Navigation – Plan du site
Chroniques
Livres

Jean-Paul Mari, Bateaux ivres

Paris, Lattès, 2015, 279 p., 19 €
Mustapha Harzoune
p. 177-178
Référence(s) :

Paris, Lattès, 2015, 279 p., 19 €.

Texte intégral

1Sur ces « migrants » qui osent un « grand saut dans le vide », il est de bon ton de verser des larmes de crocodile pour mieux détourner le regard – Mme Merkel exceptée. Avec force et précision, Jean Paul Mari revient ici sur ces tragiques et modernes odyssées. Il apporte même du neuf. Ainsi, s’il fallait une seule raison de lire ce livre, c’est au chapitre consacré à Lampedusa qu’il faudrait s’arrêter. Halo de lumière au milieu de pages sombres, il rappelle les règles qui font que l’humanité peut se prévaloir de ce titre, ébauche moins une politique qu’une ligne de conduite, digne, nourrie d’impératif moral et d’intelligence politique.

2Car la question migratoire renvoie au courage, à l’hospitalité, à la solidarité. Les « Justes de Lampedusa » sont le boulanger qui baisse rideau pour aller porter secours, Costantino le maçon, Franscisco le menuisier, Massimo l’électricien, Giacomo le pêcheur ou Giusi Nicolini la maire de Lampedusa. Rien n’est facile ! Mais ces Justes fixent la seule attitude possible pour agir sans forligner. Ils tissent les contours d’une politique plus efficace et plus humaine que le chacun pour soi européen et son vide assassin. Idem en Grèce – à Mytilène ou Lesbos – où « la crise a tué un pays, pas les individus » ou à Acquaformosa, ce village de Calabre, « ressuscité » grâce à l’accueil de réfugiés. Des réfugiés, pas des clandestins, qui « ont le droit – le droit, pas la charité – de trouver asile dans le pays d’Europe où ils s’exilent. » D’Athènes à Ceuta, du Sinaï à Calais, Jean-Paul Mari montre les conséquences de la (non) politique de l’Europe-forteresse. Il décrit les indignités des arrangements, avec l’ex-ami Khadafi par exemple. L’Italie de Berlusconi et l’Europe s’accommodaient alors de l’horreur des camps de rétention libyens. Aujourd’hui, une autre traite négrière, à la couleur de l’islam, se poursuit, sauvagement, en Libye ou en Égypte.

3Ce livre, à la fois reportage et scénarisation, raconte la vie de ceux dont on cache les visages et les souffrances derrière des mots – « exilés », « sans-papiers » ou « infiltrés » (Israël). Ces êtres de chair et de sang se nomment Robiel, l’Érythréen ; Cédric, le Camerounais défenestré par la police marocaine ; Zachiel, l’imam afghan qui refuse de « pousser les gens à s’entretuer » ; Fassi, le gamin de Guinée qui rêve de foot ; Rahwa, l’Érythréenne laissée pour morte dans une « maison de torture » au Sinaï ; Salomon, un des cinq miraculés d’une embarcation de plastique qui a dérivé pendant 23 jours… Et « l’essentiel » n’est pas la guerre, les persécutions ou la faim : « On peut survivre et même vivre dans la plupart des pays d’Afrique, du Moyen-Orient et d’Asie. (…) Ils savent comment est leur vie et comment elle va se terminer. Tout est déjà tracé, sans espoir de changement. Pour changer le destin, ne reste plus qu’à tout briser, partir, ouvrir le champ du possible même s’il peut mener à l’enfer. Et ils partent (…) poser une pierre dans le jardin d’un autre monde. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mustapha Harzoune, « Jean-Paul Mari, Bateaux ivres », Hommes et migrations, 1314 | 2016, 177-178.

Référence électronique

Mustapha Harzoune, « Jean-Paul Mari, Bateaux ivres », Hommes et migrations [En ligne], 1314 | 2016, mis en ligne le 19 septembre 2016, consulté le 25 mars 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/3680

Haut de page

Auteur

Mustapha Harzoune

Journaliste.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org