Navigation – Plan du site
Chroniques
Livres

Boualem Sansal, 2084. La fin du monde

Gallimard, 2015, 274 pages, 19,50 €
Mustapha Harzoune
p. 159-160
Référence(s) :

Boualem Sansal, 2084. La fin du monde, Gallimard 2015, 274 pages, 19,50 €.

Texte intégral

1C’est un grand classique des critiques et des « professionnels de la parole » que de tirer la couverture à soi, de se donner le beau rôle et bonne conscience (historique, civilisationnel, etc.), de s’affranchir et de gommer les subtilités d’une œuvre pour y aller franco en criant haro sur l’Autre et, en l’occurrence, son islam de dégénérés. Cela fait du bien, rassure, et tout n’est pas à jeter. 2084 est pour le coup un bel os. Pour autant, il ne faudrait pas s’arrêter là et réduire l’œuvre à sa réception, et l’écrivain à un rôle de “bon client” des plateaux et des gazettes.

2Certes, il est difficile de ne pas lire dans 2084 une description (et non une prévision et encore moins une prophétie) de l’emprise et des mécanismes totalitaires déjà à l’œuvre ici et là. Boualem Sansal est de ce peuple algérien meurtri par la terrible décennie 1990 et averti de ce qui en a constitué les prémices. Esprit libre et indépendant, il ne confond pas critique de la religion avec ce que d’autres (perroquets) réduisent et dénoncent comme étant de l’islamophobie. Il ne faudrait pas, a contrario, renvoyer l’écrivain à ses commentateurs trop heureux d’agiter leur hochet civilisationnel, d’autant plus bruyant qu’il est amnésique.

3Pour autant, 2084 traite bien d’un totalitarisme orwelien version islamiste. Nous sommes dans un empire encore imaginaire, l’Abistan, dominé par le Grand Commandeur entouré des 40 Honorables de la Juste Fraternité et des agents de l’Appareil capables d’épier les moindres pensées en s’insinuant dans les crânes « grâce à un appareil télépathique ». Un seul livre renferme le passé et le futur et édicte les règles éternelles, le saint Gkabul, dans lequel Abi a consigné ses divins enseignements. Pour les ouailles abistanes, « Yölah est grand et Abi est son fidèle Délégué ». L’abilang, la langue « nationale exclusive omnipotente », y est sacralisée, divinisée. Elle a remplacé la langue d’avant, « une langue très belle, riche, suggestive… comme elle inclinait à la poésie et à la rhétorique, elle a été effacée de l’Abistan, on lui a préféré l’abilang, il force au devoir et à la stricte l’obéissance ». C’est par une longue et patiente description de cette organisation, la mécanique du pouvoir, l’enchevêtrement des instances de contrôle, la multiplicité des dispositifs sécuritaires, que s’ouvre le roman. Trois grains de sable – les universelles liberté, vérité et poésie –, incarnés par Ati, Nas, et Koa, enrayeront – peut-être – la mécanique trop bien huilée. 2084 est tout cela. Et plus encore.

4Le roman invite aussi, explicitement, à réfléchir, à “déconstruire”, ce qui structure nos cadres conceptuels et nos imaginaires depuis au moins le XIXe siècle, à commencer par les notions de peuple, d’identité ou de frontière. Il est difficile de ne pas lire 2084 sans penser à ce qui fait notre longue actualité et à ses retombées médiatiques et politiques : l’instrumentalisation des peurs ; l’avancée des ignorances ; le mensonge fait argument ; les ressorts de la soumission ; les réductions et les raccourcis imposés par une autre novlangue, celle des médias, des réseaux sociaux et des estrades ; les logiques binaires et la production de boucs émissaires ; le retour distinctif et exclusif du Je et de l’Autre qui construit l’image mentale de peuples désindividualisés, essentialisés…

5Si 2084 dénonce avec force l’islamisation, il met aussi en garde les démocraties contre les pourrissements en cours. Nous serions tous dans le même bain : Sud ET Nord, Occident ET Orient, religieux ET laïcs, croyants ET athées… Véhiculant les mêmes peurs, supportant les mêmes détresses, portant les mêmes impasses. De ce point de vue, 2084 est aussi une invitation à dépasser la frontière. Comme Ati à la fin de ce roman, qui est d’abord et avant tout le roman d’un grand écrivain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mustapha Harzoune, « Boualem Sansal, 2084. La fin du monde », Hommes et migrations, 1312 | 2015, 159-160.

Référence électronique

Mustapha Harzoune, « Boualem Sansal, 2084. La fin du monde », Hommes et migrations [En ligne], 1312 | 2015, mis en ligne le 02 juin 2016, consulté le 30 avril 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/3543

Haut de page

Auteur

Mustapha Harzoune

Journaliste

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org