Navigation – Plan du site
Chroniques
Livres

Fawaz Hussain, Orages pèlerins

Paris, Le serpent à plumes, 2016, 173 p., 17 €.
Mustapha Harzoune
p. 199-200
Référence(s) :

Fawaz Hussain, Orages pèlerins, Le serpent à plumes, 2016, 173 p., 17 €.

Texte intégral

1Ils sont quatre, quatre Kurdes, à s’aventurer sur les routes de l’exil. Ils sont quatre à partir pour échapper aux militaires, aux ayatollahs, aux rebelles kurdes, au racisme arabe, au déni culturel et linguistique. Au déni de leur humanité. Quatre à partir parce que les émigrés qui en reviennent paradent au volant de grosses voitures, se construisent des villas et épousent des « jouvencelles », parce que les passeurs, dealers de rêves, leur promettent l’Eldorado. Ils sont quatre pour qui l’échec marquerait l’humiliation. Ils sont quatre qui n’emportent qu’un maillot de corps, un caleçon, une paire de chaussettes, une chemise, de quoi se raser, un bout de miroir cassé, « pour se donner une apparence de propreté à son arrivée ». Ils sont quatre « pions sur l’échiquier noir et blanc de l’absurde » ! Rien ne les distingue aux yeux extérieurs, indifférents ou hostiles. Et pourtant, les apparences cachent des êtres singuliers, des histoires et des désirs.

2Dara, l’Irakien, s’en vient à Paris pour un visage, qu’il n’a vu qu’en photo. Pour le chercher et le trouver sous les traits de Ziba, une prostituée maghrébine. Oui, on peut partir par amour, par une sorte d’aspiration, un élan amoureux ! Shérko, l’Iranien, quitte son « pays de mollahs et de femmes semblables à des sacs de charbon ambulants » pour vivre comme « un toutou choyé ». Du côté d’Auteuil, on promène son chien-chien à sa mémère, on ramasse ses crottes, on le porte tel un enfant, quand l’étranger crève sur son banc. Partir pour vivre comme un chien ! Rustemé Zal, le naïf Syrien, aspire à retrouver une identité, à vivre quelques années de tranquillité, économiser un pécule et rentrer auprès de Tahmineh son épouse. Partir pour mieux s’en retourner ! Enfin, il y a Sino, le Turc. Celui dont l’imaginaire est peuplé de rues et de lieux de Paris, de personnages échappés des romans français du xixe siècle. Partir par désir, non pour faire fortune, pour tutoyer la gloire dans la capitale de la culture !

3Des quatre Kurdes, il est « le mieux préparé ». Lui parle français, sait remplir les formulaires de l’Ofpra, répondre aux questions, quitte à mentir. Pourquoi ne pas mentir quand, pour le recalé de l’asile, « la petite feuille de moins de vingt grammes [tombe] sur ses espérances aussi violemment que le couperet de la guillotine sur la nuque du condamné » ? Oui, ce qui se « joue », c’est la vie ou la mort ! Même si la mort d’un « clando » vaut « des clopinettes ». Sino obtiendra le statut de réfugié. Un sur quatre.

4Dès son arrivée, il s’habille de neuf et jette ses vieilles nippes, comme on se débarrasserait du passé, et file se gaver de charcuterie, de vin blanc et de bière. Pour mêler l’utile à l’agréable, il monte une entreprise de pompes funèbres ; façon d’assouvir ses fantasmes sexuels – attisés par la « morbidité du deuil » et les voiles noires des veuves – et d’assurer sa réussite. Lucide, Sino voit bien que les Kurdes brûlent « la chandelle par les deux bouts » et exercent des « métiers plutôt pénibles ». Ils vont « tomber comme des mouches, mais des mouches très sentimentales, car ils tenaient à être enterrés au Kurdistan. Il y avait donc des milliards à gagner ! ».

5Fawaz Hussain plonge le lecteur dans les anfractuosités où sont relégués les immigrés de Paris. Il passe de quartier en quartier, pousse les portes des piaules minables, s’incruste dans les hôtels de passes, scrute la sociologie, black et basanée, du métro parisien, pointe les bisbilles et les trafics communautaires. Il décrit l’infortune du demandeur d’asile, les années à poireauter, la solitude, le doute, l’exploitation et la nostalgie pour les êtres laissés derrière soi. Les psychologies, les émotions, les failles ne sont pas factices. Ici, les hommes et les femmes ne sont pas de roman. Ils sont faits de chair et de sang.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mustapha Harzoune, « Fawaz Hussain, Orages pèlerins », Hommes et migrations, 1316 | 2017, 199-200.

Référence électronique

Mustapha Harzoune, « Fawaz Hussain, Orages pèlerins », Hommes et migrations [En ligne], 1316 | 2017, mis en ligne le 01 mars 2017, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/3846

Haut de page

Auteur

Mustapha Harzoune

Journaliste.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org