Navigation – Plan du site
France-Brésil sous l'angle des migrations et de l'altérité. Différences et similitudes

Migrations et stratégies familiales dans les régions d’agrobusiness

Moacir Palmeira et Beatriz M. A. de Heredia
p. 142-153

Résumé

Au Brésil, le développement de l’agrobusiness va de pair avec une forte croissance démographique. L’enquête a été menée dans la zone de production de soja autour de la route BR-163, au Mato Grosso, et celle du café do cerrado, dans le triangle Mineiro/Alto Paranaíba, au Minas Gerais. Mobilisée pour répondre aux besoins de main-d’œuvre, l’immigration interrégionale redessine les clivages au sein de la population de ces territoires. Dans ces espaces de compétition économique, entre gaúchos et maranhenses, ou paulistas et baianos, les rapports de force se redistribuent en fonction du lieu de naissance des migrants.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ces zones ont fait l’objet de diverses politiques publiques visant le développement d’une agricultu (...)
  • 2 Dans les années soixante-dix, l’ancien État du Mato Grosso n’avait pas encore été divisé en deux Ét (...)

1Les programmes gouvernementaux d’occupation des cerrados mis en œuvre, avec quelques variations dans plusieurs États, durant les années soixante-dix, introduisent le soja, produit stratégique du projet, dans l’État du Goiás, du Minas Gerais (ouest et nord, outre le triangle Mineiro), de Bahia (ouest), du Maranhão (sud) et du Mato Grosso, et y encouragent la culture d’autres produits d’exportation sur de nouvelles bases technologiques1. Pour une série de raisons, le soja offre, dans le Mato Grosso, des résultats très favorables en terme de production. D’abord planté à l’essai dans des municipalités du sud-est de l’État actuel2, comme Rondonópolis et Primavera do Leste (aujourd’hui reconverties dans la production de graines), il a été étendu vers le Nord le long de l’axe de la route BR-163, qui relie la capitale Cuiabá à Santarém, dans l’État de Pará.

Tableau 1. Aire cueillie (ha) de soja en graines – Brésil, Grandes régions

Tableau 1. Aire cueillie (ha) de soja en graines – Brésil, Grandes régions

Source : IBGE - Produção Agrícola Municipal

Tableau 2. Aire cueillie (ha) de soja en graines – Principaux États

Tableau 2. Aire cueillie (ha) de soja en graines – Principaux États

Source : IBGE - Produção Agrícola Municipal

2La production de la région Sud, qui en 1965 représentait presque la totalité de la production du pays, poursuit sa croissance tout au long des décennies qui ont vu la production diminuer dans d’autres régions. Il a fallu attendre 2005 pour que son aire cueillie soit dépassée par celle du Centre-Ouest. Dans le Centre-Ouest, le grand producteur de soja est l’État du Mato Grosso, qui possède à lui seul plus de la moitié de la production de toute la région, suivi par les États du Rio Grande do Sul et du Paraná.

Soja et café, les produits phares de l’agrobusiness

  • 3 Dans les dix dernières années, l’importance d’autres produits dans d’autres municipalités de la rég (...)

3Dans le Minas Gerais, dans la région du triangle Mineiro, le succès du soja, produit encore aujourd’hui prédominant dans des municipalités comme Iraí de Minas, Uberaba et Uberlândia, est allé de pair avec des bons résultats d’autres produits, tels que le café dans la sous-région d’Alto Paranaíba3. Le café a une histoire plus longue et connue. Le Brésil reste le principal producteur mondial et jusqu’au début des années 2000 cette denrée se trouvait en tête de la liste des exportations agricoles du pays. Depuis, bien que dépassée par d’autres produits, sa production n’a cessé de croître.

  • 4 Celia R.G. Olivaira, A frente cafeicultora em Araguari- MG, mémoire de Master. São Paulo, FFLECH, U (...)

