Navigation – Plan du site
France-Brésil sous l'angle des migrations et de l'altérité. Différences et similitudes

Migrations internationales et populations étrangères en France et au Brésil

Hervé Théry
p. 40-53

Résumé

Une analyse des populations étrangères en France et au Brésil fait ressortir de profondes différences entre les deux pays, notamment en ce qui concerne les nationalités représentées et les mécanismes migratoires. Alors que dans l’Hexagone les ressortissants des pays voisins d’Europe du Sud et des anciennes colonies sont toujours les plus nombreux, au Brésil les origines migratoires connaissent depuis quelques décennies un net changement. Si les pays qui avaient le plus alimenté l’immigration aux XIXe et XXe siècles l’emportent en nombre de ressortissants, le Brésil est désormais au centre de nouvelles migrations régionales.

Haut de page

Texte intégral

1Une analyse cartographique fondée sur les données de l’INSEE1 et de l’IBGE2, son homologue brésilien, permet de mettre en lumière les situations contrastées de la France et du Brésil vis-à-vis des migrations internationales. Ces données s’appuient sur les recensements démographiques des deux pays. Il faut commencer par mettre en parallèle la répartition géographique et la composition des populations migrantes par nationalité. Dans le cas brésilien, la répartition des immigrations issues des flux du siècle dernier fait progressivement place à de nouveaux courants, provenant principalement du continent sud-américain, mais aussi de pays plus lointains, dont les habitants avaient jusque-là peu migré vers le Brésil.

2L’analyse des autorisations de migration entre 2004 et 2008 montre des apports nouveaux, notamment par des arrivées en provenance des États-Unis et de divers pays asiatiques. À cette réorientation en fonction de l’origine des migrants correspond un changement de destination à l’intérieur du pays. Les migrants privilégient nettement les grandes métropoles du Sudeste, notamment São Paulo et Rio de Janeiro.

Les étrangers en France et au Brésil

3Les étrangers recensés en France étaient en 2000, selon l’INSEE, 5 618 479 sur 58 520 688 habitants. Au Brésil, ils étaient, selon l’IBGE, 510 067 non naturalisés et 173 763 naturalisés sur 173 millions (contre 606 624 non naturalisés et 161 151 naturalisés en 1991 sur 161 millions). En 2009, on estime qu’ils sont environ 880 000. Le chiffre est en légère augmentation donc, mais, en proportion, bien inférieur à celui de la France, ce qui est a priori surprenant pour un pays qui a si lontemps été un pays d’immigration massive.

4Dans les deux pays (cf. figures 1 et 2), les populations étrangères se concentrent dans les grandes métropoles, mais de façon plus accentuée au Brésil, notamment à São Paulo et Rio de Janeiro. Une représentation cartographique non conventionnelle (en anamorphose, cf. figures 3 et 4) montre plus clairement les concentrations de populations étrangères dans les régions centrales des deux pays.

Figure 1. Les étrangers en france

Figure 1. Les étrangers en france

Figure 2. Les étrangers au Brésil

Figure 2. Les étrangers au Brésil

Figure 3. Les étrangers en France, anamorphose

Figure 3. Les étrangers en France, anamorphose

Figure 4. Les étrangers au Brésil, anamorphose

Figure 4. Les étrangers au Brésil, anamorphose

Figure 5. Les six nationalités les plus représentées en France

Figure 5. Les six nationalités les plus représentées en France

Figure 6. Les six nationalités les plus représentées au Brésil

Figure 6. Les six nationalités les plus représentées au Brésil

5Les six nationalités les plus représentées parmi les étrangers résidant en France sont issues des pays voisins de l’Europe du Sud (Portugal, Espagne et Italie) ou des anciennes colonies d’Afrique du Nord (Algérie, Maroc et Tunisie).

6Au Brésil, on constate une forte représentation des mêmes pays d’Europe du Sud, d’où sont venus les principaux courants migratoires, notamment du Portugal, l’ancienne métropole. Deux autres pays ont alimenté les courants migratoires importants des XIXe et XXe siècles (l’Allemagne et le Japon), alors que le troisième est un pays voisin (l’Argentine). On est donc bien en présence des résultats des migrations passées, du temps où le Brésil voyait sa population croître principalement grâce à l’immigration.

Le Brésil, pays d’immigration

7Contrairement à d’autres pays d’Amérique latine, comme le Pérou, le (futur) Brésil ne comptait pas de populations indiennes nombreuses à l’arrivée des Européens. L’essentiel de sa population lui est venu par immigration, à l’époque coloniale (1500 à 1822) ou postérieurement.

