Navigation – Plan du site
Dossier

« C’est écrit sur ton visage »

La construction identitaire des Chinois de la deuxième génération en Hongrie dans un contexte de « nationalisme à distance »
Fanni Beck
Traduction de Catherine Guilyardi
p. 63-69

Résumé

Les descendants de Chinois nés à l’étranger, comme ici en Hongrie, représentent un défi idéologique et culturel pour les autorités de la République populaire de Chine qui tentent d’éveiller chez eux l’attachement pour le pays de leurs parents. Camps de vacances, concours de beauté, les initiatives se multiplient pour valoriser leurs racines chinoises. Cette façon de nourrir à distance le nationalisme de cette jeunesse transnationale se heurte à des identités hybrides qui se construisent entre plusieurs territoires, où elles ont à négocier leur reconnaissance et leur place.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Construire la nation de l’étranger : une politique de l’Etat chinois
L’hybridité : un état de suspension constante dans un entre-deux
La demande répond à l’offre
À la recherche de racines : les colonies de vacances pour les Chinois de la diaspora
Les concours de beauté Miss Chine-Europe
Des identités sur le podium
Conclusion

Aperçu du début du texte

L’existence d’une deuxième génération de migrants soulève singulièrement la question de notre compréhension de l’ethnicité et de l’appartenance nationale. Qui sont-ils ? D’où sont-ils ? La complexité qui sous-tend ces questions apparemment banales nous oblige à croiser deux domaines de recherches sur les questions transnationales : l’un se concentre sur l’aspect nationaliste du transnationalisme, c’est-à-dire le « nationalisme à distance », l’autre observe la deuxième génération de migrants à travers le prisme du transnationalisme, c’est-à-dire ceux élevés dans un champ social transnational.

Tout en analysant les constructions identitaires des Chinois de la deuxième génération en Hongrie, le concept d’hybridité proposé par Ien Ang permet de comprendre la présence simultanée d’émotions opposées. En juxtaposant le concept d’hybridité à celui de nationalisme à distance, il s’agit de montrer que la construction d’une identité hybride pour la deuxième génération crée un terrain fertile p...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fanni Beck, « « C’est écrit sur ton visage » », Hommes et migrations, 1314 | 2016, 63-69.

Référence électronique

Fanni Beck, « « C’est écrit sur ton visage » », Hommes et migrations [En ligne], 1314 | 2016, mis en ligne le 01 avril 2019, consulté le 28 avril 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/3638 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.3638

Haut de page

Auteur

Fanni Beck

Doctorante en anthropologie, Eötvös Loránd University, Social Sciences Department.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org