Navigation – Plan du site
Dossier

Les attentats comme objets médiatiques instables

Une enquête sous l’angle des humanités numériques
Diego Landivar, Émilie Ramillien et Marco Dell’Omodarme
p. 19-30

Résumé

Figure anxiogène et pathétique, le terroriste est un sujet de choix pour les médias français depuis la multiplication des attentats dans l’Hexagone en 2015. Si ses actes sont soumis à la sanction juridique, son profil reste instable et sa fluctuation nourrit de multiples discours. Le terroriste apparaît au centre d’un processus d’objectivation médiatique, comme un objet construit par les médias. L’étude des stratégies discursives et des champs sémantiques mobilisés dans la presse française permet d’interroger le mode d’existence attribué au « terroriste ». Une fiction meurtrière.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Saisir le terrorisme à partir de son traitement médiatique
Représenter les « ondes de choc » médiatiques
Comment les médias qualifient le « terroriste » ?
L’instabilité des représentations médiatiques
Le terrorisme comme pratique de désémantisation
Le terrorisme comme absence latente
Le mode d’existence du « terroriste »
Conclusion

Aperçu du début du texte

Comment nommer avec justesse ce qui nous est arrivé ? Les attentats de janvier et de novembre 2015 ont créé un certain nombre de déplacements symboliques, sociaux et politiques qui paraissent difficilement identifiables dans la mesure où, politiques, médias, scientifiques semblent englués dans le récit des événements. Le cadre de lecture imposé par le script du terrorisme nous place dans une position scientifique inconfortable dans la mesure où il renvoie immédiatement à un sentiment d’effroi et plus généralement à une paralysie.

Les médias ont été le théâtre privilégié du traitement affectif du terrorisme, relayant la parole des différents acteurs, affectés plus ou moins directement par ces événements : victimes, témoins, experts, politiques, historiens, chercheurs, policiers, juges, artistes. Au-delà de cette production sémantique, nous faisons l’hypothèse que les médias ont contribué à un déploiement sémiotique, voire « cosmologique », du terrorisme. Nous pouvons définir ce déploi...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Diego Landivar, Émilie Ramillien et Marco Dell’Omodarme, « Les attentats comme objets médiatiques instables », Hommes et migrations, 1315 | 2016, 19-30.

Référence électronique

Diego Landivar, Émilie Ramillien et Marco Dell’Omodarme, « Les attentats comme objets médiatiques instables », Hommes et migrations [En ligne], 1315 | 2016, mis en ligne le 01 juillet 2019, consulté le 27 février 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/3708

Haut de page

Auteurs

Diego Landivar

Enseignant-chercheur en humanités numériques (ESC Clermont), directeur d’Origens Medialab.

Émilie Ramillien

Anthropologue, co-fondatrice d’Origens Medialab.

Marco Dell’Omodarme

Maître de conférences en philosophie et théories de la culture (Institut ACTE), université Paris-1 Panthéon-Sorbonne, chercheur associé à Origens Medialab.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org