4Cultivé depuis plus d’un siècle dans un État qui, pendant la deuxième moitié du XXe, comprend la région montagneuse du sud du Minas Gerais parmi les plus productrices du pays, le café est introduit dans la région d’Araguari en 19724. Les nouvelles conditions de production créées par les programmes d’occupation des plaines du cerrado – correction de sols, irrigation, usage de pesticides, engrais chimiques et machines – ouvrent des perspectives très favorables à la culture du café d’appellation d’origine contrôlée destiné à l’exportation, le dénommé “café do cerrado”. S’imposant rapidement dans la région, les résultats sont déjà encourageants au cours des années soixante-dix, dans les municipalités autour de Patrocínio et Araguari, atteignant son point culminant entre 1990 et 2000. Aujourd’hui, il s’y heurte à la concurrence de produits tels que la canne à sucre, mais conserve toujours une position importante dans l’économie, mobilisant des capitaux importants et affichant une croissance démographique remarquable.

5Ces zones d’expansion de ce qui est devenu connu, au Brésil, sous le terme d’“agrobusiness” constituent des régions de forte croissance démographique. Bien que, comme le soulignait Georges Martine dans les années quatre-vingt à propos des frontières agricoles de l’époque, le volume de populations, en termes absolus, ne constitue pas une espèce de soupape d’échappement démographique pour ceux qui rêvent des grandes villes ; en termes relatifs, on note une transformation significative. Mais il n’y a pas d’homogénéité entre les différentes régions, ni d’expansion linéaire.

  • 5 Les recherches qui ont donné lieu à cet article font partie d’un projet plus grand – “ Société et é (...)
  • 6 L’étude a été menée de façon exhaustive dans ces régions, mais dans le cadre de cet article, nous m (...)

6La comparaison entre deux régions particulièrement associées à la culture du soja et du café, puisque ces deux produits y occupent une place importante dans l’ensemble des denrées agricoles cultivées, permet de comprendre le sens de cette dynamique démographique. Nous avons choisi la zone de production de soja autour de la route BR-163, au Mato Grosso, et celle du café do cerrado, dans le triangle Mineiro/Alto Paranaíba, au Minas Gerais5. La première est une zone d’occupation considérée comme récente et dédiée à la culture presque exclusive du soja, et la deuxième une aire d’occupation séculaire et de cultures diversifiées6.

7Le contraste entre les taux de croissance démographique de l’ensemble du pays, des deux États où se développe l’agrobusiness et des régions qui sont l’objet de notre étude donne une idée des transformations démographiques associées à une entreprise de ce type.

8Les choses deviennent encore plus claires lorsque nous descendons à une échelle locale : les municipalités autour desquelles nous avons concentré nos recherches.

Tableau 3. Variations de la population totale au Brésil, États et Micro-régions – 1970-2000

Brésil, État, Meso
et Micro-régions

Population Totale

Taux annuel de croissance

1970

1980

1990

2000

1970-1980

1980-1991

1991-2000

Brésil

93.134.846

119.011.052

146.825.475

157.070.163

2,5%

1,9%

0,8%

Mato Grosso

598.849

1.138.918

2.027.231

2.505.245

6,6%

5,4%

2,4%

Meso-région Mato Grosso Nord

14.195

164.472

530.699

709.128

27,8%

11,2%

3,3%

Micro-région d’Alto Teles Pires

5.692

13.441

50.839

101.937

9,0%

12,9%

8,0%

Minas Gerais

11.485.663

13.380.105

15.743.152

17.905.135

1,5%

1,5%

1,4%

Meso-région Triangle Mineiro / Alto Paranaíba

1.095.164

1.337.305

1.595.648

1.871.237

2,0%

1,6%

1,8%

Micro-région d’Uberlândia

271.741

408.844

564.691

702.074

4,2%

3,0%

2,4%

Source : IBGE – Recensements démographiques de 1970, 1980, 1991 e 2000.

