Navigation – Plan du site
Chroniques
Films

Chouf

Film français de Karim Dridi
Anaïk Vincent
p. 140-141

Texte intégral

1Après Bye Bye et Khamsa, le réalisateur franco-tunisien Karim Dridi clôt sa trilogie marseillaise avec Chouf, son dernier opus qui est sorti dans les salles parisiennes le 5 octobre.

2Le destin prometteur de Sofian (Sofian Khammes), un brillant étudiant issu de l’immigration, bascule quand son frère se fait abattre par les trafiquants de drogue de son quartier. Conduit par sa soif de vengeance, le jeune homme intègre le réseau. L’étau de cette guerre des gangs se referme sur lui et l’aspire dans une spirale meurtrière.

3Rares sont les semaines où la rubrique des faits divers des journaux locaux et nationaux n’est pas alimentée par le décompte des victimes d’une énième fusillade à la kalachnikov, d’un énième règlement de compte dans la cité phocéenne.

4Pari délicat et périlleux que ce choix des quartiers sensibles trop souvent stigmatisés comme théâtre d’une fiction. Avec cet hybride filmique, entre drame social et thriller, Dridi relève intelligemment le défi.

5Dès les premiers plans, le décor est posé : un ensemble délimité de barres d’immeubles vétustes, dont on ne sort ni ne rentre facilement, une immense prison à ciel ouvert.

6« Chouf » en arabe, c’est « guetter », « observer ». Contre-plongée sur les trajectoires des habitants ; au ralenti et en accéléré, rythmée par les paroles incisives d’un morceau de rap. Perchées sur les toits des immeubles, les sentinelles guettent les moindres allées et venues. La caméra les approche de dos, ils veillent à la sécurité des réseaux.

7Avec une précision quasi-documentaire, le réalisateur décrit la vie de cette cité en s’immergeant dans le quotidien de ses trafiquants. Sofian, en quête de l’assassin de son frère, est vite confronté à la hiérarchie, aux rivalités et à la corruption. À la tête du gang impliqué dans le meurtre, Reda, un caïd au sang froid, admirablement incarné par Foued Nabba. Fruit d’une riche collaboration avec acteurs amateurs et apprentis comédiens issus des ghettos marseillais, Chouf ne tombe jamais dans l’écueil des clichés. Pour ce projet, le réalisateur s’est installé à Marseille plusieurs années, a organisé des ateliers de cinéma et, ainsi, a pu écrire puis tourner son film en se nourrissant de l’expérience de ces jeunes. Les acteurs amateurs s’expriment dans leur argot marseillais avec leur gestuelle propre.

8Comment la corruption et la violence régissent-elles la vie de ces quartiers désœuvrés ? Échec de l’éducation, des politiques culturelles et sociales, de l’intégration. Constat amer. Dridi dresse le portrait d’une génération désabusée prise dans l’engrenage du banditisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anaïk Vincent, « Chouf », Hommes et migrations, 1315 | 2016, 140-141.

Référence électronique

Anaïk Vincent, « Chouf », Hommes et migrations [En ligne], 1315 | 2016, mis en ligne le 02 janvier 2017, consulté le 29 mai 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/3743

Haut de page

Auteur

Anaïk Vincent

Articles du même auteur

  • Soy Nero [Texte intégral]
    Film franco-germano-mexicain de Rafi Pitts
    Paru dans Hommes et migrations, 1315 | 2016
  • Brooklyn [Texte intégral]
    Film irlandais, britannique et canadien de John Crowley
    Paru dans Hommes et migrations, 1313 | 2016
  • La Marcheuse [Texte intégral]
    Film français de Naël Marandin
    Paru dans Hommes et migrations, 1313 | 2016
Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org