Navigation – Plan du site
Dossier

Un paradoxe belge

Quarante ans de reconnaissance et d’altérisation de l’islam en Belgique
Hanifa Touag
p. 49-56

Résumé

La montée récente du « problème musulman » dans les débats publics en Belgique renseigne sur la situation paradoxale qu’occupe l’islam dans le pays. À la différence de son voisin français, la religion musulmane a bénéficié d’un long parcours de reconnaissance de la part des autorités belges. Pour autant, cette religion n’échappe pas aux stigmatisations dont ses pratiquants sont victimes partout dans une Europe gagnée par le néolibéralisme. Sommés de s’intégrer dans une société civile tâchant de gérer ses identités multiples, ils sont soumis à des processus idéologiques qui jouent de l’amalgame avec les figures radicalisées de leur religion et produisent leur altérisation.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

La reconnaissance problématique de l’islam en Belgique
Une application tardive et incomplète génératrice de frustrations et d’inégalités
La représentation de l’islam en Belgique, enjeu d’une lutte de pouvoir
L’islam et l’identité pris au piège du néolibéralisme
L’altérisation de l’islam dans le débat public belge

Aperçu du début du texte

Les attentats de Paris et de Saint-Denis puis ceux de Bruxelles et de Zaventem au cours de l’année 2015-2016 ont suscité un émoi considérable au sein de la société belge, pas seulement parce que ces attaques frappent désormais la Belgique, mais aussi et surtout parce que des Belges y ont activement pris part. Dès lors, se sont multipliées les manifestations identitaires hostiles à l’islam, se traduisant notamment par des agressions à caractère islamophobe telles des dégradations de mosquées ou une marche de skinheads d’extrême droite quelques jours après les attentats de Bruxelles. Ces événements s’inscrivent dans un contexte politique déjà très sensible du fait de la distension croissante du lien social et national entre Wallons et Flamands, au point de menacer l’unité et le vivre ensemble de l’État fédéral.

Ce problème n’est cependant pas nouveau puisque des recherches ont signalé, avant les attentats, une tendance à la polarisation croissante de la société belge dans son rapport à...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hanifa Touag, « Un paradoxe belge », Hommes et migrations, 1316 | 2017, 49-56.

Référence électronique

Hanifa Touag, « Un paradoxe belge », Hommes et migrations [En ligne], 1316 | 2017, mis en ligne le 01 mars 2020, consulté le 18 août 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/3793 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.3793

Haut de page

Auteur

Hanifa Touag

Doctorante en sociologie à l’Institut d’études politiques de Paris et à l’Université catholique de Louvain.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org