Navigation – Plan du site
Dossier

La victoire de Yannick Noah à Roland-Garros

Ou le rêve déçu d’une icône antiraciste
Stéphane Mourlane et Philippe Tétart
p. 105-112

Résumé

Le 5 juin 1983, la victoire de Yannick Noah en finale du tournoi de tennis de Roland Garros fait la joie de la France entière. En pleine crise économique et sociale, confronté à la fois à la récession et à la montée du racisme que dénoncent les enfants d’immigrés, le pays s’est trouvé une icône. Si l’embrasement médiatique fait de Noah le nouveau visage d’une société réconciliée avec elle-même, le joueur lui-même paraît réticent à endosser le symbole. Une manière d’échapper aux assignations identitaires qui surdéterminent son exploit sportif.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Les sens d’une victoire
Un héros et une vedette
Du rappel des origines aux représentations exotisées
La fabrication d’une icône
Conclusion

Aperçu du début du texte

La victoire de Yannick Noah aux Internationaux de France de tennis est assurément l’un des grands événements de l’année 1983. Un événement sportif tout d’abord. Le 5 juin, le joueur met fin « aux années de vaches maigres du tennis français ». Aucun Français n’a remporté le tournoi depuis la victoire de Marcel Bernard en 1946. Plus largement, aucun ne s’est jamais imposé dans l’un des trois autres tournois dits du « Grand Chelem ». Enfin, sur une échelle de temps plus longue, personne n’a jamais brillé comme les Mousquetaires, vainqueurs à six reprises de la Coupe Davis entre 1927 et 1932. Aujourd’hui encore, la place occupée par cette victoire dans la mémoire collective – il est vrai entretenue par la manie commémorative des médias, par la carrière de chanteur de l’ex joueur, ses actions caritatives et son retour régulier sur les terrains – souligne avec force l’importance de ce haut fait, tant en 1983 que dans le cadre plus large de l’histoire sportive tricolore.

Un événement médiat...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Mourlane et Philippe Tétart, « La victoire de Yannick Noah à Roland-Garros », Hommes et migrations, 1313 | 2016, 105-112.

Référence électronique

Stéphane Mourlane et Philippe Tétart, « La victoire de Yannick Noah à Roland-Garros », Hommes et migrations [En ligne], 1313 | 2016, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/3571 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.3571

Haut de page

Auteurs

Stéphane Mourlane

Maître de conférences en histoire contemporaine à l’université d’Aix-Marseille (UMR 7303 Telemme).

Articles du même auteur

Philippe Tétart

Maître de conférences en histoire contemporaine à l’université du Maine (VIPS - EA4636).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org