Navigation – Plan du site
Chroniques
Livres

Hassan Ben Mohamed, La Gâchette facile

En collaboration avec Majid el Jarroudi, avant-propos de Toumi Djaïdja, Paris, Max Milo, 2015, 292 p., 18,90 €
Mogniss H. Abdallah
p. 169-170
Référence(s) :

En collaboration avec Majid el Jarroudi, avant-propos de Toumi Djaïdja, Paris, Max Milo, 2015, 292 p., 18,90 €.

Texte intégral

1Le 18 octobre 1980, veille de l’Aïd el Kébir, Lahouari Ben Mohamed, Français d’origine marocaine âgé de 17 ans, et trois de ses amis subissent un contrôle routier dans les quartiers Nord de Marseille. Les « minots » sont en règle. Mais un CRS grommelle « ce soir j’ai la gâchette facile », persiste à fouiller la boîte à gant avec le canon de son pistolet-mitrailleur Mat 49, une arme de guerre. Puis tire. Lahouari est tué sur le coup. De la cité des Flamants à la Canebière, c’est l’émoi. Les habitants, en particulier les mamans et les jeunes, manifestent avec vigueur contre cet énième « crime raciste » ou « sécuritaire ».

2Afin de le préserver du tumulte, le petit frère Hassan, 4 ans, est un temps éloigné par sa famille. Mais, de retour à la maison, il continue à s’interroger sur l’absence de son frère et sur l’agitation ambiante. Peu à peu, il apprend, seul, ce qui s’est passé. Ainsi, au collège, en plein cours, il ouvre son livre d’histoire et tombe sur une photo avec le portrait de son frère, brandi lors de l’arrivée de la Marche pour l’égalité et contre le racisme le 3 décembre 1983 à Paris.

3Après son service militaire, Hassan Ben Mohamed entre dans la police, d’abord comme ADS (adjoint de sécurité) en 1999 puis, plus tard, dans une BAC (brigade anti-criminalité), il se familiarise avec l’état d’esprit qui règne « de l’autre côté » et se rode aux techniques de l’enquête-investigation.

4À l’intérieur même de l’institution policière, il entend à nouveau parler de la nuit du drame.

5En 2010, la venue d’un journaliste télé pour interviewer sa mère va provoquer un déclic : « Pourquoi sont-ce toujours les autres qui racontent notre histoire et qui finissent par en disposer comme bon leur semble ? » Il se met alors en tête de la reconstituer, commence par consulter les archives familiales conservées par sa mère, ce qu’il n’avait pas osé jusque là. Il apprend aussi que des amis de Lahouari avaient monté en son hommage une pièce de théâtre, « Ya Oulidi (Ô mon Fils) », mais ils n’en ont pas gardé de trace écrite. Il se lance dès lors dans sa propre enquête, bien décidé à en faire un livre, avec le soutien de son cousin entrepreneur, Majid El Jarroudi, et collecte toutes sortes de documents audio, vidéo, écrits ou photographiques.

6Son enquête va durer cinq ans, ponctuée par l’organisation d’événements publics qui lui donnent une plus grande assurance. Il rencontre les différents protagonistes, croise les témoignages concordants des témoins, jeunes ou policiers. Il effectue des recherches dans des archives privées ou publiques, sollicite de nombreux acteurs impliqués dans l’effervescence sociale, judiciaire, politique ou culturelle suscitée par l’affaire jusqu’au procès du CRS à la gâchette facile, condamné en 1987 à dix mois de prison dont quatre avec sursis, peine assortie d’une amnistie.

7Il y a matière à un document multimédia. Mais, par trop impatient, Hassan Ben Mohamed se concentre sur l’écriture. Variant les formes narratives, sans pathos excessif ni fioritures de style, il retrace l’évolution de son enquête jusqu’à... son éprouvante rencontre avec le meurtrier.

8Au-delà du témoignage introspectif et de son intime conviction selon laquelle les tirs ont été délibérés et que justice n’a pas été rendue, l’auteur nous invite ainsi à une réflexion rare sur les limites de l’entre soi, bousculant des mémoires lacunaires voire défaillantes, y compris dans les milieux « militants » concernés, mais il nous invite aussi à reconsidérer l’importance des dynamiques intra-familiales dans la constitution et la préservation de la mémoire collective.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mogniss H. Abdallah, « Hassan Ben Mohamed, La Gâchette facile », Hommes et migrations, 1313 | 2016, 169-170.

Référence électronique

Mogniss H. Abdallah, « Hassan Ben Mohamed, La Gâchette facile », Hommes et migrations [En ligne], 1313 | 2016, mis en ligne le 17 juin 2016, consulté le 26 avril 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/3605

Haut de page

Auteur

Mogniss H. Abdallah

Journaliste.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org