8À l’époque coloniale, les principales migrations provenaient de la péninsule Ibérique, le pays étant fermé au commerce et aux migrations par la politique coloniale de la métropole, Lisbonne ou – durant la période où les deux pays étaient unis – Madrid. Après l’indépendance, sous l’Empire (de 1822 à 1889), une politique d’immigration depuis l’Europe avait été amorcée, en prévision de l’abolition de l’esclavage qui fournissait jusque-là l’essentiel de la main-d’œuvre dans les plantations et les mines. De fait, une fois l’esclavage aboli, ce qui entraîna la chute de l’Empire, c’est l’immigration européenne qui assurait la croissance de la population et la prospérité du pays, alors en plein boom du café.

9Ce flux migratoire resta très fort jusqu’aux années trente, puis chuta lors de la Seconde Guerre mondiale et ne reprit que brièvement et modestement après celle-ci. Les immigrés les plus nombreux, outre les Portugais et les Espagnols, qui continuaient à prendre la route de l’Amérique du Sud, furent les Italiens et les Allemands. Leurs pays étaient alors en plein processus d’unification et de transformation économique profonde, ce qui “libérait” des populations paysannes ne trouvant plus leur place dans les sociétés en cours de modernisation.

Tableau 1. Migrants par nationalité

Période
Nationalité

1884
1893

1894
1903

1904
1913

1914
1923

1924
1933

1945
1949

1950
1954

1955
1959

Total

Italiens

510 533

537 784

196 521

86 320

70 177

15 312

59 785

31 263

1 507 695

Portugais

170 621

155 542

384 672

201 252

233 650

26 268

123 082

96 811

1 391 898

Espagnols

113 116

102 142

224 672

94 779

52 405

4 092

53 357

38 819

683 382

Autres

66 524

42 820

109 222

51 493

164 586

29 552

84 851

47 599

596 647

Japonais

-

-

11 868

20 398

110 191

12

5 447

28 819

176 735

Allemands

22 778

6 698

33 859

29 339

61 723

5 188

12 204

4 633

176 422

Syriens
et Turcs

96

7 124

45 803

20 400

20 400

93 823

Total

883 668

852 110

1 006 617

503 981

717 223

80 424

338 726

247 944

4 630 693

Source : Brasil : 500 anos de povoamento. Rio de Janeiro, IBGE, 2000. Apêndice : Estatísticas de 500 anos de povoamento, p. 226.

Figure 7. Les principaux apports migratoires au XXe siècle

Figure 7. Les principaux apports migratoires au XXe siècle

Figure 8. Les descendants des immigrants au Brésil

Figure 8. Les descendants des immigrants au Brésil

10Au début du XXe siècle, un courant d’immigration japonaise s’est joint à eux, à l’origine pour fournir des travailleurs aux plantations de café. Une centaine de milliers d’immigrants viennent par ailleurs de ce qui était alors l’Empire ottoman. Pour la plupart libanais et syriens, ils sont encore aujourd’hui appelés de manière générique “Turcos”.

11Les nationalités les plus représentées dans la population brésilienne sont donc encore, on l’a vu, celle des pays d’où sont venus les immigrants. On peut y ajouter d’autres groupes nationaux représentant des communautés moins nombreuses et dont l’implantation dans le pays n’est pas exactement la même. Les Autrichiens et les Hongrois suivent à peu de chose près la même répartition que les Allemands. Quant aux Hollandais, ils sont beaucoup plus dispersés dans le pays, en bonne partie parce qu’il s’agit d’une immigration se destinant à l’agriculture et qui a trouvé de bonnes terres dans les États de la périphérie du Centre comme le Minas Gerais ou le Paraná. Les Turcs stricto sensu sont groupés à Rio et São Paulo, mais les Turcos libanais et syriens se dispersent dans tout le Sud, et même dans certains États plus au nord, où ils sont en général commerçants.

Les autres apports migratoires au Brésil

12L’évolution récente a apporté des changements sensibles à cette répartition issue de l’immigration historique. Cette dernière reste d’autant plus dominante que la plupart des étrangers se sont fixés depuis longtemps dans le pays, comme le montre la figure qui les classe en fonction de leur date d’arrivée au Brésil (cf. figure 9) : la majeure partie des migrants sont arrivés avant 1990. Mais de nouveaux courants migratoires se sont dessinés au cours des trois dernières décennies. Ils font plus de place aux échanges avec les pays voisins et à de nouveaux courants migratoires.