Tableau 4. Variations de la Population totale – États, Micro-régions et Municipalités – 1970-2000

États, Micro-régions, Municipalités

Population Totale

Taux annuel de croissance

1970

1980

1990

2000

1970-1980

1980-1991

1991-2000

Mato Grosso

598.849

1.138.918

2.027.231

2.505.245

6,6%

5,4%

2,4%

Micro-région d’Alto Teles Pires

5.692

13.441

50.839

101.937

9,0%

12,9%

8,0%

Lucas do Rio Verde

*

*

6.693

19.316

*

*

12,5%

Sorriso

*

*

16.107

35.605

*

*

9,2%

Minas Gerais

11.485.663

13.380.105

15.743.152

17.905.135

1,5%

1,5%

1,4%

Micro-région d’Uberlândia

271.741

408.844

564.691

702.074

4,2%

3,0%

2,4%

Araguari

63.368

83.519

91.283

101.974

2,8%

0,8%

1,2%

Micro-région de Patrocínio

114.239

126.293

155.905

183.869

1,0%

1,9%

1,8%

Patrocínio

35.578

44.376

60.753

73.278

2,2%

2,9%

2,1%

(*) – La municipalité n’avait pas encore été créée.

Source : IBGE – Recensements démographiques de 1970, 1980, 1991 e 2000.

9On peut constater, par exemple, à Sorriso et Lucas do Rio Verde, que ces centres urbains créés par la production de soja dans les années soixante-dix et quatre-vingt et convertis en municipalités au début des années quatre-vingt-dix, affichent des taux de croissance annuelle de la population bien supérieurs à ceux de l’État et du pays.

Développement économique et croissance démographique : le rôle des migrations

10Cette croissance démographique est due, en grande partie, aux migrations. Dans le cas du Mato Grosso, cela va, pour ainsi dire, de soi, si l’on tient compte de l’infime quantité de personnes qui, au début des années soixante-dix, peuplaient une région ultérieurement consacrée au soja.

11Pourtant, dans le cas du triangle Mineiro, une région occupée depuis longtemps et économiquement diversifiée, le phénomène n’est pas si explicite. Lorsque nous restreignons notre champ de comparaison aux seules activités agricoles, et plus spécifiquement au café, nous vérifions que sur une base territoriale bien moindre et avec des populations identiques à celles trouvées dans les municipalités d’Alto Teles Pires, les migrants ont un poids significatif. À Araguari, par exemple, 60 % des 2 718 personnes qui travaillaient en 2000 dans la culture du café venaient d’un État autre que le Minas Gerais.

12L’analyse des données statistiques montre que, dans les deux cas, cette hausse démographique n’est pas seulement liée aux mouvements migratoires en général, mais plus précisément aux mouvements migratoires provenant d’autres régions du pays, notamment la région Sud. Les individus originaires du Paraná, suivis de ceux du Rio Grande do Sul et de Santa Catarina, dans la région de Mato Grosso, et par les natifs de São Paulo, dans les municipalités étudiées du triangle Mineiro, sont majoritaires dans les deux cas.

  • 7 Recensement démographique de 2000.

13La présence à Sorriso et Lucas do Rio Verde de migrants venus d’États d’autres régions, d’autres municipalités, ou même d’autres zones du Mato Grosso, ne s’accroît qu’à partir des années quatre-vingt-dix, avec l’établissement d’un nombre important de personnes originaires du Nord-Est, notamment du Maranhão. Dans les municipalités du triangle, la migration de natifs du Paraná et de São Paulo accompagne pari passu celle des originaires du Nord-Est, notamment les baianos (quoique moins hégémoniques que les natifs du Maranhão à Mato Grosso). Les deux phénomènes atteignent leur apogée dans les années quatre-vingt-dix7.

Tableau 5. Origine des migrants dans les municipalités de Sorriso et Lucas do Rio Verde – Mato Grosso. 1995-2000

État de Résidence au 31/07/2000

Lucas do Rio Verde

Sorriso

Population totale
Nés après 1995

    19.316

100%

    35.604

100%

Résidents dans l’État en 1995

     2.168

11%

     4.016

11%

Non-résidents dans l’État en 1995*

    13.458

70%

    24.563

69%

État de résidence antérieur

     3.690

19%

    7.026

20%

Paraná

     1.148

     1.554

Rio Grande do Sul

        728

        866

Santa Catarina

        440

        969

Mato Grosso do Sul

        167

        768

São Paulo

        157

        443

Rondônia

        105

        176

Pará

        113

        251

Goiás

          78

        145

Maranhão

          82

        208

Autres États

          39

        306

Non déterminé

        633

     1.332

*-Y compris ceux qui ont migré avant 1995

Source : IBGE – Recensement démographique de 2000

Tableau 6. Origine des migrants dans les municipalités d’Araguari et Patrocínio – Minas Gerais. 1995-2000

