Navigation – Plan du site
France-Brésil sous l'angle des migrations et de l'altérité. Différences et similitudes

De la rencontre culturelle à l’interculturalité

Modalités de reconnaissances de la “brésilianité” en Guyane française ?
Dorothée Serges
p. 102-111

Résumé

La fête sur la plage de Kourou (Guyane française) est un carrefour d’origines et d’identités. Dans cet espace où se croisent Brésiliens, créoles, Amérindiens, métropolitains, ou militaires et légionnaires, les premiers contacts sont avant tout économiques. Pour les migrantes brésiliennes qui tentent de trouver leur place dans ce brassage festif, la “brésilianité” sert à la fois de repère et de fonds de commerce. Cette construction ethno-culturelle est un exemple des stéréotypes à l’œuvre dans le processus d’interculturalité. Une façon d’appréhender, dans la rencontre de l’autre, le jeu des a priori et des frontières ethniques entre les groupes.

Haut de page

Texte intégral

1L’histoire de la Guyane est liée à l’histoire de l’immigration des peuples dont les arrivées successives ont contribué à l’organisation d’une société guyanaise pluriculturelle.

  • 1 . Les Créoles – ou “criolo”, descendants locaux d’une espèce importée – sont les descendants de ces (...)
  • 2 Bernard Chérubini, “De l’intégration économique à l’intégration culturelle”, Les dossiers de l’outr (...)

2Au XVIIe siècle, les contacts ont été de type colonial entre les Européens, arrivés avec des esclaves africains1, et les populations amérindiennes dites “primitives”. Puis, “l’obsession de peuplement2” est devenue économique et les contacts planifiés. Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, la ruée vers l’or et le développement du secteur agricole ont conditionné l’arrivée de Saint-Luciens, de Martiniquais, de Chinois, d’Indiens “coolies”, de Libanais, de Javanais et de Hmong (1949-1954). Enfin, au milieu du XXe siècle, les migrations transfrontalières des Brésiliens, des Haïtiens, des Surinamais – majoritairement des Indonésiens puis des Noirs marrons, ou Bushinengués – et des Guyanaiens – remplacés ensuite par les Hindoustanais du Guyana – sont relatives au développement du secteur industriel et aux contextes politiques, économiques et sociaux de ces pays.

  • 3 Régine Calmont, “Départementalisation et migrations frontalières ? : le cas de la Guyane française” (...)

3En 1967, les migrations frontalières connaissent leur plus forte expansion avec l’arrivée massive des Brésiliens. En 1982, elles sont relayées par une importante vague d’immigration haïtienne, faisant de cette communauté le premier groupe étranger installé en Guyane. En 1990, on assiste enfin à une “redynamisation des flux frontaliers3”, tant due aux migrations des Brésiliens qu’aux personnes provisoirement déplacées du Surinam (1995).

L’assimilation hiérarchisante ou la construction des stéréotypes

  • 4 Où l’État participe à l’économie sous la forme de plans ? : Fonds d’investissements pour les DOM (F (...)
  • 5 La sécurité sociale, les allocations familiales, les congés payés, la garantie du Salaire Minimum ( (...)
  • 6 Marie-José Jolivet, La question créole. Paris, Orstom, 1982, p. 201.

4La situation du département de la Guyane française, instauré en 1946, entraînera une volonté d’assimilation des populations en fonction de modèles culturels associés à l’idéologie du progrès. La départementalisation en Guyane prend plusieurs formes  : elle est de type économique4 et social. Elle vise à octroyer les mêmes aides que celles dispensées en France métropolitaine5. Vont alors s’enclencher, dans un second temps, ce que Marie-Josée Jolivet appelle “les mécanismes d’une économie départementale[…] conçue pour une économie [planifiée] dominée par les intérêts du secteur privé6”. Ainsi, dans les années soixante, avec le cinquième plan de la départementalisation, se mettent en place les grands chantiers de construction civile (BTP) du Centre spatial guyanais (CSG) de Kourou à l’intérieur desquels vont être employés 1 500 travailleurs brésiliens originaires de Belém (Pará) et de Macapá (Amapá).

