Navigation – Plan du site
Chroniques
Livres

Charles Masson, Droit du sol

Éd. Casterman, 2009, 437 pages, 24 euros
Mustapha Harzoune
p. 200-201
Référence(s) :

Charles Masson - Droit du sol, Bruxelles, éd. Casterman, 2009, 437 pages, 24 euros

Texte intégral

1À Mayotte, collectivité d’outre-mer en passe de devenir le 101e département français en 2011, le droit commun français a vocation à s’appliquer. Pour autant, en matière d’entrée et de séjour des étrangers, de droit du travail et de protection sociale, tel n’est pas encore le cas. François Baroin en septembre 2005 et Christian Estrosi en février 2007 voulaient étendre cette exception au droit du sol en privant les étrangers nés à Mayotte du droit de devenir français.

  • 1 Ces données sont tirées de Cette France-là, Paris, La Découverte, 2009, à l’exception de l’année 20 (...)

2Il faut dire qu’il y aurait à Mayotte entre 45 000 et 55 000 clandestins sur une population de 185 000 habitants et que les tensions entre la société mahoraise et cette immigration clandestine, anjouanaise majoritairement, sont nombreuses. Alors, c’est avec zèle que sur l’île mahoraise on traque les clandestins et qu’on expulse à tour de bras, y compris des mineurs (7 714 expulsés en 2005, 16 246 en 2006, 16 174 en 2007 et 13 521 en 20081).

3L’île d’Anjouan, d’où part le gros des candidats à l’émigration, est distante de soixante-dix kilomètres seulement. En 1995, l’instauration par le gouvernement Balladur d’un visa obligatoire a fait les beaux jours des filières de passeurs et accru les risques pour les clandestins. Le visa Balladur n’a pas stoppé les traversées. Ils sont toujours des milliers, chaque année, à tenter d’accoster du côté de Mayotte, embarqués à trente, quarante voire cinquante, hommes, femmes et enfants, sur un kwassa, une barque de pêche traditionnelle.

4Dans Droit du sol, Charles Masson raconte tout cela. Le dessinateur et scénariste puise dans son quotidien et son expérience professionnelle de médecin la trame de ses récits, la véracité des témoignages et le sel de ses dessins. Le réalisme n’interdit pas les émotions et Charles Masson a su créer des personnages attachants, profondément humains. Droit du sol raconte la clandestinité, les tensions entre communautés. Il dresse aussi le tableau peu reluisant d’une société néocoloniale, où échouent également quelques paumés de la métropole, quelques spécimens de racistes en tout genre, de magouilleurs ventripotents et autres débauchés avinés… C’est dans ce coin de l’océan Indien que Danielle, la sage-femme idéaliste, débarque. Ce spectacle, mis en scène par quelques-uns de nos concitoyens, elle le résume d’une formule : “Je suis venu pour donner, pas pour prendre ni me terrer.

5L’intérêt de cet album instructif tient à ses personnages, à leur fragilité et au mouvement des existences croquées par Charles Masson. Il y a Serge, le frustré adipeux, Pierre, le toubib, parti plus pour prendre quelque distance avec son épouse que pour soigner une humanité dans le besoin, ou encore Jacques, l’héroïnomane en mal de sevrage. Tous s’éprennent qui de Lucie, qui d’Anissa ou de Marie, belles beautés des îles et clandestines en quête de mariage… ou pas.

6Droit du sol, pour être franchement à charge contre la “médiocrité ambiante”, contre cette “France de Pétain” à la sauce mahoraise et contre la politique de Nicolas Sarkozy, n’en est pas pour autant manichéiste : tous les Blancs ne sont pas mauvais et l’autochtonie, la couleur de la peau ou la religion – ici l’islam des prédicateurs – ne vaccinent pas contre la bêtise. Masson, le toubib, raconte les fantasmes sexuels, la fin de la gratuité des soins pour les clandos, la transformation des médecins en “kapos”… Mais tout cela se passe bien loin de la métropole… Les dessins, en noir et blanc, vont à l’essentiel. Direct et sans fioritures, le coup de crayon, comme le propos, n’est pas sans tendresse.

Haut de page

Notes

1 Ces données sont tirées de Cette France-là, Paris, La Découverte, 2009, à l’exception de l’année 2008 (source : ministère de l’Immigration).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mustapha Harzoune, « Charles Masson, Droit du sol », Hommes et migrations, 1279 | 2009, 200-201.

Référence électronique

Mustapha Harzoune, « Charles Masson, Droit du sol », Hommes et migrations [En ligne], 1279 | 2009, mis en ligne le 29 mai 2013, consulté le 24 mars 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/356

Haut de page

Auteur

Mustapha Harzoune

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org