État de résidence au 31/01/2000

Araguari

Patrocinio

Population totale

  101.974

 73.278

Nés après 1995

      8.089

   7.165

Résidents dans l’État en 1995

    93.885

 66.113

Non-résidents dans l’État en 1995 *

État de résidence antérieur

Goiás

      1.109

      281

São Paulo

         863

      686

Paraná

         611

      382

Ceará

         495

        37

Pará

         217

         6

District Fédéral

         179

      178

Santa Catarina

         135

        20

Rio de Janeiro

         106

        33

Mato Grosso do Sul

         103

        40

Tocantins

         101

        18

Maranhão

          77

Mato Grosso

          63

        98

Pernambuco

          50

        14

Bahia

          49

      307

Rio Grande do Sul

          43

        42

*-Y compris ceux qui ont migré avant 1995

Source: IBGE – Recensement démographique de 2000

Provenance et ascendance comme critères du positionnement social

  • 8 Cette classification sociale des personnes selon leur lieu de naissance ou d’origine avait déjà été (...)

14Ainsi, ce n’est pas un hasard si la “carte sociale” élaborée par ceux qui vivent dans ces régions-là fait référence au lieu de naissance réel ou supposé des personnes nommées : “gaúchos” et “maranhenses” dans la zone du soja à Mato Grosso ; “paulistas” ou “paranaenses” et “baianos”, en plus des “mineiros”, dans la région caféière du triangle Mineiro8... Les habitants des endroits étudiés utilisent ce type de classification pour raconter aux enquêteurs l’histoire des lieux où ils habitent, pour se repérer dans leur quotidien (“aujourd’hui, j’ai discuté avec un maranhense” ; “à la fête il n’y avait que des gaúchos” ou “la fazenda appartient à un paranaense” ; “j’ai rencontré un baiano à la station de bus”), ou même pour répertorier les quartiers de leur ville (“bairros de gaúcho”, les plus valorisés, ou “bairros de maranhense”, ceux aux conditions plus précaires, pour ne citer que le cas du Mato Grosso), fondant ou confirmant une ségrégation géographico-sociale qui n’est pas sans impressionner les visiteurs. Cette ségrégation se manifeste également dans les images que les “sudistes” se font des maranhenses (ou, dans le Minas Gerais, les paranaenses à propos des baianos) : à leurs yeux, ces derniers concentrent tous les vices et sont responsables de la violence qui serait en train de gagner les villes de la région, sans qu’on ne trouve d’accusations aussi exacerbées dans la direction opposée.

  • 9 La catégorie gaúcho a déjà retenu l’attention de plusieurs chercheurs : Maristela Andrade pour le M (...)
  • 10 Cette affirmation est surtout valable pour les municipalités sur lesquelles se concentre notre anal (...)

15Dans les zones de culture prédominante du soja du triangle Mineiro, comme Iraí de Minas, la municipalité où se sont établis les premiers colons venus du Sud, soutenus par les programmes gouvernementaux des années soixante-dix, “gaúcho” est employé comme un terme définitoire avec un sens similaire à celui du Mato Grosso. La même chose semble se produire dans les municipalités plus au nord où, associés à la culture du soja et d’autres produits, des migrants du Sud sont ainsi désignés9. Pourtant, dans l’ensemble du triangle Mineiro, où les paranaenses, comme à Alto Teles Pires, constituent le plus grand nombre, surtout dans les aires caféières, ce sont les termes “paranaense” ou “paulista” qui désignent ceux qui viennent du Sud10.

