Navigation – Plan du site
Dossier

Arts, cuisine et design

La génération 1.75 de la diaspora chinoise à Milan et la création d’entreprises transnationales
Giuseppina Merchionne et Hong Liu
Traduction de Catherine Guilyardi
p. 45-51

Résumé

Tirant profit de la popularité croissante du « made in Italy », les jeunes issus de l’immigration chinoise à Milan sont parvenus à structurer leurs entreprises afin d’être opérationnels à la fois en Italie et en Chine, dans des secteurs traditionnellement associés à l’économie italienne comme la mode ou la restauration. Jouant de leur double capital ethnique et du besoin croissant de la part des consommateurs d’associer des produits à des territoires, ces entrepreneurs épousent les codes de l’économie transnationale, entre local et global.

Haut de page

Notes de l’auteur

Hong Liu remercie l’université technologique de Nanyang (M4081392) pour son soutien à la recherche qui a permis la rédaction de cet article.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

L’implantation des Chinois et le business ethnique chinois en Italie
La génération 1.75
Négocier avec les marqueurs identitaires
L’imbrication du transnational et du local
L’empire du vin
Le restaurant Italien d’un entrepreneur chinois
Le transfert de technologie du « made in Italy »
Conclusion

Aperçu du début du texte

Une nouvelle génération d’entrepreneurs sino-italiens, dont les affaires sont structurées autour de transactions transnationales et d’activités transfrontalières, est en train d’émerger. Leurs identités sociale et culturelle se caractérisent certes par un mélange sino-italien, mais la balance penche clairement vers l’Italie. Les cas examinés dans cet article ont été choisis parmi les activités les plus représentatives de ces jeunes Sino-Italiens, tels que la restauration et l’industrie du luxe. On retrouve aussi ces jeunes dans la mode, le tourisme, le théâtre. Ils ont été sélectionnés dans le but de fournir la preuve empirique d’une nouvelle forme d’entreprenariat transnational entre l’Italie et la Chine, impliquant l’échange de produits, de biens, de capitaux et de savoir-faire, au-delà des frontières nationales. Notons qu’il s’agit de cas de réussites parmi les entrepreneurs sino-italiens.

Une diaspora est définie, de façon large, comme étant une « communauté ethnique séparée par...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Giuseppina Merchionne et Hong Liu, « Arts, cuisine et design », Hommes et migrations, 1314 | 2016, 45-51.

Référence électronique

Giuseppina Merchionne et Hong Liu, « Arts, cuisine et design », Hommes et migrations [En ligne], 1314 | 2016, mis en ligne le 01 avril 2019, consulté le 26 mai 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/3632 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.3632

Haut de page

Auteurs

Giuseppina Merchionne

Professeure de langue et culture chinoise, université catholique de Milan.

Hong Liu

Professeur d’histoire, Nanyang Technological University (Singapour).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org