Navigation – Plan du site
Chroniques
Cinéma

La Marcheuse

Film français de Naël Marandin
Anaïk Vincent
p. 167-168

Texte intégral

1La Marcheuse est le premier long-métrage du réalisateur Naël Marandin. Lin (Qiu Lan) est l’une de ces clandestines chinoises qui arpentent les trottoirs de Belleville à Paris, n’ayant d’autres alternatives que celle de se prostituer pour survivre. Hébergée, avec sa fille Cerise, par un médecin invalide à la retraite, en échange des soins qu’elle lui prodigue, elle se bat pour un avenir meilleur. Jusqu’à l’irruption d’un inconnu dans sa vie, scellant avec elle un pacte macabre qui la conduit vers le chemin tant redouté de l’expulsion.

2Ici, l’écriture cinématographique constitue une arme pour lutter contre la discrimination et les stéréotypes. Lin habille le vieillard comme on habillerait un enfant. Ambiguïté de cette confrontation, cette interdépendance entre des deux êtres tour à tour dominés et dominant. Le vieillard a besoin de Lin physiquement et elle de lui matériellement. Sans papiers, la jeune femme est exploitée par ce riche retraité.

3Le réalisateur nous plonge directement dans l’action, sans préambule. Le spectateur fait connaissance avec l’héroïne en l’accompagnant dans les tâches les plus prosaïques. Chez Marandin, les corps sont maltraités, malmenés, jamais esthétisés. La violence physique et psychologique suinte. Les rapports de force sont au cœur du récit. Les jeunes femmes doivent échapper aux patrouilles de police. De menace à adjuvant, les rôles se renversent quand son petit ami, policier, vient en aide à Line. Sans manichéisme, le réalisateur crée des personnages complexes, à la fois tendres et ignobles. Volontaire depuis sept ans pour une mission de Médecin du monde qui travaille auprès des prostituées chinoises, il puise son habileté à tisser la psychologie de ses protagonistes dans sa connaissance du terrain.

4Line n’est pas seulement confrontée à l’autorité française, elle subit aussi une discrimination auprès de ses compatriotes. À Paris, plusieurs communautés chinoises se sont installées. Elle appartient à celle des Danqbei, composée d’une immigration récente venue du nord-est de la Chine, très mal acceptée par les Wenzhou, les Chinois du Sud très bien intégrés, propriétaires des commerces de Belleville. Une très belle scène met en relief ces tensions. Attablées dans un restaurant Wenzhou les jeunes femmes se font mettre violemment à la porte par le patron. Les héroïnes s’expriment en mandarin du Dangbei. Les scènes de rues ont été tournées sans bloquer la circulation. Volonté affirmée d’ancrer la fiction dans le réel. Ces détails très signifiants creusent un portrait hyper documenté d’une communauté méconnue. Cette fiction engagée dénonce avec dextérité les conditions de vie effroyables de ces femmes exclues et méprisées qui, chaque jour, se battent comme Lin pour survivre dans un pays qui peine à leur offrir une chance de s’intégrer. Une œuvre puissante et intelligente qui émerge dans le paysage cinématographique hexagonal.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anaïk Vincent, « La Marcheuse », Hommes et migrations, 1313 | 2016, 167-168.

Référence électronique

Anaïk Vincent, « La Marcheuse », Hommes et migrations [En ligne], 1313 | 2016, mis en ligne le 17 juin 2016, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/3603

Haut de page

Auteur

Anaïk Vincent

Articles du même auteur

  • Chouf [Texte intégral]
    Film français de Karim Dridi
    Paru dans Hommes et migrations, 1315 | 2016
  • Soy Nero [Texte intégral]
    Film franco-germano-mexicain de Rafi Pitts
    Paru dans Hommes et migrations, 1315 | 2016
  • Brooklyn [Texte intégral]
    Film irlandais, britannique et canadien de John Crowley
    Paru dans Hommes et migrations, 1313 | 2016
Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org