Les réseaux de parenté des migrants

16Pour tous ceux qui sont arrivés du sud du pays, ce déplacement pour le Mato Grosso ou d’autres États ne constituait pas une première. La plupart d’entre eux, pour ne pas dire la presque totalité, avait une expérience personnelle, à la tête de leurs familles ou, pour les plus jeunes, avec leurs parents, de déplacements précédents à l’intérieur de la région Sud et/ou de déplacements dans l’État où ils habitent à présent. Du fait de ces déplacements, collectifs ou individuels, mais toujours organisés par la famille, certains des individus résidant actuellement dans la région étudiée ont laissé des parents plus ou moins proches (père et mère, enfants, frères ou sœurs, oncles, cousins...) dans leurs lieux d’origine et aussi dans les régions traversées. Ces réseaux s’étendent parfois à des zones plus lointaines, encore en processus d’intégration à la production agricole “moderne”. Les relations avec ces parents sont entretenues de plusieurs manières, notamment par les visites dans la période entre les récoltes ou à l’occasion des fêtes de fin d’année.

  • 11 Cristiano Desconsi, A Marcha dos “pequenos” proprietários rurais no Mato Grosso : um estudo a parti (...)

17Ces mécanismes, conçus dans le passé, continuent d’être actionnés et conditionnent les décisions de déménagement. La perspective de déplacement semble être aussi essentielle à la planification de la reproduction sociale de ces familles que l’existence de terres permettant d’exercer leur activité productrice. Loin d’être une possibilité envisagée seulement en cas de situations limite, l’éventualité de déplacement, là où les premiers à arriver peuvent avoir accès à une parcelle de terre ou à une parcelle plus grande, est évaluée quotidiennement11. Même ceux qui se déplacent en tant que travailleurs salariés obéissent, pour la plupart, à une stratégie familiale et ne perdent pas de vue l’objectif de devenir propriétaire d’une parcelle de terre, là où le prix de la terre sera moins cher.

Des interprétations différentes de la possession du territoire

18Quoique également orientés par des stratégies familiales, les déplacements de maranhenses vers le Mato Grosso et de baianos vers Minas Gerais suivent une dynamique différente. Ni les municipalités d’Alto Teles Pires ni celles du triangle Mineiro ne constituent un point d’arrivée pour les uns ou les autres. L’acquisition d’une parcelle n’est pas un objectif majeur. Pour beaucoup de familles, l’infrastructure routière des zones d’agrobusiness représente un moyen d’accès au marché du travail dans des aires agricoles ou agro-industrielles du Centre, du Sud-Est ou du Sud. Ces familles parcourent un trajet ponctué de travaux temporaires dans diverses régions du pays, accompagnant la récolte de différents produits, et reviennent à la fin à leur lieu d’origine. Ainsi, des maranhenses qui travaillent dans la récolte du soja dans le Mato Grosso, passent à celle du café dans le triangle Mineiro, se déplacent ensuite à São Paulo ou dans le Paraná pour la coupe de la canne à sucre ou la récolte du coton, et finalement retournent dans le Maranhão, recommençant le cycle tous les ans.

19La même chose se produit pour les baiano qui travaillent avec une certaine régularité dans la récolte du café dans le Minas Gerais et qui, à la fin du cycle agricole de ce produit, effectuent un itinéraire similaire à celui des maranhenses, avant de retourner à leurs fermes dans le Nord-Est. Tant dans le cas des maranhenses que dans celui des baianos, et même si certains finissent par s’établir dans le BTP ou le petit commerce dans les régions où ils se déplacent à la recherche de travail, le modèle prédominant demeure celui où la maison familiale se trouve dans l’État d’origine.

  • 12 Ariana Rumstain, Peões no trecho : estratégias de deslocamento de trabalhadores no Mato Grosso, mém (...)

20De cette façon, la perspective d’un travail dans une région plus proche de la famille et/ou de l’offre de salaires plus élevés peut transformer ce long parcours en un mouvement d’allers-retours entre la zone de résidence et la région choisie comme lieu de travail, à l’image de ce qui semble se produire actuellement dans le Mato Grosso. Les ressources obtenues grâce au travail dans les fazendas de Mato Grosso ne sont pas utilisées, dans ce cas précis, pour l’achat de terre ou d’autres biens qui permettraient aux maranhenses de s’installer dans cet État, mais canalisées, au moins idéalement, vers la consolidation de la position de leurs familles dans le Maranhão, ce qui peut inclure l’acquisition de terre ou de bétail, ou simplement la pérennisation du mode de consommation de ces familles12.

