Navigation – Plan du site
Chroniques
Livres

Dina Ionesco, Daria Mokhnacheva, François Gemenne (dir.), Atlas des migrations environnementales

Paris, IOM-OIM-Sciences Po les presses, 2016, 152 p., 24 €
Marie Poinsot
p. 197-198
Référence(s) :

Dina Ionesco, Daria Mokhnacheva, François Gemenne (dir.), Atlas des migrations environnementales, Paris, IOM-OIM-Sciences Po les presses, 2016, 152p., 24 €.

Texte intégral

1En prévision des travaux de la COP 21 à Paris, cet atlas a été réalisé dans le cadre d’un partenariat entre Dina Ionesco, chef de la division Migration, environnement et changement climatique au sein de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), Daria Mokhnacheva, spécialiste des migrations environnementales à l’OIM et François Gemenne, directeur exécutif du programme de recherche « Politiques de la Terre » à Sciences Po qui a associer les Presses de Sciences Po à la publication de leurs travaux. Son objectif principal est de présenter la diversité des migrations suscitées par une dégradation de l’environnement, qu’il s’agisse des catastrophes géophysiques ou météorologiques, des hausses du niveau de la mer, des désertifications, des dégradations des écosystèmes etc. Partant du constat « qu’un habitant de la planète sur sept est une migrante et que cette dégradation de l’environnement est la cause majeure de cette mobilité humaine sans précédent », cet atlas constitue un premier état des lieux sur ce sujet encore mal connu car ces mobilités contraintes sont souvent internes à un territoire national ou à une sous-région. Il l’analyse ces déplacements – et leur retour ou les réinstallations planifiées à titre préventif – dans leurs relations avec les autres facteurs (politiques, socio-économiques et psychologiques) qui provoquent l’exil. Si « les catastrophes environnementales déplacent chaque année des millions de personnes dans le monde, les décideurs politiques ont besoin de données statistiques fiables pour faire face à l’accroissement des risques de déplacements. » Avec plus de 100 cartes, graphiques, diagrammes et études de cas concrets, l’atlas met en forme des données statistiques produites par l’Organisation des Nations unies (2012), mais aussi principalement de l’OIM et de Sciences Po (2015) que commentent des articles très clairs dans leur style croisant les apports de différentes disciplines des sciences humaines (histoire, géographie, science politique, démographie, etc.). « Le choix d’un atlas est courageux car ce type d’ouvrage exige de savoir simplifier et représenter de façon graphique des équations très complexes » rappelle William Lacy Swing (directeur général de l’OIM) dans l’introduction. Les débats sur les concepts utilisés pour identifier et qualifier ces déplacements, les méthodes de recensement et de recherche, les organismes scientifiques ou ONG ou experts en charge de cette problématique sont également mentionnés tout au long de cet ouvrage qui fonctionne de ce fait comme un lieu de ressources très riche. En annexe, une bibliographie présente les ouvrages les plus récents.

2Structuré autour quatre thématiques principales qui se déploient sur une dizaine de textes et de graphiques (« Migrations actuelles, migrations environnementales » ; « Facteurs de migrations environnementales » ; « Défis et opportunités » ; « Gouvernance et réponses politiques »), cet atlas se termine par une liste des bonnes pratiques en matière de gestion des catastrophes, pour s’inspirer de « plusieurs États et acteurs locaux (qui) ont déjà mis en place des pratiques dont l’efficacité devrait faire école ». Et un rappel pour maximiser « le potentiel des migrants, des diasporas et de leurs communautés dans la lutte contre le changement climatique », en soulignant combien « les politiques migratoires ont un rôle central à jouer pour maximiser le potentiel de la migration en tant que stratégie de développement et d’adaptation au changement climatique ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Poinsot, « Dina Ionesco, Daria Mokhnacheva, François Gemenne (dir.), Atlas des migrations environnementales », Hommes et migrations, 1316 | 2017, 197-198.

Référence électronique

Marie Poinsot, « Dina Ionesco, Daria Mokhnacheva, François Gemenne (dir.), Atlas des migrations environnementales », Hommes et migrations [En ligne], 1316 | 2017, mis en ligne le 01 mars 2017, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/3839

Haut de page

Auteur

Marie Poinsot

Rédactrice en chef.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org