Navigation – Plan du site
Dossier

Les harkis en 1983

Discours médiatiques et représentations sociales
Abderahmen Moumen
p. 55-61

Résumé

Groupe social formé en France en 1962, les harkis occupent une position paradoxale au sein des immigrations postcoloniales. La complexité de leur « engagement » ou « enrôlement » durant la guerre d’Algérie, leur relégation sur le territoire français, la confusion des termes employés pour les désigner conditionnent le flou qui les entoure. 1983 constitue une année décisive dans l’apparition d’une nouvelle figure dans les médias : le « fils de harki » qui, comme l’ensemble de la « deuxième génération », est mis sur le devant de la scène médiatique en ce début des années 1980.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Harkis ou le flottement d’une dénomination
1983, les médias et les harkis : tournant ou continuité ?
L’apparition d’une nouvelle figure médiatique : le « fils de harki »
Du jeu des stéréotypes à l’enjeu politique
Le mouvement « beur » et l’uniformisation des trajectoires historiques
Conclusion

Aperçu du début du texte

Qui sont ces hommes, ces femmes, ces enfants que l’on désigne le plus souvent par le terme de harkis ? Derrière ce mot, il y a un monde confus. Le terme « harki » est un terme générique souvent employé pour désigner tous les « musulmans français » qui s’étaient placés pour diverses raisons aux côtés de l’armée française ou de la France en général durant la guerre d’Algérie (1954-1962). Cependant, ce terme ne désigne réellement qu’une catégorie de supplétifs. Cinq catégories de formations supplétives civiles ont été créées durant ce que l’on appelait les « événements » pour contribuer au « maintien de l’ordre » : les groupes mobiles de police rurale (GMPR) créés en janvier 1955, dénommés ensuite les groupes mobiles de sécurité (GMS) ; les mokhaznis (ou moghaznis) chargés de la protection des Sections administratives spécialisées (SAS) ; les groupes makhzen instaurés eux aussi en 1955 ; les « assès » (gardiens) des Unités territoriales et les groupes d’autodéfense (bénévoles et pour m...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Abderahmen Moumen, « Les harkis en 1983 », Hommes et migrations, 1313 | 2016, 55-61.

Référence électronique

Abderahmen Moumen, « Les harkis en 1983 », Hommes et migrations [En ligne], 1313 | 2016, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/3561 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.3561

Haut de page

Auteur

Abderahmen Moumen

Historien, chercheur associé au CRHiSM de l’université de Perpignan, chargé de mission à l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONACVG) sur la « mémoire de la guerre d’Algérie ».

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org