21En admettant l’existence d’un conflit ou d’une dispute entre gaúchos et maranhenses dans le Mato Grosso autour du soja ou entre paranaenses/paulistas et baianos dans le Triangle autour du “café do cerrado”, nous pourrions affirmer être devant une “dispute imparfaite”. Il ne s’agit pas d’une dispute entre groupes asymétriques (comme ils le sont effectivement) pour un même objet. Ce qui existe bel et bien, c’est une dispute de “territoire”, comme on l’a vu dans la ségrégation spatiale, mais ce sont des territoires que les stratégies familiales des uns et des autres interprètent différemment.

22Les modalités de présence sont distinctes. Les “sudistes”, dans les deux cas, veulent s’établir, et le font, comme s’ils étaient chez eux. De façon symptomatique, dans le Mato Grosso, ils se définissent comme ceux “d’ici”, “de la terre” et dans le triangle du café, bien que cette identification continue d’être liée aux mineiros, on trouve des exemples de paranaenses qui réclament cette condition. Mais le monde et le lieu des natifs du Nord-Est est tout autre : il est là où se trouvent leurs familles. Les fazendas de soja et de café sont des territoires de passage, même lorsque ce passage se prolonge. On est donc en présence de deux groupes en mouvement permanent (maranhenses et baianos ne sont pas plus sédentaires que les “sudistes”) qui se heurtent.

Haut de page

Références

Andrade Maristela de Paula, Os Gaúchos descobrem o Brasil. Projetos Agropecuários contra a Agricultura Camponesa, São Luiz, EDUFMA, 2008.

Araujo N.B. , I. Wedekin, L.A. Pinazza, Complexo Agroindustrial – Agribusiness Brasileiro, São Paulo. Agroceres, 1990.

Bernardes Julia Adão, “Circuitos espaciais da produção na fronteira agrícola moderna: BR-163 matogrossense”, in J.A. Bernardes e O.L. Freire Filho, Geografias da Soja BR- 163. Fronteiras em Mutação, Rio de Janeiro, Ed. Arquímedes, 2005.

Cardoso de OliveiraLuis, Colonização e diferenciação : os colonos de Canarana, mémoire de Master, PPGAS/MN/UFRJ, 1993.

Chaves Christine, Festas da Política. Uma etnografia da modernidade no sertão (Buritis-M). Rio de Janeiro, Relume Dumará, 2003.

Haesbaert Rogério, Dês-territorialização e identidade. A rede gaúcha no NE, Niteroi, Ed. UFF, 1997.

IBGE, “Produção Agrícola Municipal”, Censos 1970-2000, 2004. 

Martine George, “O significado demográfico da fronteira agrícola”, Espaço e Debates, Ano IV, nº 13, 1984.

Monbeig Pierre, Pioneiros e fazendeiros de São Paulo, São Paulo, Hiucitec/Polis, (1977), 1984.

Novaes Roberta Brandão, Forasteiros : Trajetórias, experiências de trabalho e práticas de deslocamento dos trabalhadores do café no Alto Paranaíba, mémoire de Master, Rio de Janeiro, CPDA/UFFRJ, 2009.

Pinheiro Souza Junior Haiton, O lugar do progresso : famílias, trabalho e sociabilidade em uma comunidade de produtores de café do Cerrado Mineiro, mémoire de Master, Rio de Janeiro, PPGSA/IFCS/UFRJ, 2009. 

Maria Sylvia Macchione Saes, “O agronegócio café do Brasil no mercado internacional”, Revista FAE Business, nº 9, setembro, 2004.

