Navigation – Plan du site
Chroniques
Livres

Li Ma (dir.), Les Travailleurs chinois dans la Première Guerre mondiale

CNRS éd., 2012, 560 p., 39 €
Hélène Le Bail
p. 174-175
Référence(s) :

CNRS éd., 2012, 560 p., 39 €.

Texte intégral

1Le livre dirigé par Li Ma et publié en 2012 est devenu l’ouvrage de référence sur la participation de la Chine à la Guerre de 1914-1918. Par l’envoi de quelque 140 000 travailleurs en France et 200 000 en Russie, la Chine contribua à l’effort de guerre puis à la reconstruction, aux côtés des Alliés, entre 1916 et 1922. L’ouvrage retrace l’histoire de ces travailleurs chinois en France, depuis leur recrutement jusqu’au retour en Chine après la guerre. Certains restèrent en France où ils avaient commencé à construire leur vie. Aujourd’hui, les cimetières militaires sont le miroir de cette page d’histoire. Li Ma est souvent venue se promener et observer les tombes de ces Chinois, par exemple dans le cimetière de Noyelles-sur-Mer tout proche de l’université Littoral Côte d’Opale où elle enseigne.

2L’ouvrage rassemble, à travers 23 contributions, la quasi totalité des travaux sur cet épisode peu connu de la Grande Guerre : travaux de chercheurs français, chinois, américains, anglais et belges, mais aussi de représentants associatifs et de descendants de ces travailleurs. Le premier contrat de recrutement fut conclu par la France en 1916 (sous le nom de « Mission Truptil »), rapidement imitée par les Britanniques (on parle en anglais de Chinese Labor Corps). Les contrats passés indiquaient l’impossibilité de participer aux activités de guerre, la distance minimum au front, ainsi que le temps de travail, le salaire, etc. Sont ensuite décrit les lieux et conditions du départ des travailleurs volontaires ainsi que celles de leur transport « top secret » via le Canada.

3Les Chinois recrutés par la France furent dispersés dans un grand nombre de lieux à travers la France. Plusieurs chapitres décrivent les conditions de vie dans les camps et sur les lieux de travail dans le Nord, en Picardie, mais aussi en Normandie, en Bretagne, dans le Var ou à la Rochelle. Y sont évoqués la fréquence des maltraitances et la généralisation du racisme. Toutefois, pour certains le séjour en France fut l’occasion d’une alphabétisation ou d’une formation, voire d’une politisation grâce à la rencontre avec des étudiants chinois.

4D’autres chapitres s’intéressent aux diverses formes de témoignages laissés par ces travailleurs chinois : graffitis sur les murs des carrières, « art des tranchées » (objets de style chinois réalisés avec des matériaux recyclés), témoignages écrits par les travailleurs ou leurs descendants. À la fin de la guerre, 3 000 environs seraient restés en Europe et ont grossi les petites communautés d’étudiants et d’artisans chinois. Certains s’installent à Paris où ils retrouvent des personnes venant des mêmes régions de Chine, dont celle de Wenzhou qui est restée jusqu’à aujourd’hui une des principales régions d’origine des Chinois de France. Toutefois, comme le décrit en conclusion l’historienne Marianne Bastid-Bruguière, la plupart de ces travailleurs rentrèrent en Chine, où la réinsertion après plusieurs années passées en France fut parfois difficile, parfois facilitée par l’acquisition d’un savoir faire ou par leur expérience du syndicalisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Le Bail, « Li Ma (dir.), Les Travailleurs chinois dans la Première Guerre mondiale », Hommes et migrations, 1314 | 2016, 174-175.

Référence électronique

Hélène Le Bail, « Li Ma (dir.), Les Travailleurs chinois dans la Première Guerre mondiale », Hommes et migrations [En ligne], 1314 | 2016, mis en ligne le 19 septembre 2016, consulté le 27 avril 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/3674

Haut de page

Auteur

Hélène Le Bail

Chercheure au CNRS-CERI Sciences Po.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org