et migrations [En ligne], 1312 | 2015, mis en ligne le 31 mai 2016, consulté le 23 juin 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/3529

Haut de page

Auteurs

Martin Messika

Docteur en histoire contemporaine, université Paris-I Panthéon-Sorbonne et université du Québec.

Mônica Raisa Schpun

Chercheure à l’EHESS (CRBC/Mondes américains).

Colette Zytnicki

Professeur des universités en histoire contemporaine, université Toulouse Jean Jaurès).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org