Navigation – Plan du site
France-Brésil sous l'angle des migrations et de l'altérité. Différences et similitudes

Altérité, action publique et transitions sociales au Brésil et en France

Abdelhafid Hammouche
p. 6-8

Texte intégral

  • 1 Signalons la parution d’un ouvrage qui saisit également cette opportunité pour faire le point sur l (...)

1L’histoire des rapports franco-brésiliens est riche d’échanges et de migrations croisés. En témoignent de multiples productions culturelles et les migrations de Brésiliens venus à différentes époques et dans des conjonctures politiques plus ou moins difficiles, ou celles de Français partis à la recherche de nouveaux horizons, sans oublier les intellectuels dont le nom est rattaché à ce pays comme Claude Lévi-Strauss, Fernand Braudel ou Roger Bastide. Aujourd’hui, pays “émergeant” connaissant de grands bouleversements sociaux et économiques depuis les années quatre-vingt et la fin de la dictature, le Brésil reste un pays d’émigration mais est devenu également pays d’immigration. Le contexte français est tout autre, avec notamment des crispations autour de questions sur l’immigration clandestine et les débats relatifs aux banlieues. L’année de la France au Brésil en 2009 s’offre comme une opportunité de faire le point dans une perspective comparative sur les recherches relatives aux migrations et à l’interculturalité dans les deux pays1. Ce dossier a pour ambition de faire connaître les travaux les plus récents sur ces thèmes et d’éclairer des réalités de ces deux sociétés qui se sont construites sur des modèles historiques très différents. Les articles réunis ici se répartissent entre cinq entrées : les influences réciproques ; la mesure des flux migratoires au Brésil et en Europe ; l’approche comparative de l’urbanité ou de l’action publique au Brésil et en France ; l’analyse de la présence brésilienne en France ; l’analyse de migrations ou de phénomènes liés à l’interculturalité dans la société brésilienne. Dans la première partie, Jacques Barou rappelle combien le Brésil est une “terre d’inspiration” pour l’ethnologie française, alors qu’Afrânio Garcia évoque le cadre théorique d’Abdelmalek Sayad et les liens que ce dernier a tissé avec des chercheurs brésiliens notamment ceux du Musée National de Rio. Dans la partie suivante, Sylvain Souchaud s’intéresse au peuplement du Brésil depuis le XIXe siècle jusqu’à nos jours, alors que Hervé Théry analyse la présence des migrants dans les deux pays pour souligner les similitudes et les différences. C’est un espace plus large que prennent en considération Pedro Gois, Andrea Rea, Pascal Reyntjens, Annika Lenz et Martin Rosenfeld pour mesurer les flux migratoires entre le Brésil et l’Europe. La troisième partie, avec des auteurs qui proposent une approche comparative de divers objets, réunit, outre ma contribution sur les rapports d’autorité éducative intergénérationnelle, un essai de comparaison entre la Croix-Rousse à Lyon et le quartier de Liberdade à São Paulo par Monica Raisa Schpun et Laurette Wittner, une analyse comparative de la prostitution à Fortaleza et à Paris par Alexandre Fleming Câmara Vale et celle des “discriminations positives” dans les contextes brésiliens et français par Paulo Sérgio da Costa Neves. Dans la quatrième partie, Dorothée Serges s’intéresse à l’interculturalité et à la reconnaissance de la “brésilianité” en Guyane française. Françoise Chamozzi questionne les “risques de l’immigration” et ses effets sur le déclassement professionnel en analysant le cas des Brésiliens qualifiés immigrés en France. Bertrand Pireaudeau se penche, quant à lui, sur la situation des footballeurs brésiliens. Dans la cinquième partie, Claudelir Corrêa Clemente s’emploie à approcher le rôle des professionnels transnationaux français à São Paulo et leur inscription dans des réseaux internationaux. Les autres articles de cette partie portent sur les migrations internes : celui de Beatriz Heredia et Moacir Palmeira décrit des stratégies familiales éprouvées par les migrations liées à “l’agrobusiness” ; celui de Christine Jacquet met en relief les logiques migratoires au croisement des choix personnels et des déterminants structurels, à travers l’expérience de femmes provenant du monde rural qui se destinent à des emplois domestiques ; enfin, celui de Cristina Maria de Castro met en question la position sociale et les ancrages religieux pour analyser la présence des immigrants musulmans à São Paulo. Les chroniques culturelles prolongent ce dossier par deux textes : celui d’ Andréa Borges Leao qui traite du roman de Julie Delafaye-Bréhier comme d’un “miroir de la mémoire du Brésil” et celui de Bernadete Ramos Beserra sur la samba, la capoeira et la bossa nova.

2Ce numéro, par ces différentes entrées, devrait mieux faire connaître et apprécier la réalité brésilienne, les “enchevêtrements” entre nos deux sociétés, et la complexité des processus inhérents aux migrations tant nationales qu’internationales, leurs effets sur la ville ou les débats relatifs à l’action publique et l’interculturalité. Il s’est inscrit dès le départ dans une double perspective : celui d’une coopération avec des institutions et organismes liés au Brésil comme le Centre de recherche sur le Brésil contemporain de l’EHESS – CRBC/EHESS, le Musée national de l’université fédérale de Rio de Janeiro, l’université fédérale du Ceara - Fortaleza, le Mémorial des Immigrants à São Paulo, la revue Travessia qui tous ont, d’une manière ou d’une autre, aidé à la conception et à la réalisation de ce numéro ; celui d’une suite qui prendra notamment la forme d’un séminaire organisé en collaboration avec ces deux derniers partenaires à São Paulo.

Haut de page

Notes

1 Signalons la parution d’un ouvrage qui saisit également cette opportunité pour faire le point sur la présence des Français au Brésil : Laurent Vidal et Tania Regina de Luca (dir.), Franceses no Brasil Séculos XIX – XX, Sao Paulo, Editora UNESP, 2009. Le livre devrait faire l’objet d’une prochaine traduction en français.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Abdelhafid Hammouche, « Altérité, action publique et transitions sociales au Brésil et en France », Hommes et migrations, 1281 | 2009, 6-8.

Référence électronique

Abdelhafid Hammouche, « Altérité, action publique et transitions sociales au Brésil et en France », Hommes et migrations [En ligne], 1281 | 2009, mis en ligne le 29 mai 2013, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/365 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.365

Haut de page

Auteur

Abdelhafid Hammouche

Sociologue, professeur des universités, Lille 1, Clersé/CNRS (UMR 8019)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org