Navigation – Plan du site
Dossier

De la délinquance à la radicalisation

L’exemple de Mohamed Merah
Emmanuel Jovelin
p. 59-68

Résumé

Dans les différents facteurs entremêlés qui conduisent les jeunes à se lancer dans le djihad, l’aspect biographique est trop souvent sous-estimé. Or les passages à l’acte reposent sur une généalogie directement liée au parcours de vie de ceux qui les perpètrent. Dans le cas de Mohamed Merah, l’embrigadement dans l’idéologie terroriste constitue la dernière étape d’un long parcours d’apprentissage de la violence commencé dans sa cellule familiale et poursuivi dans ses rapports avec les institutions. Une trajectoire accidentée qui, à travers l’accumulation des signes d’une défiance profonde vis-à-vis de toute autorité, faute de repères, conduit à la déviance.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

De la scolarité chaotique au placement dans les institutions éducatives
Une socialisation à la délinquance
La défaillance institutionnelle
La défaillance de l’autorité parentale
Un scénario de la violence
L’amplification de la délinquance ou de l’impunité à la toute puissance
De la prison à l’islamisme : le processus de radicalisation
Conclusion

Aperçu du début du texte

De Khaled Kelkal en 2005 à ceux de Mohamed Merah en 2012, de Mehdi Nemmouche en 2014, des frères Kouachi et d’Amedy Coulibaly en 2015, à Mohammed Lahouaiej-Bouhlel en 2016, les auteurs des attentats récents en France et en Belgique ont des points communs : la délinquance notoire, les institutions éducatives et la prison. La question à laquelle s’attelle cet article est celle-ci : comment ces jeunes sont-ils passés de la délinquance notoire à la radicalisation ? Il s’agit de comprendre les éléments clés qui font basculer ces jeunes de l’autre côté de la barrière, en confrontant leur parcours de vie aux théories sociologiques de la déviance. Afin d’illustrer nos analyses, nous allons nous intéresser à la trajectoire de Mohamed Merah, comme idéal type des jeunes radicalisés.

De la scolarité chaotique au placement dans les institutions éducatives

Mohamed Merah a été placé pour la première fois dans une institution éducative à l’âge de 9 ans. C’est un enfant qui a suivi une scolarité chaot...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Jovelin, « De la délinquance à la radicalisation », Hommes et migrations, 1315 | 2016, 59-68.

Référence électronique

Emmanuel Jovelin, « De la délinquance à la radicalisation », Hommes et migrations [En ligne], 1315 | 2016, mis en ligne le 01 juillet 2019, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/3716 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.3716

Haut de page

Auteur

Emmanuel Jovelin

Professeur des universités en sociologie, chercheur au Laboratoire lorrain des sciences sociales, université de Lorraine.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org