Navigation – Plan du site
Dossier

« Migrer pour l’enfant »

Le projet migratoire paradoxal des femmes de Chine du Nord
Florence Lévy
p. 77-83

Résumé

Parmi les migrants originaires du nord de la Chine installés de manière temporaire à Paris, les femmes divorcées sont majoritaires. Parties seules, elles ont confié leur enfant unique à leurs proches. Justifier leur choix tout en échappant au stigmate de « mauvaise mère » les conduit à élaborer défendre leurs motivations migratoires. Elles mettent en avant certaines raisons considérées comme légitimes et en atténuent d’autres. Elles associent parentalité et migration et expliquent que leur départ leur permet de mieux remplir leur rôle de mère.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

En Chine, des vies enviables mais menacées
En France, des choix professionnels restreints
Partir à l’étranger pour prendre en charge les besoins de l’enfant
Tensions entre rôle maternel et attentes personnelles
La migration pour dépasser le statut de mère divorcée ?
Conclusion

Aperçu du début du texte

Depuis la fin des années 1990, un nouveau flux migratoire relie certaines villes de Chine du Nord à la région parisienne. Sa composition est très atypique et diffère fortement de celui de la Chine du Sud, connu sous le nom de Wenzhou, majoritaire à Paris. La plupart des migrants du Nord sont des urbains, appartenant à la petite classe moyenne. Ils sont venus seuls, sans connaître personne en Europe, alors qu’ils avaient une quarantaine d’années. La forte proportion de femmes parmi ces migrants est remarquable car elles constituent près de 70 % du flux. Ces femmes ont quitté le pays juste après leur divorce et ont confié leur enfant unique aux soins de leurs propres parents ou de leurs sœurs.

Comment expliquer la migration de ces femmes qui laissent seul leur enfant unique pendant plusieurs années voire, de fait, parfois pendant plus d’une décennie. Cette question semble d’autant plus pertinente que ces migrantes affirment fréquemment être parties à l’étranger pour prendre soin de le...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florence Lévy, « « Migrer pour l’enfant » », Hommes et migrations, 1314 | 2016, 77-83.

Référence électronique

Florence Lévy, « « Migrer pour l’enfant » », Hommes et migrations [En ligne], 1314 | 2016, mis en ligne le 01 avril 2019, consulté le 19 août 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/3642 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.3642

Haut de page

Auteur

Florence Lévy

Sociologue, chercheure associée au Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org