Navigation – Plan du site
Chroniques
Livres

Bruno Loth, Dolorès

Paris, La Boîte à bulles, 2016, 80 p., 18 €
Mustapha Harzoune
p. 152-153
Référence(s) :

Bruno Loth, Dolorès, Paris, La Boîte à bulles, 2016, 80 p., 18 €.

Texte intégral

1Février 2015. L’histoire s’ouvre dans une maison de retraite bordelaise. Alignées en rang d’oignon devant un poste de télévision, quatre fringantes vénérables devisent et se chambrent, un peu. « Moi, un bateau va venir me chercher » répète Marie. « C’est pas un bateau qui va venir te chercher, c’est l’ambulance » lui répond une autre. La vie s’expose, dérisoire et tragique, les corps abîmés, fatigués et les mémoires devenues inutiles. Marie inquiète ses filles et le personnel de l’établissement. On ne la reconnaît plus. Son état de santé semble se dégrader. Depuis peu, elle se fait appeler Dolorès et se met à parler en espagnol, elle qui jamais n’a pratiqué cette langue. Étonnant. Comme est étonnant le fait que ses deux filles ignorent tout de son enfance, plus exactement de la vie avant l’orphelinat, quand, à l’âge de sept ans, elle fut adoptée. Alors, par amour pour cette femme qui leur a donné la vie et les a élevées seule, Nathalie doute, s’interroge, prend au sérieux ce que d’aucuns considéreraient comme les délires d’une dame déjà sénile, ou pas loin.

2Bruno Loth revisite ici le thème du silence et de la transmission. Par des allers-retours entre le présent et le passé, le lecteur comprend vite que Marie se prénomme bien Dolorès et qu’avec ses parents républicains elle a fui, en 1939, les troupes franquistes, tentant d’embarquer sur le Stanbrook, le dernier bateau à pouvoir quitter le port d’Alicante. Bloquées sur la plage, quelques 15 000 personnes – hommes, femmes et enfants – tombent dans les griffes des fascistes espagnols et italiens. Comme Doan Bui qui, dans Le Silence de mon père (L’Iconoclaste, 2016), évoque les silences d’une génération de réfugiés vietnamiens, ici Bruno Loth aborde à travers les non-dits d’une autre réfugiée, cette enfant de républicains, orpheline et recueillie par une institution religieuse française, les silences (et la mémoire) des républicains espagnols dont certains « refusèrent de parler leur langue tant que Franco était en vie ».

3Pour mettre des mots et des images sur ces silences, pour reconstituer cette partie d’elle-même, pour se rapprocher de sa mère, Nathalie se rend en Espagne. Elle assiste à la montée de Podemos et à l’élection à la mairie de Madrid de Manuela Carmena, du mouvement « Ahora Madrid ». L’originalité de l’ouvrage est de mêler, par un jeu de miroir, les valeurs et les idéaux des républicains aux revendications de justice, aux combats contre la corruption des militants de Podemos. « L’histoire, comme la mémoire humaine, n’est jamais absolue écrit en postface l’auteur. Nos histoires de familles ressemblent à celles de tout un peuple, elles influencent constamment notre avenir et la manière dont nous nous approprions le passé. »

4L’autre actualité, qui entre en résonance avec cette mémoire espagnole oubliée, est celle des réfugiés, syriens notamment. Il fut un temps où, en l’espace de quelques jours, du 28 janvier au 15 février 1939, la France dû accueillir pas moins de 500 000 réfugiés espagnols. Mal, souvent… mais au moins, les portes ne furent pas fermées.

5Dolorès n’est qu’un prétexte pour l’auteur – on peut le regretter pour la consistance des personnages – pour revenir sur la mémoire de la Guerre civile espagnole et l’exil des républicains. Le texte, didactique et documenté, n’a pas l’énergie ou la force des dessins, en noir et blanc et en sépia. Des dessins réalistes et précis. Sensibles aussi, à commencer par les portraits.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mustapha Harzoune, « Bruno Loth, Dolorès », Hommes et migrations, 1315 | 2016, 152-153.

Référence électronique

Mustapha Harzoune, « Bruno Loth, Dolorès », Hommes et migrations [En ligne], 1315 | 2016, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 27 avril 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/3762

Haut de page

Auteur

Mustapha Harzoune

Journaliste.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org