Navigation – Plan du site
Chroniques
Livres

Collectif, Dépasser la frontière

Ker Editions, 2015, 155 p., 10 €
Mustapha Harzoune
p. 173-174
Référence(s) :

Ker Editions, 2015, 155 p., 10 €.

Texte intégral

1Ceci n’est ni un sondage, ni une étude reposant sur un échantillon précis à défaut d’être représentatif. Non, il s’agit là de l’initiative de modestes mais indispensables bibliothèques à laquelle, lecteurs et usagers, ont répondue : un concours d’écriture transfrontière organisé par les bibliothèques de Beauraing, Bièvre, Doische, Rochefort et Wellin en Belgique et Givet dans les Ardennes. Douze contributions ont été retenues, douze lauréats qui connaissent le privilège d’être publiés. Douze textes qui croisent des univers singuliers, des ambiances plus ou moins denses, des écritures tantôt scolaires tantôt originales, l’épaisseur de la démonstration y croise le trait, plus subtil et léger, de la fiction. Il n’est pas question ici de réfugiés, encore moins d’une Europe en proie à un délire obsidional. Non. « Dépasser la frontière », car tel est le thème retenu, est d’abord et souvent une expérience personnelle, individuelle, intime même, dont l’écho peut certes retentir au delà de la périphérie des existences. De quoi s’agit-il ? D’un traumatisme de l’enfance dont il faudra bien, d’une manière ou d’une autre, se libérer. De « frontières qui n’existent qu’à l’intérieur » de ce comptable retranché, tel un « autiste » derrière un mur bâti comme un refuge, mais qui pourrait céder par amour. D’espace inventé, dans lequel on s’enferme – dans son « ghetto » comme l’a montré Eddy L.Harris (Harlem, Liana Lévi, 2007) – au point d’en devenir l’esclave : « le jardin de Monsieur Victor, c’est son domaine privé (…) sa dernière raison de vivre » ! Sacralisation subjective d’un espace auquel on a parfois consacré une vie entière de sacrifices. Alors on le protège, on se protège. Il y a l’instinct du propriétaire, le souci de l’ordre et de la propreté que les apprentis sorciers de la politique savent exploiter. Quitte à prendre le risque de crever seul derrière sa haie de thuyas ! Où quand la propension à clôturer son monde signe l’incapacité à être au monde, aux autres et, in fine, à soi.

2Intimité encore quand, par une prouesse littéraire se jouant de la barrière du temps, deux femmes vivant l’une en 1910 l’autre en 2010, se racontent et dialoguent par delà le siècle dans le même carnet. L’enfermement (l’aliénation ?) est au féminin. Anna, femme de 1910 soumise, mariée de force, « enfermée dans une camisole cousue d’or et de soie » et, Émeline, piégée par l’existence, seule pour élever ses deux enfants, qui perd pied. Anna conseille à notre contemporaine de tomber le masque, de ne plus cacher ses faiblesses, de s’ouvrir à soi, à la vie.

3La légèreté du propos – voir ce passage de la frontière avec 600 bouteilles de Veuve Clicquot dans le coffre – voisine avec les drames de la maladie, des frontières linguistiques entre un père et son fils, entre régions flamande et wallonne, le drame des frontières sociales dans une région à genoux depuis les fermetures des mines et autres aciéries sur fond d’histoire migratoires. Drame encore lorsque les frontières claquent sur l’amour en contrebande d’une jeune fille du village et de Djamel un Algérien. Sur fond de guerre d’Algérie, partir devient un acte de résistance.

4Et si la frontière, avant d’être un objet d’étude historique, politique ou géostratégique était d’abord une attitude individuelle : la capacité de chacun à rester, ou non, en contact, à ne pas se replier dans son petit monde, ses petites pensées, ses petites certitudes, indifférent, quand ce n’est pas hostile, à celles et ceux qui nous entoure. La frontière à hauteur d’existence et de quotidien : actes invisibles de bravoure, actes désespérés, porte qui claque ou horizon qui recule. « Dépasser la frontière » comme pour mieux être au monde.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mustapha Harzoune, « Collectif, Dépasser la frontière », Hommes et migrations, 1313 | 2016, 173-174.

Référence électronique

Mustapha Harzoune, « Collectif, Dépasser la frontière », Hommes et migrations [En ligne], 1313 | 2016, mis en ligne le 17 juin 2016, consulté le 25 juin 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/3608

Haut de page

Auteur

Mustapha Harzoune

Journaliste.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org