Navigation – Plan du site
Dossier

Les O. S. immigrés à l’écran

Les luttes de la « première génération » lors des conflits de l’automobile (1981-1984)
Stéphane Kronenberger
p. 45-53

Résumé

Des grèves éclatent dans l’industrie automobile dès l’automne 1981, mais l’année 1983 constitue un tournant marqué par des conflits à Renault Flins, Citroën Aulnay et surtout Talbot Poissy. L’analyse des images de la couverture télévisuelle de l’événement met en exergue la volonté de la « première génération » des O. S. immigrés de revendiquer son droit à la dignité et à l’égalité. Mais l’adoption d’une politique économique de rigueur et l’attitude ambiguë de certaines centrales syndicales font voler en éclats ces aspirations légitimes à l’intégration dans la société française.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Des grèves calmes et tranquilles ?
Les espoirs d’une intégration à la classe ouvrière française (janvier-juin 1983) 
Dignité et égalité
L’islam en question
La « disparition » des ouvriers immigrés (juillet 1983-janvier 1984)
Vers un affrontement entre Français et immigrés
Quand les fils remplacent les pères
Conclusion

Aperçu du début du texte

Après la Seconde Guerre mondiale, l’industrie automobile, où le taylorisme règne désormais en maître, emploie de nombreux O. S. immigrés. Recrutés en grande partie au Maroc, mais aussi dans les autres pays du Maghreb ou en Turquie, ces paysans analphabètes constituent une main-d’œuvre corvéable à merci à laquelle sont confiés les travaux pénibles et les tâches répétitives ne requérant presque aucune qualification. Or, depuis le premier choc pétrolier de 1973, la crise s’installe et se traduit dans ce secteur par un phénomène de concentration provoque de nombreuses suppressions d’emplois. Entré au capital de Citroën en 1974, Peugeot rachète définitivement l’entreprise en 1976, et fait de même deux ans plus tard avec Chrysler France (ex-Simca) bientôt rebaptisée Talbot. Ces acquisitions font notamment entrer dans son giron les usines de Poissy et Aulnay employant au moins une moitié d’étrangers, dont les trois quarts des ouvriers travaillent à la chaîne. Le second choc pétrolier, cons...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Kronenberger, « Les O. S. immigrés à l’écran », Hommes et migrations, 1313 | 2016, 45-53.

Référence électronique

Stéphane Kronenberger, « Les O. S. immigrés à l’écran », Hommes et migrations [En ligne], 1313 | 2016, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 26 avril 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/3559 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.3559

Haut de page

Auteur

Stéphane Kronenberger

Post-doctorant à l’université d’Aix-Marseille (TELEMME).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org