Navigation – Plan du site
Chroniques
Livres

Gaspard Koenig, Kidnapping

Paris, Grasset, 2015, 365 p., 19 €
Mustapha Harzoune
p. 180-181
Référence(s) :

Paris, Grasset, 2015, 365 p., 19 €.

Texte intégral

1Dans Kidnapping tout s’emboite, coule, parfaitement huilé. On passe du Londres de la finance à un monastère roumain des Carpates. On patauge dans les mœurs européennes, celles des tractations entre institutions et gouvernements et, dans le même mouvement, on plonge dans l’intime de l’exil roumain à Londres.

2Roxy, nounou roumaine, est employée par David et Ivana, son épouse croate, pour veiller Georges, leur rejeton. Elle est payée au lance-pierres mais au moins les corvées de chiottes et de tambouille lui sont épargnées. Roxy économise pour ouvrir une pharmacie au pays mais son « statut d’esclave domestique » lui fait honte quand son fiancé vient la visiter. Et quand s’éloignent les perspectives du retour, « sa révolte contre les bourgeois londoniens » devient « une envie d’abord honteuse, puis de plus en plus assumée, de gagner sa place à leurs côtés ». Roxy ne fréquente pas les « habitants de cette ville inconnue ». Les Roumains préfèrent se retrouver entre eux. Comme à la gare routière de Victoria, où les cars embarquent pour la Roumanie, débarquent les nouveaux immigrés et livrent les colis expédiés « du bled ».

3Dans un de ces goûters chics pour enfants de la bonne société, elle sauve Georges d’un étouffement certain. Par cette salvatrice intervention, Ivana comprend que Roxy n’est pas « une sous-merde » analphabète, que dans son pays elle était infirmière. Jusque-là, seule Rose, la mère de David, lui témoignait de l’humanité, l’appelant par son prénom, Ruxandra. Il faut dire que la mamie tranche : elle n’aime pas ce que son fils est devenu – un banquier ! L’incarnation d’un système qu’elle exècre. Elle préférerait le voir jouer Shakespeare sur les planches et continue à le morigéner : « Le jour où l’on cesse d’aider les autres, c’est le jour où l’on commence à vieillir. » Tiens ! Tiens !

4David travaille à la Banque européenne. Ses velléités de notabilité patinent. Jusqu’à ce qu’il obtienne de piloter le tronçon Bucarest-Suceava d’une autoroute qui doit relier la Grèce et la Finlande. Arrive alors le tableau des lobbies, de la corruption, des détournements de fonds, des petits arrangements et des combines du genre : « L’autoroute passe chez vous mais, en échange, “vous gardez vos Gitans” » ! Pour faire avaler la pilule aux protestataires, David transforme le projet « en produit culturel ». L’autoroute devient la route des monastères. On modernise en valorisant l’héritage ! Et de gazouiller la petite musique d’une Europe chrétienne, éternelle et résistante versus l’islamisation rampante. Ce qui se joue aussi est l’opposition (un brin binaire) de deux mondes, celui d’une Europe soumise au credo néolibéral et à une modernisation faisandée par la finance versus celui, paisible, des nonnes du monastère de Varatec hostiles au projet. Varatec ! La région d’origine de Roxy ! C’est là où le destin du banquier et celui de la nounou immigrée vont se croiser.

5Lorsque Roxy se sentira flouée par ses employeurs, sa culpabilité se transformera en rage. Alors, dans une scène qui rappelle le personnage de Nino Garofalo dans Pain et chocolat (1974), « elle raccrochait son costume d’immigrée méritante et redevenait elle-même ». Car il faut bien que les masques tombent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mustapha Harzoune, « Gaspard Koenig, Kidnapping », Hommes et migrations, 1314 | 2016, 180-181.

Référence électronique

Mustapha Harzoune, « Gaspard Koenig, Kidnapping », Hommes et migrations [En ligne], 1314 | 2016, mis en ligne le 19 septembre 2016, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/3683

Haut de page

Auteur

Mustapha Harzoune

Journaliste.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org