5Cette immigration planifiée par le gouvernement français obéit aux lois du marché en contribuant à l’émergence d’une élite créole et métropolitaine – essentiellement celle du CSG – au détriment de l’ascension des populations issues de l’immigration, utilisées principalement comme main-d’œuvre ou dans le secteur des services.

  • 7 1066 pondéré avec 30 % estimé d’entrées de clandestins. INSEE, (2006. Atlas des Populations Immigré (...)
  • 8 Ce quartier s’est développé à la mesure des activités d’orpaillage, à proximité.

6La population brésilienne résidant à Kourou est estimée aujourd’hui à 1 386 résidants7, dans une ville totalisant 19 074 habitants. Plusieurs “villages” ou quartiers regroupent la majorité de cette population. Ils sont situés place de l’Europe pour le premier, à proximité du quartier militaire Eldo, à la Cité du Stade, proche du centre, et au point kilométrique 7 (PK7), sur la piste en direction de la Montagne des Singes8. Une forte proportion de Brésiliens est également localisée dans le quartier de l’Anse et dans le quartier Savane.

Ethnographie de la fête de la plage à Kourou

  • 9 Claudine Labat, Cultures ouvertes, sociétés interculturelles, Paris, L’Harmattan, 1994, p. 4.

7C’est dans ce contexte qu’il faut situer la fête comme temps d’interculturalité, entendue comme la mise en forme de contacts entre des personnes culturellement différentes, “la construction des interactions entre groupes ou individus de cultures différentes9”, puisque cet espace est le lieu où vont être amenées à se côtoyer des populations originaires de milieux – géographiques, culturels, économiques et sociaux – différents. Pour cela, je m’appuierai sur des données de terrain collectées entre fin juin et fin septembre 2008, dans deux quartiers de Kourou : le quartier Savane et le quartier/village brésilien situé à la Cité du Stade.

  • 10 Une fois la boîte ou le bar fermé, l’after désigne la deuxième partie de la soirée.

8Durant cette période, j’ai réalisé des observations participantes en partageant le quotidien de trois familles et en me rendant dans les lieux festifs du Vieux Bourg (Saxo club, le Vieux Montmartre et Chez Alice), du quartier de l’Anse (Clibertown) ainsi qu’au Bar des Sports, place de l’Europe. Les afters10 se poursuivaient généralement dans les “camions/snacks” de cette même place ou dans le quartier Savane. Tous ces lieux sont fréquentés par des populations tant brésiliennes que métropolitaines, créoles et/ou bushinenguées. J’ai passé des entretiens semi-directifs et ouverts, dix-neuf au total, avec des Brésiliennes, régularisées ou non, dans le but de réaliser une étude plus générale sur les conditions d’insertion et d’autonomisation économique de ces migrantes. Quelques hommes ont également été entendus.

Un lieu d’échanges économiques et de rencontres culturelles

  • 11 Le ragga, diminutif de raggamuffin, est un genre musical issu du mouvement dancehall reggae initié (...)
  • 12 Le set ou mix est l’enchaînement de musique réalisé par le disc jockey dans le temps qui lui est im (...)
  • 13 Genre musical qui tire ses origines du kompa haïtien, répandu dans les départements français d’Amér (...)

9J’ai voulu prendre un espace festif “neutre” tel que celui que représentait la fête de la plage de Kourou. Elle est hebdomadaire et a lieu le dimanche, sur la plage Pim Poum, située sur l’avenue des Roches, entre les pointes Pollux et Castor, de 18 heures à minuit, heure légale. Le podium principal, où se tiennent les animations – groupes de chanteurs, danseurs et défilés – est situé à l’entrée. À l’autre extrémité de cet espace, à 500 mètres de là, et à proximité de la mer, est installé un stand de musique ragga11tenu par des Bonis. Ainsi, après avoir traversé ce stand, le podium principal et les jeux pour enfants, on arrive sur un podium secondaire, tenu par des Brésiliens, incluant une piste de danse. Là officie le disc jockey, appelé “gato-maestro” – le “chef mignon” – originaire de Macapa. Son set12 se compose pour l’essentiel de musiques brésiliennes, en provenance du Pará : techno, bréga, foró, calypso ; de musiques créoles : zouk13, et de musiques jamaïcaines : ragga et reggae. La piste de danse permet la rencontre, la compétition ou même simplement l’apprentissage, en fonction des musiques et des compétences individuelles. Elle est un lieu où les habitudes musicales des différents groupes ethniques peuvent s’échanger. Nous parlerons d’un premier pas vers la connaissance de l’Autre. Les véritables échanges interculturels, dans le cadre de l’analyse de cette fête, s’élaborent à travers la mise en place de rapports économiques par l’intermédiaire de la vente de produits alimentaires.