13Les pays voisins, à l’exception de l’Argentine – même si leurs ressortissants n’étaient pas absents du territoire brésilien –, n’ont compté parmi les groupes étrangers les plus nombreux qu’à partir du recensement de 2000. On les trouve, comme on pouvait s’y attendre, dans les régions frontalières de chacun des pays, mais aussi et parfois en plus grand nombre dans les grandes capitales du Sud-Est. Les seuls qui se dispersent dans une bonne partie du pays sont les Boliviens et les Paraguayens que l’on retrouve dans tout l’ouest du Brésil.

14Ces migrations de voisinage tendent à se développer grâce à la multiplication des points de passage, l’amélioration des infrastructures routières, et surtout parce que le développement économique du Brésil, plus rapide que chez ses voisins, en fait un foyer d’attraction dans la région.

Figure 9. Les immigrants par date d'arrivée au Brésil

Figure 9. Les immigrants par date d'arrivée au Brésil

Figure 10. Les ressortissants des pays voisins du Brésil

Figure 10. Les ressortissants des pays voisins du Brésil

Figure 11. Autres étrangers au Brésil

Figure 11. Autres étrangers au Brésil

15Les ressortissants des autres pays étrangers, dont rend compte le recensement de 2000, se répartissent principalement dans les capitales des États fédérés et dans les grandes villes du Sudeste, mais on en trouve aussi de petites concentrations dans des régions plus inattendues : en Amazonie notamment, pour un certain nombre de citoyens des États-Unis, ou dans le Nordeste pour les Belges.

16Ces autres nationalités ont des répartitions sur le territoire national assez semblables entre elles et proches de celles de la population brésilienne : leurs ressortissants se distribuent principalement dans le Sud et le Sud-Est, et tout particulièrement dans les grandes capitales, Rio et São Paulo. Le seul pays à faire exception, à double titre, est l’Angola, la seule nation africaine à apparaître avec des effectifs significatifs, et aussi la seule à avoir une certaine dispersion dans les États situés au nord des deux capitales. On peut sans doute l’expliquer par le fait que bon nombre de ces Angolais ont probablement quitté le pays lors de l’indépendance et ont cherché à s’installer dans un pays lusophone où beaucoup de terre était disponible, d’où leur choix du Brésil.

Tendances récentes

17En attendant le recensement de la population de 2010, on ne dispose pas de sources aussi précises sur les tendances récentes de l’immigration au Brésil. On peut toutefois s’en faire une idée en observant les demandes d’autorisation d’immigrer qui ont été enregitrées par les autorités brésiliennes, en l’occurence le ministère du Travail (cf. figure 12). Il ne s’agit évidemment que d’une partie des flux, ceux qui sont traités de façon officielle, ce qui laisse de côté toute l’immigration clandestine ou semi-clandestine.

Figure 12. Autorisations d'immigrer, 2004-2008

Figure 12. Autorisations d'immigrer, 2004-2008

18Ces données, que l’on peut transformer en carte de flux, montrent que dorénavant le Brésil attire des migrants du monde entier, et pas seulement des zones qui traditionnellement se dirigeaient vers lui. Aux flux traditionnels venus d’Europe s’ajoutent désormais des courants venus du continent américain, du Nord comme du Sud, et de plus en plus de flux venus d’Asie, principalement du Japon et de Corée. Le seul continent absent est l’Afrique, qui a si longtemps envoyé des migrants involontaires vers le Brésil, du temps de la traite négrière. Les tentatives de rapprochement du Brésil avec l’Afrique, entreprises principalement depuis l’arrivée au pouvoir du président Lula, ne se traduisent pas – ou pas encore – par des flux migratoires.

Figure 13. Répartition en fonction de l'origine des immigrants

Figure 13. Répartition en fonction de l'origine des immigrants

Figure 14. Destination des immigrants

Figure 14. Destination des immigrants

19Les destinations choisies à l’intérieur du Brésil sont diverses selon les origines des migrants : São Paulo, la capitale économique, attire de partout ; le Nordeste semble attirer tout particulièrement les Européens. La nouveauté la plus remarquable est l’apparition de migrants asiatiques : aux Japonais s’ajoutent des Coréens, des Chinois et, plus récemment, des Indiens. Leur répartition dans le pays est semblable à celle des autres nationalités, à l’exception près d’un flux de quelques centaines de Japonais qui se dirigent vers l’Amazonas, ce qui s’explique par la présence de la zone franche de Manaus, où sont installées de nombreuses entreprises japonaises.

