Navigation – Plan du site
Chroniques
Livres

Gildas Simon (dir.), Dictionnaire des migrations internationales. Approche géopolitique

Paris, Armand Colin, 2015, 808 p., 39 €
Marie Poinsot
p. 194
Référence(s) :

Gildas Simon (dir.), Dictionnaire des migrations internationales. Approche géopolitique Paris, Armand Colin, 2015, 808 p., 39 €.

Notes de la rédaction

Plusieurs ouvrages parus depuis 2015 ont retenu l’attention car ils constituent des ressources incontournables dans la diffusion des connaissances sur les migrations internationales, pour le plus grand intérêt des lecteurs désireux de se référer à des références utiles.

Texte intégral

1Une aventure éditoriale de longue haleine, multidisciplinaire et mondialisée, c’est ce que précise d’emblé le coordinateur de ce dictionnaire qui a tenté de relever un défi scientifique de taille, grâce à l’équipe de Migrinter (CNRS/université de Poitiers) et à un réseau de chercheurs plus large (au total 150 contributeurs) « permettant d’apporter une très grande diversité d’angles, d’éclairages, de points de vue », avec 190 États couverts et 1 500 références bibliographiques, complétées par des cartes et d’autres articles sur le site d’Armand Colin (www.armand-colin.com). Contrairement à d’autres aventures collectives qui souvent exigent des cadres contraignants, ce dictionnaire a privilégié les apports des auteurs, chercheurs expérimentés ou jeunes chercheurs, qui ont été retenus pour leur expertise. Ils ont donc été relativement libres pour exprimer leur cadre de compréhension et d’intelligibilité des réalités migratoires d’un pays qu’ils ont choisi de couvrir.

2Le but de cet ouvrage est ambitieux. Il s’agit de « visiter plus que revisiter (presque) tous les états du monde à travers le prisme de leur histoire migratoire depuis le XVIe siècle jusqu’à nos jours » depuis les « Grandes Découvertes » qui inaugurent la première mondialisation jusqu’à 2013. L’approche à la fois spatiale et temporelle permet de mesurer le poids des migrations dans la construction des sociétés contemporaines. L’échelle internationale favorise des comparaisons entre les pays qui est également enrichie par une transnationale mettant l’accent sur le fonctionnement « transfrontière » des migrants (circulations, flux humains, financiers, culturels etc.)

3Même si on peut se demander s’ils sont encore aujourd’hui des cadres heuristiques pertinents avec le développement par grandes aires géographiques, voire mondial, des flux et des systèmes migratoires, ce dictionnaire a choisi de conserver les États comme espace d’analyse car « la détermination des politiques migratoires et des politiques d’intégration demeure l’apanage des États ». Chaque notice de pays est organisée en deux parties couvrant l’histoire chronologique commentée de l’immigration et ses conséquences sur la société, puis de l’émigration des ressortissants vers l’extérieur. Cette double entrée dans le passé migratoire des pays permet de mieux faire comprendre comment ils se sont forgés des représentations des migrants et des migrations, parfois à partir d’expériences ou de perceptions qui sont très anciennes dans un contexte migratoire qui a fortement changé.

4L’ouvrage est organisé sans structure alphabétique mais avec un agencement des notices respectant « une lecture de l’espace migratoire mondial, et qui soit en cohérence avec l’organisation économique du monde et les principales aires culturelles et sociopolitiques. Il s’agit des grands ensembles ou systèmes migratoires régionaux, à l’intérieur desquels s’organisent et se réalisent les principaux flux de populations : l’Union européenne et ses bordures, l’Afrique septentrionale et le Moyen-Orient, l’Afrique subsaharienne, l’Amérique du Nord, l’Amérique latine, la Russie et l’espace post-soviétique, l’Asie du Sud, l’Asie du Sud-Est, l’Asie de l’Est et l’Océanie ». Plus qu’un état des lieux des recherches sur ces migrations, cet ouvrage propose pour chaque notice d’ouvrir des perspectives et de nouveaux chantiers qui seront utiles à l’avenir pour déconstruire les discours simplistes sur les flux migratoires et leurs conséquences dans la vie quotidienne et les mouvements politiques des sociétés contemporaines. C’est donc un dictionnaire à garder sous le coude pour s’y référer fréquemment.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Poinsot, « Gildas Simon (dir.), Dictionnaire des migrations internationales. Approche géopolitique », Hommes et migrations, 1316 | 2017, 194.

Référence électronique

Marie Poinsot, « Gildas Simon (dir.), Dictionnaire des migrations internationales. Approche géopolitique », Hommes et migrations [En ligne], 1316 | 2017, mis en ligne le 01 mars 2017, consulté le 18 août 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/3835

Haut de page

Auteur

Marie Poinsot

Rédactrice en chef.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org