Premiers contacts : de la cuisine à la culture

  • 14 . Préparations à base de cachaça ou de rhum guyanais.
  • 15 . Viandes grillées dont le contexte de dégustation est semblable à celui des barbecues.
  • 16 Plat à base d’haricots noirs (feijão), de riz et de viande de porc. Il est servi avec de la farine (...)

10En effet, les principaux stands de restauration et de boissons sont tenus par des Brésiliennes. Situés à proximités des podiums, ils se présentent soit comme des “baraques” où sont disposées des tables et des chaises pouvant recevoir jusqu’à trente personnes chacune, soit comme des “camions/bars” de vente à emporter. Ces deux types de stands vendent majoritairement des boissons : sodas, bières, caïpirinhas et batidas14. Les “baraques” servent des plats à base de brochettes, rappelant la tradition de la churrascaria15 brésilienne et/ou de la feijoada16. Les “camions/bars” vendent soit des sandwichs, soit des vatapás ou tacacás (à base de crevettes), plats typiques du Nord-Est brésilien.

11Les Brésiliennes exploitent leur savoir-faire culturel plutôt à des fins économiques et, derrière ces échanges, débute un partage culturel. Les métropolitains et les créoles guyanais, avec quelques Amérindiens, découvrent ainsi la culture brésilienne à partir de la cuisine. Les plats sont majoritairement importés du Nord du Brésil, lieu dont les populations sont originaires. La vente, formelle ou informelle, constitue une alternative à l’exclusion de ces migrantes. Elle leur permet de “choisir” de se forger une nouvelle identité, celle de travailleuses. Leurs “choix” restent toutefois conditionnés par la connaissance préalable de personnes appartenant à d’autres groupes ethniques présents dans l’espace social guyanais et/ou par l’établissement d’un réseau d’interconnaissance.

Les objectifs de création d’un réseau d’interconnaissance

  • 17 Les légionnaires du 3e régiment étranger d’infanterie, engagés en Guyane, sont originaires de part (...)
  • 18 Commérages.

12L’espace festif de la plage permet de créer un “entre-soi”. Le moment festif va alors être l’occasion d’établir des réseaux d’interconnaissance avec les groupes présents autour des tables – majoritairement des métropolitains, des créoles, des Bushinengués, des légionnaires17, et, en plus petit nombre, des Amérindiens et des Haïtiens – par l’intermédiaire de rites de sociabilités avec le partage d’un temps commun et l’échange de boissons et de paroles : des fofocas18, des blagues et des conversations tournant autour de la vie en Guyane et/ou au Brésil. Il s’agit plutôt d’hommes seuls avec quelques rares couples. La fête devient un cadre propice à la formation de couples entre des jeunes Brésiliennes dont l’âge varie entre 20 et 35 ans, souhaitant “arumar-se um gatinho” – “s’arranger un copain” –, et des hommes plus âgés (25-50 ans) métropolitains, légionnaires ou créoles guyanais.

13Née à Cayenne, et reconnue à Afúa, Eliane n’a pas la nationalité française, ni même de carte de séjour. Aujourd’hui, elle fait des va-et-vient clandestinement entre les deux villes et tente une mise en couple durable, à l’image de celle de son amie avec qui elle est souvent sortie :

“C’est madame Bia, elle est Blanche comme toi [moi], mais elle est brésilienne. Sa vie, c’est très difficile, tu vois, elle vient comme ça, en clandestin, elle va comme moi à la discothèque. Là, elle travaille, fait une chose petite, une autre chose. Et un beau jour, elle connaît son mari, elle fait un mariage avec lui à la mairie, et maintenant sa petite fille de 3 ou 4 mois, elle est blanche comme son père, ses yeux, comme toi, bleus. Elle habite là à Kourou, madame Bia”.