20Le Brésil redevient donc un pays d’immigration, il attire de plus en plus de migrants qui choisissent de s’y installer parce qu’ils pensent que le développement économique de ce pays est plus rapide que celui de leur propre pays d’origine. Ce ne sont donc plus des migrations organisées vers les plantations et les zones de colonisation agricole, mais des migrations individuelles motivées par une volonté d’ascension sociale. Face à cette situation nouvelle, quelle politique le gouvernement brésilien va-t-il adopter ? On en a une idée par une initiative récente : le président Luiz Inácio Lula Da Silva a promulgué le 2 juillet 20093 la loi 1.664-D, de 2007, dite “loi de l’amnistie migratoire”, qui amnistie les étrangers en situation irrégulière au Brésil. La nouvelle loi permet à tous les étrangers en situation irrégulière, entrés au Brésil avant le 1er février de cette année, de régulariser leur situation. Elle leur accorde la liberté de circulation, le droit de travailler, l’accès à la santé, à l’éducation publique et à la justice. Cette mesure concerne les personnes entrées irrégulièrement au Brésil, dont le visa d’entrée était périmé ou qui n’ont pas bénéficié de la dernière loi d’amnistie migratoire, en 1998, soit, selon les calculs du ministère de la Justice, autour de 50 000 personnes (certaines institutions internationales estiment à 200 000 le nombre total d’étrangers en situation irrégulière au Brésil). Outre les Boliviens, les Chinois, les Paraguayens, les Péruviens et les Russes sont les principaux groupes concernés.

21Le gouvernement brésilien estime qu’aujourd’hui près de quatre millions de Brésiliens vivent à l’étranger, et le secrétaire d’État à la Justice Romeu Tuma Júnior espère que l’initiative brésilienne pourra sensibiliser d’autres pays et “susciter une réciprocité”. Selon lui, si beaucoup de pays continuent de criminaliser le traitement des flux migratoires, le Brésil a choisi d’humaniser sa politique d’accueil des étrangers.

Haut de page

Notes

1 ‘Institut national de la statistique et des études économiques, http://www.insee.fr/fr/default.asp.

2 Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística, http://www.ibge.gov.br/home/.

3 http://www.agenciabrasil.gov.br/noticias/2009/07/02/materia.2009-0702.0554961635/view, consulté le 18/8/09.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Les étrangers en france
URL http://hommesmigrations.revues.org/docannexe/image/372/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Figure 2. Les étrangers au Brésil
URL http://hommesmigrations.revues.org/docannexe/image/372/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 3. Les étrangers en France, anamorphose
URL http://hommesmigrations.revues.org/docannexe/image/372/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Figure 4. Les étrangers au Brésil, anamorphose
URL http://hommesmigrations.revues.org/docannexe/image/372/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 5. Les six nationalités les plus représentées en France
URL http://hommesmigrations.revues.org/docannexe/image/372/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Figure 6. Les six nationalités les plus représentées au Brésil
URL http://hommesmigrations.revues.org/docannexe/image/372/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Figure 7. Les principaux apports migratoires au XXe siècle
URL http://hommesmigrations.revues.org/docannexe/image/372/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Figure 8. Les descendants des immigrants au Brésil
URL http://hommesmigrations.revues.org/docannexe/image/372/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Figure 9. Les immigrants par date d'arrivée au Brésil
URL http://hommesmigrations.revues.org/docannexe/image/372/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Figure 10. Les ressortissants des pays voisins du Brésil
URL http://hommesmigrations.revues.org/docannexe/image/372/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Figure 11. Autres étrangers au Brésil
URL http://hommesmigrations.revues.org/docannexe/image/372/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Figure 12. Autorisations d'immigrer, 2004-2008
URL http://hommesmigrations.revues.org/docannexe/image/372/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Figure 13. Répartition en fonction de l'origine des immigrants
URL http://hommesmigrations.revues.org/docannexe/image/372/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 756k
Titre Figure 14. Destination des immigrants
URL http://hommesmigrations.revues.org/docannexe/image/372/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 781k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hervé Théry, « Migrations internationales et populations étrangères en France et au Brésil », Hommes et migrations, 1281 | 2009, 40-53.

Référence électronique

Hervé Théry, « Migrations internationales et populations étrangères en France et au Brésil », Hommes et migrations [En ligne], 1281 | 2009, mis en ligne le 29 mai 2013, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/372 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.372

Haut de page

Auteur

Hervé Théry

Géographe, directeur de recherche au CNRS-Credal, professeur invité à l’université de São Paulo – USP

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org