Navigation – Plan du site
Dossier

Migrer ou rester au village

Une génération d’enfants dans l’ombre du miracle économique chinois
Tao Li
Traduction de Stéphane Lévêque
p. 27-33

Résumé

En Chine, l’urbanisation accélérée des années 2000 a entraîné l’augmentation des migrations internes des populations rurales chinoises vers les villes. Des millions d’enfants accompagnent leurs parents dans les grandes villes et plus encore restent dans leur village d’origine. Dans les deux cas, la question de leur scolarisation s’avère préoccupante. Si les villes moyennes en plein développement représentent aujourd’hui un compromis acceptable – en terme de niveau d’éducation et de proximité de la famille –, les écoles restent des lieux de reproduction sociale et participent à la fabrication des inégalités.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Trois grandes phases d’urbanisation et de migrations internes
Dette affective et absence de prise en charge sociale
Quand enfants migrants et enfants restés au village se retrouvent dans des villes moyennes
Les disparités de la qualité de l’enseignement entre ville et campagne
La reproduction des inégalités sociales dans les établissements scolaires
De la géographie de la classe à l’imposition d’une place sociale

Aperçu du début du texte

Depuis le lancement de la politique de réforme et d’ouverture en 1978, les mouvements migratoires internes à la Chine sont massifs entre les zones rurales et les zones urbaines. Au cœur de cet exode rural se trouvent les enfants qui accompagnent leurs parents dans la migration ou qui restent en arrière dans les villages. La migration ou non des enfants pose dans tous les cas le problème de l’enjeu éducatif, alors que dans les grandes villes ils sont souvent exclus des établissements publics et que dans les campagnes les écoles ferment ou ne proposent pas d’éducation de qualité. Avant de décrire ces enjeux et la reproduction des inégalités via la scolarisation, nous rappellerons rapidement les grandes phases d’urbanisation de la Chine et l’impact sur les enfants de migrants internes.

Trois grandes phases d’urbanisation et de migrations internes

La première phase de migrations internes s’étend des guerres de l’Opium (1848 et 1860), qui ont obligé la Chine à s’ouvrir sur l’étranger, à la...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tao Li, « Migrer ou rester au village », Hommes et migrations, 1314 | 2016, 27-33.

Référence électronique

Tao Li, « Migrer ou rester au village », Hommes et migrations [En ligne], 1314 | 2016, mis en ligne le 01 avril 2019, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/3627 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.3627

Haut de page

Auteur

Tao Li

Post-doctorant à l’Académie chinoise des sciences sociales (Pékin).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org