14Le schéma de drague consiste à se faire offrir un verre, à rester discuter autour d’une table, partageant ou non un repas, à aller danser puis à échanger des numéros de téléphone ou à repartir avec la personne. Dans ces deux cas, la constitution de réseaux d’interconnaissances lors de fêtes et/ou de moments festifs débouchent sur plusieurs types d’échanges.

Les stratégies d’échange économico-sexuel

  • 19 Paula Tabet, La grande arnaque. Sexualité des femmes et échange économico-sexuel, Paris, L’Harmatta (...)

15Le premier se réfère à un échange de type économico-sexuel, où, selon Paula Tabet, “le service sexuel en soi […] peut devenir le moyen direct de subsistance pour les femmes qui le fournissent19”. La sexualité est perçue par Eliane comme une monnaie d’échange, permettant d’obtenir des compensations financières, qu’elle ne qualifie pas de type prostitutionnel. Ses préférences se focalisent sur un “Blanc”, afin de contrer les inégalités raciales, dont la société guyanaise n’est pas exempte.

16Ainsi, le “choix” d’une relation avec un “Blanc” s’effectue à partir de la connaissance préalable du statut des personnes fréquentant à la fois ces espaces et les jeunes Brésiliennes. En effet, ces jeunes filles apprennent très vite à situer socialement et économiquement leurs interlocuteurs, particulièrement par le biais de la fofoca, des échanges de savoir entre elles.

17La deuxième forme d’échange économico-sexuel peut avoir été initiée de manière identique, à la différence qu’elle a ensuite été institutionnalisée par le mariage. Cette relation établie n’est pas à sens unique. En effet, le mari de Bia, Marc, déclare avoir lui aussi un intérêt dans l’obtention de papiers brésiliens pour monter son commerce et construire sa maison au Brésil.

18La fête constitue un moment d’inversion temporaire de la domination de genre, de race et de classe, où nous aurions alors tort de penser que seules les femmes trouvent un intérêt dans ces échanges économico-sexuels. En effet, ils leur permettent de reprendre le contrôle de leur existence par l’intermédiaire de leur sexualité, sur une situation migratoire qui a tendance à les rendre invisibles, tant du point de vue économique que social. Les échanges économico-sexuels ainsi produits trouvent ensuite leur point culminant dans une reconnaissance institutionnalisée de la relation matrimoniale. Toutes ces représentations participent au façonnage de l’identité sexuelle des nouvelles migrantes brésiliennes.

Interculturalité, stéréotypes et reconnaissance de “brésilianités”

  • 20 Micheline Rey Von Allmen , “Des mots aux actes. Terminologie et représentation des migrations, des (...)

19En tant que lieu d’échange économique et de création de réseaux d’interconnaissance, la fête permet l’agencement de l’interculturalité, conçue dans un premier moment comme une dynamique “enclenchée par la diversité issue des mouvements migratoires et des échanges culturels20”. Ces échanges et interactions façonnent et organisent la transformation de la communauté des migrants brésiliens. L’interculturalité, en tant que projet, va alors se comprendre comme la reconnaissance de l’Autre, notamment à partir de la catégorisation co-construite lors des interactions décrites ci-dessus.

  • 21 Cité par Philippe Poutignat et Jocelyne Streiff-Fenart, Théories de l’ethnicité. Les groupes ethniq (...)

20Ainsi, la “brésilianité” – comme support d’éléments culturels ou “support de culture”, tel que nous le suggère Fredrick Barth21, et de stéréotypes, tels que nous les avons abordés – peut conditionner la reconnaissance des individus entre eux, au sein du groupe brésilien et au sein de la société guyanaise.

  • 22 Bernard Chérubini, “De l’intégration économique à l’intégration culturelle”, op. cit., p. 150.

