Navigation – Plan du site
Chroniques
Films

L’Ultima Spiaggia

Film français, grec et italien de Thanos Anastopoulos et Davide Del Degan
Anaïs Vincent
p. 193

Texte intégral

1Sur la plage du Pedocin à Trieste on se retrouve pour discuter, bronzer, nager, mais toujours entre femmes ou entre hommes. Depuis plus d’un siècle, un mur sépare les genres. Le réalisateur italien David Del Degan a longtemps foulé ce sable. Jusqu’à l’âge de 12 ans, comme les autres enfants de son âge, il a pu circuler librement des deux côtés. Ce lieu atypique l’avait marqué et l’idée d’en faire un film n’est donc pas toute récente. Quand il apprit que le Grec Thanos Anastopoulos travaillait sur le même sujet, une collaboration s’est naturellement imposée. L’ultima spiaggia, littéralement la dernière plage, signifie aussi la dernière chance. Quand l’actualité fait irruption dans un tournage. Alors que les deux cinéastes archivaient cette mémoire, les médias révélaient l’érection à travers l’Europe de murs frontaliers en réponse à la crise migratoire. Comment faire entrer le réel, l’inattendu et lui donner sens ?

2Pari difficile que celui de filmer un endroit où les corps se dévoilent. Pudeur et respect sont toujours de mises. Absence de commentaires, de voix off, la caméra enregistre la vie quotidienne des plagistes avec tendresse et nonchalance. Témoigner, raconter la survivance de ce dernier rempart, trace d’un sexisme virulent. On y retrouve les habitués, les employés, des retraités surtout, mais des plus jeunes aussi. Ils évoquent le passé, l’actualité, la crise migratoire. De courtes séquences d’images d’archive reviennent sur l’histoire de cette ville frontalière et ponctuent un peu maladroitement le film. Ballottés par les vagues de la Méditerranée et des plans parfois très anecdotiques, on peine à comprendre les intentions un peu floues des réalisateurs. S’ils ont su avec subtilité et légèreté capter l’âme de cette plage, le montage confus plombe le spectateur comme le brûlant soleil italien.

3Métaphore de la frontière, le mur de la plage devient un prétexte superflu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anaïs Vincent, « L’Ultima Spiaggia », Hommes et migrations, 1316 | 2017, 193.

Référence électronique

Anaïs Vincent, « L’Ultima Spiaggia », Hommes et migrations [En ligne], 1316 | 2017, mis en ligne le 01 mars 2017, consulté le 18 août 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/3833

Haut de page

Auteur

Anaïs Vincent

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org