Navigation – Plan du site
Chroniques
Livres

Gabriel Vadnaï, Laure Politis, La solidarité juive, 200 ans d’action sociale. Du Comité de bienfaisance israélite de Paris à la Fondation Casip-Cojasor

Paris, Somogy éditions d’art/Fondation Casip-Cojasor, 2010, 120 p., 25 €.
Mustapha Harzoune
p. 194-195
Référence(s) :

Gabriel Vadnaï, Laure Politis, La solidarité juive, 200 ans d’action sociale. Du Comité de bienfaisance israélite de Paris à la Fondation Casip-Cojasor, Paris, Somogy éditions d’art/Fondation Casip-Cojasor, 2010, 120 p., 25 €.

Texte intégral

1Ce livre richement illustré présente 200 ans de solidarité juive prodiguée par le Comité de bienfaisance israélite de Paris (CBIP) – né en 1809, devenu le Comité d’action sociale de Paris (Casip) en 1963 – et le Comité juif d’action sociale et de reconstruction (Cojasor) – issu de la Résistance. Les deux structures fusionnent en 2000 dans la fondation éponyme. Deux siècles de charité, de philanthropie et de travail social ancrés dans l’antique Tsedaka, principe religieux de l’aumône et de la justice au fondement des traditionnelles hévrot, ces confréries chargées de collecter et de redistribuer les donations des fidèles. Deux siècles « pour insérer dans la société française les familles les plus pauvres et les immigrés les plus démunis » (200 000 Juifs européens entre 1906 et 1939, 28 820 survivants de la Shoah en 1947 et 1948 et 75 000 transitaires, 10 000 Juifs égyptiens, 23 000 Juifs d’Afrique du Nord…).

2Avec l’émancipation, la solidarité change d’échelle et se déploie ou se systématise, jusqu’à aujourd’hui, une dimension holistique en ce sens qu’aucun secteur de l’existence, aucun âge n’est oublié : depuis l’aide alimentaire jusqu’à la santé des retraités en passant par le logement ; depuis la formation jusqu’à la recherche d’emploi, en passant par l’aide aux devoirs ou l’aide juridique. Ces actions s’appuieront sur la constitution d’un important patrimoine immobilier : écoles, orphelinats, hôpitaux, foyers… En 2010, la fondation comptait 435 salariés pour un budget de 33 millions d’euros, au service de 20 000 usagers. Cette réussite repose sur une organisation quasi entrepreneuriale née de ce que, dès l’origine, des hommes d’affaires et des hommes politiques ont mis « leur talent et leur notoriété au service du comité ». Il ne faudrait pas que « l’arbre Rothschild » empêche de voir « la forêt de donateurs moins célèbres » comme l’écrit Catherine Nicault (Archives Juives, vol. 44, n° 1, 2011). En effet, les « philanthropes » sont nombreux ; les sources de financement mobilisent dons, mais aussi legs, collectes, levées de fonds, tombolas, etc. ; les collaborations – des administrateurs ou des salariés – constituent souvent les engagements d’une vie.

3Ces deux siècles montrent l’équilibre, subtil, pragmatique, entre l’adhésion à la nation et à la République, et la promotion d’une vie communautaire juive. Le 25 mars 1962, Alain de Rothschild, alors président du Comité, déclarait : « Il est utile que nous fassions un effort pour assurer la survie de nos coreligionnaires qui arrivent d’Afrique du Nord, ne serait-ce que pour les empêcher de se dissoudre et de disparaître. » Dans ce qu’en traduit l’expérience juive, l’assimilation n’a rien à voir avec le modèle français. Restent les efforts et les actions pour respecter, renforcer même, les équilibres du vivre ensemble. Jusqu’à inciter les familles à ce que « leurs logements soient toujours en parfait état de propreté ». Jusqu’à « souhaiter diriger […] vers d’autres pays » les Juifs roumains aux mœurs « archaïques » ou les Juifs russes qui, « grisés par la liberté », n’auraient « plus de morale, de religion, ni de frein ». Bien sûr, l’antisémitisme menace…

4Les membres du Comité « incitent les immigrés venus d’Europe de l’Est à adopter rapidement la langue, les mœurs et la culture de leur pays d’accueil ». Tiens ! Tiens ! Autre enseignement : la solidarité juive fait de l’emploi « le premier pas vers l’intégration ». L’emploi, mais aussi l’action sociale et la culture. Dernière leçon : en matière d’entraide et de justice (la fameuse Tsedaka), un principe s’impose : « la cigale est supérieure à la fourmi » ! Oui, cette histoire pourra alors constituer un exemple pour « tous ceux qui veulent faire progresser l’humanité », dixit Éric de Rothschild, président de la fondation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mustapha Harzoune, « Gabriel Vadnaï, Laure Politis, La solidarité juive, 200 ans d’action sociale. Du Comité de bienfaisance israélite de Paris à la Fondation Casip-Cojasor », Hommes et migrations, 1317-1318 | 2017, 194-195.

Référence électronique

Mustapha Harzoune, « Gabriel Vadnaï, Laure Politis, La solidarité juive, 200 ans d’action sociale. Du Comité de bienfaisance israélite de Paris à la Fondation Casip-Cojasor », Hommes et migrations [En ligne], 1317-1318 | 2017, mis en ligne le 01 avril 2017, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/3934

Haut de page

Auteur

Mustapha Harzoune

Journaliste.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org