21Les catégorisations vont osciller avec la mise en place de relations amicales et/ou de rivalités. Elles sont vécues de manière amicale entre les Brésiliennes, les Métropolitains, les Créoles guyanais et/ou antillais, matérialisées par des échanges sur la piste de danse. Ainsi, Philippe [ci-contre], créole guyanais de 45 ans, fréquente la communauté brésilienne depuis plus de dix ans. Il ne trouve pas “qu’il faille se comporter différemment selon les origines des personnes”. Cela semble contredire les rivalités pouvant exister dans le quotidien, où la hiérarchie est décrite comme immuable, notamment à travers la participation des groupes au moment du carnaval où “dès lors qu’il est question de hiérarchie sociale, on ne peut faire abstraction du cas particulier des différentes communautés immigrées et des incidences de leur statut socio-économique22. Or la participation à des fêtes moins formelles met en contact des personnes dont les intérêts semblent orientés vers le partage, même entre les créoles guyanais et les migrantes récentes. La rivalité la plus vive se situe au sein de la communauté brésilienne même.

Le moment festif : entre partage et rivalités

  • 23 Par Français, elle désigne aussi bien les créoles guyanais que les métropolitains.

22Rosima, 32 ans, est originaire de Maranhão. Migrant à 20 ans pour Macapá, elle est arrivée à Kourou il y a trois mois. Pour elle, si les Brésiliennes ne se mélangent pas c’est que les rivalités sont trop importantes, notamment lorsqu’il s’agit de tenues ou de travail. “Il y a une grande concurrence entre les Brésiliens eux-mêmes… Les seuls qui peuvent aider les Brésiliennes ici sont les Français23”.

23Celles installées depuis leur arrivée dans les quartiers festifs et qui ont connu une ascension sociale forte n’établissent que peu de contacts avec celles issues d’une immigration plus récente. Cela est d’autant plus perceptible lors des fêtes.

24Maréjó, arrivée il y a vingt-trois ans de Fortaleza, a connu une ascension dans le domaine de la vente. Elle ne souhaite pas fréquenter les migrantes qu’elle-même qualifie de “voleuses potentielles” – qu’il s’agisse du vol des hommes ou des biens. Elle souhaite se démarquer des autres Brésiliennes, tenues pour responsables de tous les obstacles – discriminations, soupçons d’activité prostitutionnelle – qu’elle a eu à surmonter lors de la création de son entreprise. Cette situation entre pourtant en contradiction avec son quotidien “familial”. Maréjó a employé l’amie de sa sœur Ana, alors clandestine, en tant qu’empregada domestica – employée domestique – et leur fille adoptive Luana, pour vendre des vêtements sur les marchés de Kourou et Cayenne.

  • 24 Comme Catherine Gorgeon, Bernard Chérubini ou Marie-José Jolivet.

25La “brésilianité” conditionne la mise en place de frontières symboliques entre les groupes culturels différents ainsi qu’entre les Brésiliennes elles-mêmes. Nous pourrions ainsi parler de plusieurs manières reconnues par les migrantes de construire leur “brésilianité”, ou identité ethnico-culturelle, en relation avec les stéréotypes pouvant les servir comme les bloquer dans leur reconnaissance au sein de la société guyanaise. Parallèlement à ce que d’autres auteurs ont pu démontrer24, nous soutenons que tous les Brésiliens et Brésiliennes en Guyane n’ont pas la même légitimité – et donc reconnaissance – aux yeux des autres groupes ethniques. Une hiérarchie, basée sur des critères économiques, ethniques et sociaux contribue à créer des stéréotypes de groupes de bons et de mauvais migrants.

En guise de conclusion…

  • 25 “Ensemble des formes qui résultent du contact direct et continu entre des groupes d’individus de cu (...)

26Nous avons vu que la fête de Kourou conditionnait la possibilité d’échanges économiques et de rencontres favorisant, par l’importation d’éléments culturels, la création des identités culturelles des nouvelles migrantes brésiliennes. Ces rencontres contribuent à leur insertion dans l’économie formelle et informelle en fonction de leur ancienneté dans la migration. Pour celles issues d’une immigration plus récente, cette insertion est couplée avec la mise en place de relations de séduction et d’échanges économico-sexuels dans les lieux festifs, liées au renforcement de leur identité sexuelle sur le sol guyanais ainsi qu’à la volonté de renverser les inégalités de sexe, de race et de classe au cœur de la stratification de la société guyanaise. Enfin, sur le plan du projet interculturel, les “brésilianités”, comme autant d’identités ethniques, nous permettent de penser ces créations culturelles, issues de la mise en contact de cultures originellement distinctes, en termes d’avantages et/ou de freins à leur insertion dans l’économie guyanaise. L’interculturalité nous permet ainsi de dépasser le schéma de l’acculturation25 des cultures en contact pour penser les échanges entre les groupes ethniques. Cette interculturalité va connaître une nouvelle phase lors de la fin de la construction du pont sur l’Oyapock, reliant le Brésil à la Guyane, via la route nationale 2 (RN 2). Commet va-t-elle s’organiser ? Les stéréotypes vont-ils s’en trouver renforcés ou la mise en place de politiques de coopération pourra-t-elle pallier ces conceptions figées de l’altérité ?

Haut de page

Références

Camargo Ronaldo (de), Brasileiros na Guiana Francesa. Fronteiras e Construções de Alteridades, Belém, NAEA, 2001.

Calmont Régine, “Départementalisation et migrations frontalières : le cas de la Guyane française”, in Guadeloupe, Martinique et Guyane dans le monde Américain, Paris, Karthala, 1994.

Chalifoux Jean-Jacques, “Créolité transculturelle en Guyane”, in La créolité, la guyanité. Exposés-débats du CRESTIG, 1989, p. 13-27.

Chérubini Bernard, “De l’intégration économique à l’intégration culturelle”, in Les dossiers de l’outre-mer, n° 85, Guyane, Réunion : sociétés pluriculturelles, 1986.

Fistteti Francesco, “Une société de la reconnaissance est-elle possible ?”, Revue du Mauss n° 32, La Découverte, 2008, p. 411-432.

Gorgeon Catherine, “La communauté brésilienne en Guyane : un groupe en voie d’intégration ?”, in Les dossiers de l’outre-mer, op. cit., p. 44-49.

INSEE, Atlas des populations immigrées en Guyane, 2006, p. 32.

Jolivet Marie-José, La question créole, Paris, Orstom, 1982.

Lautier Bruno et Jaime Marques Pereira, “Employées domestiques et ouvriers de la construction en Amérique latine”, Cahiers des Sciences Humaines. Paris, 1994, p. 303-332.

Poutignat Philippe et Jocelyne Streiff-Fenart, Théories de l’ethnicité. Les groupes ethniques et leurs frontières, [1995], 1999, Paris, PUF.

Tabet Paula, La grande arnaque. Sexualité des femmes et échange économico-sexuel. Paris. L’Harmattan, 2004.

Salomon Christine, “Jungle fever. Genre, âge, classe et race dans une discothèque parisienne”, Genèse 69, Berlin, 2007, pp 92-111.

Serges Dorothée, Informalités normalisées : facteurs d’intégration économique et sociale des Brésiliennes en Guyane française ?, Maison des Sciences de l’Homme, ATRIA, Toulouse, 2009, p. 1-15 (à paraître).

Haut de page

Notes

1 . Les Créoles – ou “criolo”, descendants locaux d’une espèce importée – sont les descendants de ces esclaves qui seront ensuite appelés “créoles guyanais”. Ils se distinguent des Bushinengués, ou Noirs marrons esclaves libérés du Surinam, ayant également des origines africaines, des Créoles Antillais ? : Martiniquais et Saint Luciens ainsi que des Créoles Haïtiens, issus d’une immigration plus récente. Cela participe de ce que Marie-Josée Jolivet nomme le “processus de créolisation”.

2 Bernard Chérubini, “De l’intégration économique à l’intégration culturelle”, Les dossiers de l’outre-mer, n° 85, Guyane, Réunion ? : sociétés pluriculturelles, 1986, p. 3-14.

