Navigation – Plan du site
Chroniques
Livres

Pierrette Hondagneu-Sotelo, Paradise Transplanted. Migration and the Making of California Gardens

University of California Press, 2014, 314 p., 29,26 €
Lionel Francou
p. 147-148
Référence(s) :

Pierrette Hondagneu-Sotelo, Paradise Transplanted. Migration and the Making of California Gardens, University of California Press, 2014, 314 p., 29,26 €.

Texte intégral

1Le Sud de la Californie est une région extrêmement prospère mais marquée par d’importantes inégalités socio-économiques. Assez aride, un désert y côtoie une multitude de larges pelouses impeccablement entretenues, ce qui nécessite à la fois beaucoup de main-d’œuvre, d’eau (importée depuis d’autres États), d’essence (pour les machines) et de produits chimiques. La fabrique des jardins californiens est ici abordée par le biais des migrations. La sociologue Pierrette Hondagneu-Sotelo explique comment la société influence les jardins, mais aussi comment, en retour, ceux-ci affectent la société et les individus, tant au plan identitaire qu’économique. Trois types de jardins sont analysés et ces études de cas participent d’une analyse transversale remarquablement menée. D’abord, l’auteure s’intéresse aux jardins résidentiels et au travail réalisé, la plupart du temps, par des Mexicains ou des Latinos. Ensuite, elle observe le rôle social joué par les jardins communautaires dans des quartiers pauvres du centre-ville de Los Angeles. Enfin, elle démontre, à partir de l’étude d’un prestigieux jardin botanique, comment la nature peut servir à affirmer son statut social et son pouvoir.

2Au cours de son ethnographie, l’auteure a réalisé de nombreux entretiens (auprès de jardiniers, professionnels ou amateurs, de clients, de responsables du jardin botanique, etc.) et observations, tout en analysant plusieurs sortes d’archives et de documents qui lui ont permis de noter des évolutions socio-historiques ou des éléments de contexte importants. Les jardins, qui sont toujours à la fois un espace de plaisir et de pouvoir (notamment symbolique, mais aussi d’appropriation des ressources pour un usage privé), sont ici approchés empiriquement pour mieux comprendre les représentations, mais aussi les pratiques et les relations sociales qu’ils donnent à voir. Les jardins connaissent de multiples influences (sur les pratiques, mais aussi sur les plantes et les graines rendues disponibles et employées), d’autant plus dans une région où les immigrants sont nombreux et issus des quatre coins du monde. Si, pour les migrants, ils permettent de garder une connexion avec le pays natal, ou d’espérer que leur dur labeur soit récompensé par une réussite économique et une ascension sociale, les jardins sont aussi source de plaisir pour ceux qui en jouissent, principalement les plus aisés, étant donné le faible nombre de jardins et de parcs publics dans les quartiers les plus défavorisés.

3Rares sont les recherches sociologiques portant sur les jardins. En s’appuyant sur des apports de l’histoire, de l’urbanisme et de la géographie, Pierrette Hondagneu-Sotelo porte un regard sociologique aiguisé sur leur production et le rôle joué par les migrants. Elle compare les jardiniers aux nounous et aux domestiques latinos, soulignant comment de nombreux Américains aisés délèguent aux migrants, dans des conditions de travail peu favorables, la prise en charge de larges pans de leurs vies. L’auteure permet d’en savoir plus sur l’existence des migrants latinos et le rôle (thérapeutique ou économique) joué par les jardins dans leur vie. Son analyse, appuyée par une bibliographie solide, est ancrée dans les matériaux empiriques qu’elle donne à voir, sous la forme de portraits et d’extraits d’entretiens et de terrain, mais aussi de nombreuses photographies et illustrations. Dans sa conclusion, elle formule une série de propositions pour amorcer une transition vers un modèle plus écologique et démocratique, mais aussi plus durable (socialement, économiquement et culturellement). Elle en appelle à la nécessaire volonté politique pour prendre des mesures favorisant l’adoption de pratiques plus respectueuses de l’environnement et des travailleurs. La région est, selon elle, un endroit particulièrement adapté pour amorcer ce changement, qui y est d’autant plus nécessaire que les défis sociaux, économiques ou environnementaux y sont plus urgents qu’ailleurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lionel Francou, « Pierrette Hondagneu-Sotelo, Paradise Transplanted. Migration and the Making of California Gardens », Hommes et migrations, 1315 | 2016, 147-148.

Référence électronique

Lionel Francou, « Pierrette Hondagneu-Sotelo, Paradise Transplanted. Migration and the Making of California Gardens », Hommes et migrations [En ligne], 1315 | 2016, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 27 février 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/3754

Haut de page

Auteur

Lionel Francou

Doctorant en sociologie au CriDIS, Louvain, Belgique.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org