Navigation – Plan du site
Chroniques
Livres

Virginie Sassoon, Femmes noires sur papier glacé

Paris, INA éditions, 2015, 193 p., 20 €
Catherine Guilyardi
p. 148-149
Référence(s) :

Virginie Sassoon, Femmes noires sur papier glacé, Paris, INA éditions, 2015, 193 p., 20 €.

Texte intégral

  • 1 Prix recherche des Assises du journalisme 2016. Mention spéciale Prix de la recherche de l’INA, 201 (...)

1Issu de sa thèse « Femmes noires sur papier glacé. Les ambiguïtés de la presse féminine noire » soutenue en 2011 à l’Institut français de presse (IFP), ce livre1 s’intéresse à un espace situé « dans l’angle mort du modèle républicain, là où la couleur et le sexe séparent les publics », écrit Virginie Sassoon en préambule. Au désintérêt de la recherche pour les médias minoritaires s’ajoute l’indifférence pour la presse féminine « depuis toujours ignorée et méprisée par les intellectuels français », affirme la sociologue des médias. De cet objet d’étude orphelin, elle a tiré un livre à l’intersection de multiples sujets, des conditions de production des médias minoritaires au marché des produits de beauté « ethniques », des revendications identitaires aux « oppressions esthétiques », injonctions contradictoires constatées dans les trois magazines qu’elle a étudiés sur une période allant de 2007 à 2009. Leur diffusion en France, en Afrique et aux Antilles-Guyane montre l’existence d’une Atlantique noire francophone et explique la diversité des influences culturelles qui nourrissent ces publications.

2Amina, créée au Sénégal en 1972 par Michel de Breteuil, fils d’un ancien éditeur de journaux pour colons, est le titre le plus ancien et le plus connu. Sorte de « catalogue » de portraits de femmes qui ont réussi, de la coiffeuse à la femme de ministre, Amina se vend surtout en Afrique. Brune, lancé en 1991 (puis en 2007), est le seul à avoir été fondé par une femme noire, Marie-Jeanne Serbin-Thomas, mais a une équipe de direction en majorité masculine, comme les deux autres titres. C’est un magazine « haut de gamme » destiné aux femmes actives et plutôt aisées. Miss Ébène, leader en France, a été lancé en 2001. Il est destiné aux jeunes femmes qui ont grandi dans l’Hexagone de la classe moyenne.

3Traitant de sujets engagés à côté d’autres plus frivoles, porteurs de messages à visée commerciale et rarement d’une parole politique, la presse féminine noire offre-t-elle « une véritable pluralité de modèles d’identification ou réplique-t-elle “en couleur” les critères promus par l’industrie cosmétique et culturelle occidentale ? » se demande Virginie Sassoon. L’oppression esthétique qui pèse sur les femmes noires, notamment l’injonction à blanchir leur peau et à lisser leurs cheveux, freine leur émancipation, selon l’auteur, qui montre notamment qu’un quart des publicités dans Amina vante des produits éclaircissants. C’est le seul des trois médias à accepter ce genre de financement, mais les couvertures de Miss Ébène montrent rarement des femmes à la peau très noire et Brune, le plus « militant », ne choisit pas souvent des femmes qui arborent une coiffure aux cheveux naturellement crépus.

4Le contexte est-il favorable à l’émergence d’une identité affichée et assumée pour les femmes noires ? Si la femme blanche doit se battre pour s’affirmer par rapport au groupe dominant qu’est l’homme blanc, être noire c’est aussi porter l’héritage raciste et colonial de la France et de son ancien Empire. « La “beauté blanche” recouvre les traits de l’universel, explique Sassoon, alors que la “beauté noire” apparaît particulièrement spécifique, “exotique”. » Les féminins noirs donnent peu de clés aux lectrices pour décrypter ce que porte la femme noire. Peut-être est-ce parce qu’il n’y a pas de féminisme noir en France comme il en existe aux États-Unis, selon Virginie Sassoon. C’est d’ailleurs outre-Atlantique que la presse féminine noire française trouve la plupart de ses « héroïnes », véritables exemples de réussite. Pour encourager les Noires à définir et affirmer « des critères de beauté “pour soi” », « un enjeu crucial » selon Virginie Sassoon, la chercheuse préconise la création de plus de supports d’information indépendants et la constitution de groupe de lobbying et de labels de beauté spécialisés.

5Dans cet essai à la lecture limpide, l’auteure qui s’inscrit dans un champ de recherche en devenir, les Black Studies à la française, conclut : « Les médias des minorités nous invitent à réfléchir aux multiples héritages qui nourrissent le roman national, que la mémoire “officielle” occulte parfois. » Pour que « le pouvoir de raconter des histoires, de les diffuser, de les transmettre et de les ancrer dans la mémoire » n’appartienne pas à la seule majorité. La récente admission d’Alain Mabanckou à la chaire annuelle de création francophone du Collège de France est en ce sens encourageante.

Haut de page

Notes

1 Prix recherche des Assises du journalisme 2016. Mention spéciale Prix de la recherche de l’INA, 2012. Deuxième prix du jeune chercheur francophone, Société française des sciences de l’information et de la communication (SFSIC).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Guilyardi, « Virginie Sassoon, Femmes noires sur papier glacé », Hommes et migrations, 1315 | 2016, 148-149.

Référence électronique

Catherine Guilyardi, « Virginie Sassoon, Femmes noires sur papier glacé », Hommes et migrations [En ligne], 1315 | 2016, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 27 février 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/3757

Haut de page

Auteur

Catherine Guilyardi

Journaliste et réalisatrice de documentaire, Radio France et BBC.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org