Navigation – Plan du site
Dossier

À quoi bon des poèmes ?

Trajectoire de « Souffles » de Birago Diop dans la mémoire des attentats
Nicolas Treiber
p. 43-47

Résumé

Un poème entendu à Paris un jour de recueillement collectif au lendemain des attentats de novembre 2015. Un poème retrouvé au hasard des pavés de la ville. Un poème repris en chœur chargé d’une mémoire nouvelle. La trajectoire littéraire d’un poème de l’écrivain sénégalais Birago Diop dans la mémoire immédiate des attentats témoigne d’une façon inédite de panser les douleurs de l’écriture de l’histoire. La parole poétique n’efface jamais rien des traces de sang qui éclaboussent les murs du présent, mais elle sait offrir aux vivants et aux morts la couverture – de survie – de ses mots.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Le mémorial et le palimpseste
Le chemin atopique d’un retour à demeure
Le sémaphore de la mémoire
Pour une poétique de l’habitation

Aperçu du début du texte

Paris, 2015. Lundi 16 novembre à midi. Une bonne centaine de personnes sont rassemblées devant Le Carillon pour une minute de silence. Grave, lourde, émue. Sans un sanglot ni une parole. Ensemble et immobiles face au monceau de fleur et aux myriades de bougies recouvrant la terrasse de ce café qui, avec celle du restaurant d’en face, Le Cambodge, a essuyé les tirs de terroristes trois jours auparavant. Un long instant de larmes rentrées, à penser aux morts, aux vivants tout autour qui font face au même choc et partagent la même peine, à ses proches dont on ne sait pas bien comment les protéger, si ce n’est de continuer de vivre et à les aimer.

De l’autre côté du petit carrefour qui sépare les deux établissements, au moment où s’achève l’instant de recueillement collectif, une voix émerge et rompt l’insoutenable silence. D’abord hésitante, la voix emplit progressivement l’espace d’un poème :

« Écoute plus souvent

Les Choses que les Êtres

La Voix du Feu s’entend,

Entends la Voix de l’Eau.

É...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Treiber, « À quoi bon des poèmes ? », Hommes et migrations, 1315 | 2016, 43-47.

Référence électronique

Nicolas Treiber, « À quoi bon des poèmes ? », Hommes et migrations [En ligne], 1315 | 2016, mis en ligne le 01 juillet 2019, consulté le 24 mars 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/3714 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.3714

Haut de page

Auteur

Nicolas Treiber

Doctorant en littérature, CIELAM, université d’Aix-Marseille.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org