3 Régine Calmont, “Départementalisation et migrations frontalières ? : le cas de la Guyane française”, in Guadeloupe, Martinique et Guyane dans le monde américain, Paris, Karthala, 1994, p. 189.

4 Où l’État participe à l’économie sous la forme de plans ? : Fonds d’investissements pour les DOM (FIDOM), Caisse centrale de coopération économique (CCCE) ainsi que dans l’aménagement d’organismes de crédits ? : Société d’aide technique et de coopération (SATEC) et la Banque de Guyane.

5 La sécurité sociale, les allocations familiales, les congés payés, la garantie du Salaire Minimum (SMIC). Spécifique aux DOM dans un premier temps, il s’aligne avec celui de la France métropolitaine en 1965.

6 Marie-José Jolivet, La question créole. Paris, Orstom, 1982, p. 201.

7 1066 pondéré avec 30 % estimé d’entrées de clandestins. INSEE, (2006. Atlas des Populations Immigrées en Guyane, p. 15.

8 Ce quartier s’est développé à la mesure des activités d’orpaillage, à proximité.

9 Claudine Labat, Cultures ouvertes, sociétés interculturelles, Paris, L’Harmattan, 1994, p. 4.

10 Une fois la boîte ou le bar fermé, l’after désigne la deuxième partie de la soirée.

11 Le ragga, diminutif de raggamuffin, est un genre musical issu du mouvement dancehall reggae initié en Jamaïque.

12 Le set ou mix est l’enchaînement de musique réalisé par le disc jockey dans le temps qui lui est imparti.

13 Genre musical qui tire ses origines du kompa haïtien, répandu dans les départements français d’Amérique (Guadeloupe, Martinique et Guyane) depuis les années quatre-vingt.

14 . Préparations à base de cachaça ou de rhum guyanais.

15 . Viandes grillées dont le contexte de dégustation est semblable à celui des barbecues.

16 Plat à base d’haricots noirs (feijão), de riz et de viande de porc. Il est servi avec de la farine de manioc.

17 Les légionnaires du 3e régiment étranger d’infanterie, engagés en Guyane, sont originaires de part et d’autre du monde.

18 Commérages.

19 Paula Tabet, La grande arnaque. Sexualité des femmes et échange économico-sexuel, Paris, L’Harmattan, 2004, p. 70.

20 Micheline Rey Von Allmen , “Des mots aux actes. Terminologie et représentation des migrations, des rapports sociaux et des relations interculturelles”, in Caudine Labat, Cultures ouvertes, sociétés interculturelles. Du contact à l’interaction. Paris, l’Harmattan, 1994, p. 385.

21 Cité par Philippe Poutignat et Jocelyne Streiff-Fenart, Théories de l’ethnicité. Les groupes ethniques et leurs frontières, Paris, PUF, [1995], 1999, p. 207.

22 Bernard Chérubini, “De l’intégration économique à l’intégration culturelle”, op. cit., p. 150.

23 Par Français, elle désigne aussi bien les créoles guyanais que les métropolitains.

24 Comme Catherine Gorgeon, Bernard Chérubini ou Marie-José Jolivet.

25 “Ensemble des formes qui résultent du contact direct et continu entre des groupes d’individus de cultures différentes, avec les changements subséquents dans les patterns culturels originaux de l’un ou des deux groupes.” (R. Redfield, R. Linton & M.J. Herskovits, “Mémorandum for the study of acculturation”, 1936, in Cl. Rivière, article “Acculturation”, Encyclopédie philosophique universelle II, 1990, p. 20.)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dorothée Serges, « De la rencontre culturelle à l’interculturalité », Hommes et migrations, 1281 | 2009, 102-111.

Référence électronique

Dorothée Serges, « De la rencontre culturelle à l’interculturalité », Hommes et migrations [En ligne], 1281 | 2009, mis en ligne le 29 mai 2013, consulté le 26 mai 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/389 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.389

Haut de page

Auteur

Dorothée Serges

Sociologue, IHEAL/CREDAL

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org