Navigation – Plan du site
Chroniques
Cinéma

Brooklyn

Film irlandais, britannique et canadien de John Crowley
Anaïk Vincent
p. 166-167

Texte intégral

1Tout récemment multi-nominé aux Oscars, Brooklyn, le poignant drame historique du réalisateur irlandais John Crowley, adapté du roman éponyme de Colm Tóibín, s’est brillamment fait remarquer dans les plus prestigieux festivals. Irlande, années 1950, la jeune et charmante Eilis Lacey (Saoirse Ronan) quitte sa petite ville natale et part à la découverte de New York. Elle trouve refuge à Brooklyn où elle ne tarde pas à rencontrer un séduisant immigré italien qui lui fait vite oublier le mal du pays. Jusqu’au jour où un terrible événement va faire basculer sa vie. Tiraillée par les fantômes du passé et ce nouvel avenir qui s’offre à elle, Eilis va devoir faire un choix décisif.

2Comment raconter au moyen de l’écriture cinématographique le déchirement inhérent à tout parcours migratoire ? Comment l’expérience de l’immigration transforme-t-elle profondément les individus ?

3Il n’y a plus d’avenir pour Eilis à Enniscorthy, petite ville du Nord de l’Irlande. Employée à mi-temps dans une épicerie, elle ne supporte plus la monotonie de sa vie étriquée de provinciale. Après des adieux déchirants avec sa sœur Rose, elle embarque pour le continent américain. John Crowley saisit avec habilité et justesse l’émotion de ce moment grâce à la simplicité d’un découpage efficace et à la magistrale interprétation de Saoirse Ronan. Première étape, le célèbre centre d’immigration d’Ellis Island. Grâce aux conseils avisés d’une passagère, elle passe le contrôle avec succès. On ne s’attarde jamais, dans Brooklyn, sur le côté historique et documenté du parcours du migrant. Ce n’est pas le propos du réalisateur. L’intériorité de son héroïne est au cœur du récit.

4La jeune femme est très vite en proie au mal du pays. Elle correspond avec sa sœur, Rose. De longs fondus enchaînés lient leur deux univers qui se télescopent le temps d’une lettre. Eilis est à cheval entre deux mondes : celui de son passé, de sa famille, et son présent dans lequel elle n’est pas encore ancrée. Cette mélancolie trouve son paroxysme lors d’un dîner caritatif en faveur d’Irlandais déshérités pour lequel elle se porte volontaire, quand un vieillard entonne avec une puissante ferveur un chant traditionnel. Le passé, les origines ne sont jamais loin.

5Mais, quand Eilis rencontre Tony Fiorello (Emory Cohen), un jeune americano-italien, cette triste nostalgie s’efface progressivement. Mais l’idylle s’effondre quand elle apprend subitement le décès de sa chère sœur Rose. De retour sur le sol irlandais, l’évidence de la relation amoureuse est mise en péril au profit d’une nouvelle vie qui prend ses racines dans l’héritage familial. L’expérience américaine a fait évoluer Eilis. Elle a pris confiance en elle et a adopté l’état d’esprit américain, troquant, par exemple, ses vêtements ternes pour une garde-robe clinquante. Cette subtile métamorphose est joliment mise en lumière grâce à un travail minutieux des costumiers et des accessoiristes. L’héroïne se retrouve alors déchirée entre deux identités, deux choix de vie. C’est cette ambivalence qui donne toute sa saveur à ce drame. Eilis est Irlandaise mais pourrait tout aussi bien être d’une autre nationalité. Ce qui intéresse le réalisateur c’est la profondeur et la complexité de son personnage. L’intrigue peu originale de Brooklyn aurait, on peut facilement l’imaginer, pu faire de ce film un énième mélodrame insipide si le casting n’était aussi réussi. La force de cette fiction réside en grande partie dans la qualité de l’interprétation des personnages et leur complémentarité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anaïk Vincent, « Brooklyn », Hommes et migrations, 1313 | 2016, 166-167.

Référence électronique

Anaïk Vincent, « Brooklyn », Hommes et migrations [En ligne], 1313 | 2016, mis en ligne le 17 juin 2016, consulté le 28 mai 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/3601

Haut de page

Auteur

Anaïk Vincent

Articles du même auteur

  • Chouf [Texte intégral]
    Film français de Karim Dridi
    Paru dans Hommes et migrations, 1315 | 2016
  • Soy Nero [Texte intégral]
    Film franco-germano-mexicain de Rafi Pitts
    Paru dans Hommes et migrations, 1315 | 2016
  • La Marcheuse [Texte intégral]
    Film français de Naël Marandin
    Paru dans Hommes et migrations, 1313 | 2016
Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org