Haut de page

Notes

1 Ces zones ont fait l’objet de diverses politiques publiques visant le développement d’une agriculture tournée vers le marché dans le cerrado brésilien, à travers différents programmes du gouvernement fédéral et de l’État au début des années soixante-dix, lesquels se sont succédés tout au long de la décennie. Le POLOCENTRO, programme créé en 1975 et qui avait pour but d’accélérer l’occupation rationnelle des zones de cerrado, a été remplacé, en 1979, par le PRODECER et ses nombreux programmes subsidiaires.

2 Dans les années soixante-dix, l’ancien État du Mato Grosso n’avait pas encore été divisé en deux États : le Mato Grosso correspond au Nord de l’état primitif et le Mato Grosso do Sul à sa partie sud. La scission a eu lieu le 1er janvier 1979.

3 Dans les dix dernières années, l’importance d’autres produits dans d’autres municipalités de la région s’est significativement accrue. Aux expériences de reforestation déjà en cours sont venues s’ajouter les plantations de vergers et de potagers, la culture de la canne à sucre, en plus du traditionnel maïs, maintenant cultivé sous de nouvelles formes, ainsi que la modernisation de l’élevage, lui aussi traditionnellement pratiqué.

4 Celia R.G. Olivaira, A frente cafeicultora em Araguari- MG, mémoire de Master. São Paulo, FFLECH, Universidade de São Paulo, 1991.

5 Les recherches qui ont donné lieu à cet article font partie d’un projet plus grand – “ Société et économie de l’agrobusiness ” – développé par l’UFRJ et l’UNFFRJ, coordonné par Beatriz Herédia, Leonilde Medeiros, Moacir Palmeira et Sérgio Pereira Leite, avec la participation de 19 chercheurs. Le projet reçoit le soutien financier de la Fondation Ford, du CNPq et de la FAPERJ. Outre des études ethnographiques, la recherche inclut une étude socio-économique aux niveaux macro et micro et l’analyse des institutions et des acteurs politiques impliqués.

6 L’étude a été menée de façon exhaustive dans ces régions, mais dans le cadre de cet article, nous manierons surtout des données relatives aux municipalités où siègent les principales agglomérations urbaines : Sorriso et Lucas do Rio Verde pour le soja, dans la micro-région d’Alto Teles Pires, dans le Mato Grosso ; et Patrocínio et Araguari pour le café, dans la meso-région du Triangle Mineiro / Alto Paranaíba, dans le Minas Gerais.

7 Recensement démographique de 2000.

8 Cette classification sociale des personnes selon leur lieu de naissance ou d’origine avait déjà été signalée par Pierre Monbeig dans les régions d’expansion du café de l’État de São Paulo à la fin des années trente. Ici, à la distinction entre paulistas, identifiés à la culture du café et mineiros, associés à l’“agriculture d’autosubsistance” et à l’élevage porcin, qui avait précédé la plantation des caféiers, s’ajoutera celle entre paulistas, considérés comme les grands producteurs de café, et baianos, terme utilisé pour désigner ceux qui travaillaient dans le café, dans leur majorité originaires du Nord-est.

9 La catégorie gaúcho a déjà retenu l’attention de plusieurs chercheurs : Maristela Andrade pour le Maranhão ; Rogério Haesbaert pour Bahia ; Christine Chaves pour le Minas Gerais et, précédemment, José Vicente Tavares dos Santos et Luís Roberto Cardoso de Oliveira pour le Mato Grosso.

10 Cette affirmation est surtout valable pour les municipalités sur lesquelles se concentre notre analyse. Puisque, en termes quantitatifs, on constate des variations importantes entre les municipalités du triangle, où la fréquence de natifs de l’État voisin de Goiás est remarquable, ainsi que la forte présence de personnes nées dans des municipalités d’autres régions du Minas Gerais, il serait convenable de perfectionner cette analyse afin de pouvoir fairedes affirmations plus génériques.

11 Cristiano Desconsi, A Marcha dos “pequenos” proprietários rurais no Mato Grosso : um estudo a partir da trajetória de migrantes do sul do Brasil para a microrregião de Alto Teles Pires, mémoire de Master, Rio de Janeiro, CPDA/UFRRJ, 2009.

12 Ariana Rumstain, