Navigation – Plan du site
Chroniques
Cinéma

L’aube du monde

Film franco-irakien de Abbas Fahdel
André Videau
p. 199

Texte intégral

1On les appelle “les Arabes des marais”.Ils sont une petite peuplade, les Maadan, dispersée aux frontières de l’Iran et de l’Irak, dans les méandres marécageux des deltas du Tigre et de l’Euphrate. À l’archaïsme de leur situation due à la pauvreté, à l’insalubrité de leurs cases lacustres, s’est ajouté l’insécurité des conflits incessants secouant la région.

2Irakien natif de Babylone, initié au cinéma à Paris, Abbas Fahdel a écrit et réalisé L’Aube du monde, son premier long-métrage, pour rendre hommage à ces compatriotes méconnus (disparus ?).

3Ces temps-ci, ce sont les conséquences de la guerre du Golfe qui viennent perturber l’humble existence des habitants et fracasser, à l’image de l’arbre du premier plan, un paysage qu’on aurait pu croire immuable.

4Zahra, l’orpheline (Dieu soit loué ! c’est le retour de la radieuse Hafsia Herzi, inoubliable interprète de La Graine et le Mulet d’Abdelhafid Kéchlche) et son cousin Mastur (Waleed Abou Magd) se sont élevés ensemble dans une tendre promiscuité. Rien ne s’oppose maintenant à ce qu’ils donnent libre cours à leur inclination mutuelle.

5Mais la situation se dégrade et la guerre fait rage. Omniprésent par voie d’affiches, Saddam Hussein ne rigole pas.

6Tous les hommes en âge de combattre sont mobilisés. L’armée du raïs traque les déserteurs, aborde au moindre archipel, fouille le moindre pavillon de roseaux. Le mariage de Zahra et de Mastur ne sera pas consommé.

7Conformément au tragique pressentiment de sa mère (Hiam Abbas, madone sans rivale des cinémas arabes), Mastur ne reviendra pas du front. Il explose sur un champ de mine. Avant de mourir dans ses bras, il confie à son ami Riad, le bagdadi (Karim Salem), sa veste de cuir, son miroir de poche et surtout le souvenir de Zahra et la promesse de l’épouser.

8Ces sauf-conduits seront-ils suffisants pour se faire accepter des Maadan, paysans endogames farouches, ennemis jurés de tous les citadins irakiens et de tout ce qui représente leur État oppresseur ?

9Abbas Fahdel a filmé cette belle histoire avec la simplicité de plans presque fixes, comme pour repousser les échéances d’une minorité condamnée, ajourner la fin d’un monde vers de possibles recommencements.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Videau, « L’aube du monde », Hommes et migrations, 1279 | 2009, 199.

Référence électronique

André Videau, « L’aube du monde », Hommes et migrations [En ligne], 1279 | 2009, mis en ligne le 29 mai 2013, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/355

Haut de page

Auteur

André Videau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org