Navigation – Plan du site
Chroniques
Cinéma

Un si beau voyage

Film franco-tunisien de Khaled Ghorbal
André Videau
p. 198

Texte intégral

1Même pour ses jeunes copains et compatriotes Mansour et Karim (Aboubacar Eros Sissoko et Abdelhafid Metalsi), Mohamed, travailleur retraité tunisien, garde une part de mystère. Depuis des années, il n’a pas quitté le foyer où il a son logement et ses habitudes. Toujours tiré à quatre épingles (ah ! l’art de lessiver les chemises dans un lavabo et de les faire sécher sans un pli !), c’est un chic type, qui ne refuse jamais de donner un coup de main ou de prodiguer un conseil, ou de partager un bon petit gueuleton. Ses pieux camarades respectent l’autorité, le savoir et le prestige de l’ancien, même quand il les convie à boire un coup et remplace le couscous par la paella (dont il sert délicatement à part l’indispensable chorizo). De sa vie sentimentale, on ne sait rien. Ou pas grand-chose. Une liaison, douloureusement interrompue avec Pilar, “l’Espagnole” (Assumpta Serna), quelques visites furtives aux prostituées.

2Et puis cette apparente sérénité va basculer devant le diagnostic sans appel du médecin consulté à l’hôpital Avicennes. Jusque-là, il avait refusé de prendre au sérieux une douleur lancinante dans la poitrine. La vie change de couleur. Le monde rétrécit et enlaidit. “Et si vous alliez faire un petit séjour au bled ?” conseille sans illusion la cardiologue. Contre toute attente, Mohamed accepte. Il prend même une décision radicale. Son retour sera définitif. Il rend une visite d’adieu à Pilar qui a refait sa vie. Malgré la tendresse encore vive, il y des blessures dont on ne guérit pas.

3Pour partir plus léger, il partage ses modestes biens entre ses deux amis. Voilà totalement effacée la parenthèse de l’émigration. Il n’a fait place nette que pour le vide. L’accueil du pays natal, après dix-sept ans d’absence, le désespère davantage. Les gens sont sournois, avides, indifférents. Et s’il poursuivait l’ascèse en marchant dans le désert ? Le vent et le sable effaceront les traces de ce si beau voyage sans retour.

  • 1 Spectacle burlesque donné en 1982, où le duo de comédiens mettait en boite le cinéma américain aéro (...)

4Ce film austère est sans doute une allégorie de l’immigration. Sa revendication de la liberté jusqu’à l’extrême du suicide ne manque pas de noblesse, mais c’est par la présence fulgurante et fragile de Farid Chopel qu’il nous touche le plus. L’acteur allait mourir quelques semaines après la fin du tournage. Il avait déjà ce profil glabre, ce visage émacié, cette silhouette dégingandée. Remercions l’auteur de lui avoir fourni son plus beau rôle, au terme d’une carrière trop courte et chaotique, et souvenons nous de ce Buster Keaton, impavide et mutique, capable, avec son complice Ged Marlon, de déchaîner Les aviateurs dans une cascade de rire.1

Haut de page

Notes

1 Spectacle burlesque donné en 1982, où le duo de comédiens mettait en boite le cinéma américain aéronautique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Videau, « Un si beau voyage », Hommes et migrations, 1279 | 2009, 198.

Référence électronique

André Videau, « Un si beau voyage », Hommes et migrations [En ligne], 1279 | 2009, mis en ligne le 29 mai 2013, consulté le 23 juin 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/354

Haut de page

Auteur

André Videau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org