Navigation – Plan du site
Dossier

Les intermédiaires de l’action publique dans les espaces urbains dégradés

Sociologue, professeur des universités, Lille 1, Clersé-CNRS (UMR 8019)
Abdelhafid Hammouche
p. 71-80

Résumé

L’histoire des représentations accolées aux banlieues va de pair avec celles de la construction des grands ensembles urbains aux abords des villes, de leur peuplement, et des politiques publiques qui tentent d’accompagner leur évolution. Les acteurs publics dans ces territoires font face à une socialité complexe, où la ségrégation spatiale, socio-économique se double de recherches d’appartenance et de malaises identitaires. De la promotion de la mixité à celle de la proximité, les mots d’ordre qui déterminent l’action des intervenants ou des éducateurs et des enseignants tentent de dégager des orientations qui conditionnent la compréhension des enjeux et les pratiques professionnelles en banlieue.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Recompositions culturelles et dégradation des banlieues
Les malaises du sentiment d’appartenance
Les ambivalences de la « proximité »
Des ressources pour se légitimer dans les pratiques éducatives
Compréhension et autorité : le sens du compromis
Conclusion

Aperçu du début du texte

Les débats sur les processus de ségrégation et sur les politiques publiques censées les combattre, récurrents depuis les années 1970, ont pris une importance accrue après les attentats de 2015. Pour comprendre ces dynamiques sociales et mettre en question le rôle de l’action publique, il importe d’analyser l’évolution du contexte des quartiers d’habitat social, là où les difficultés sociales et économiques et leurs effets d’exclusion se manifestent plus amplement. Il ne s’agit pas d’établir un lien de cause à effet à propos du processus par lequel des individus, qui d’ailleurs ne résident pas toujours en ces lieux, deviennent des terroristes. La dynamique de dégradation constante de ces espaces urbains, à elle seule, ne suffit pas à expliquer pourquoi quelques un(e)s se transforment en tueurs pour accomplir des actes irréversibles et insensés. Tous les « jeunes », pour se limiter à une catégorie souvent désignée par les médias et les discours les plus répandus, ne basculent pas dans...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Abdelhafid Hammouche, « Les intermédiaires de l’action publique dans les espaces urbains dégradés », Hommes et migrations, 1315 | 2016, 71-80.

Référence électronique

Abdelhafid Hammouche, « Les intermédiaires de l’action publique dans les espaces urbains dégradés », Hommes et migrations [En ligne], 1315 | 2016, mis en ligne le 01 juillet 2019, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/3717 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.3717

Haut de page

Auteur

Abdelhafid Hammouche

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org