Navigation – Plan du site
Chroniques
Films

Soy Nero

Film franco-germano-mexicain de Rafi Pitts
Anaïk Vincent
p. 141-142

Texte intégral

1En compétition à la dernière édition de la Berlinale, Soy Nero de Rafi Pitts est sorti en salle le 21 septembre dernier. Interdit de résidence sur le territoire iranien pour son œuvre censurée par le régime, le cinéaste franco-iranien, naturellement sensible à cette question de l’immigration, offre une fable géopolitique humaniste sur l’absurdité d’un monde cloisonné par des frontières.

2Nero (Johnny Ortiz), 19 ans, de parents mexicains a été élevé et a grandi aux États-Unis. Déporté à Mexico, il regagne clandestinement Los Angeles, sa ville. Sa seule alternative pour obtenir le précieux sésame pour enfin devenir un citoyen américain : s’engager dans l’armée américaine. Inspiré de l’histoire vraie de Daniel Torres, le réalisateur aborde avec Soy Nero le sujet brûlant et méconnu des « green card soldiers ». Au-delà de cette question d’actualité, il interroge avec une subtile acuité la nécessité d’appartenir à un pays.

3Articulation de scènes riches et lourdes de sens comme cette partie de volley habilement chorégraphiée. Les Mexicains renvoient la balle aux Américains sous l’œil menaçant des gardes. La grille métallique qui matérialise la frontière comme filet. Ou cette scène de funérailles d’un « green card soldier » qui résonne avec une absurdité assourdissante quand, au cours de la cérémonie, la veuve se fait remettre, lors d’un protocole grotesque, le drapeau américain. Nero profite d’un feu d’artifice pour traverser devant les gardes distraits et revenir illégalement dans son pays.

4Johnny Ortis interprète avec une grande justesse l’ambivalence et la complexité de son personnage.

5Il retrouve à Beverly Hills son frère aîné Jesus dans sa villa de luxe financée par le trafic de drogue. Le duo de frères (Johnny Ortiz et Ian Casselberry) fonctionne à merveille. Leurs retrouvailles sont bien vite troublées par la réalité amère du quotidien. Pour parvenir à rester sur le sol américain, les alternatives sont limitées. Intégrer les réseaux mafieux ou s’engager. Nero choisit la seconde solution.

6On suit alors le jeune homme en poste dans un checkpoint quelque part dans une zone de conflit au Moyen-Orient ? En Afghanistan ? En Irak ? La lumière est aveuglante, l’attente interminable, les hommes perdent la raison, comme le sergent du régiment qui, dans un élan désespéré et suicidaire, marche vers l’ennemi lors d’un assaut. Nero a obtenu la nationalité, mais à quel prix ?

7Critique acerbe d’une politique d’immigration américaine instaurée par George W. Bush au lendemain du 11 septembre, Soy Nero, bien plus qu’un film politique, est aussi une fine réflexion philosophique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anaïk Vincent, « Soy Nero », Hommes et migrations, 1315 | 2016, 141-142.

Référence électronique

Anaïk Vincent, « Soy Nero », Hommes et migrations [En ligne], 1315 | 2016, mis en ligne le 02 janvier 2017, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/3744

Haut de page

Auteur

Anaïk Vincent

Articles du même auteur

  • Chouf [Texte intégral]
    Film français de Karim Dridi
    Paru dans Hommes et migrations, 1315 | 2016
  • Brooklyn [Texte intégral]
    Film irlandais, britannique et canadien de John Crowley
    Paru dans Hommes et migrations, 1313 | 2016
  • La Marcheuse [Texte intégral]
    Film français de Naël Marandin
    Paru dans Hommes et migrations, 1313 | 2016
Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org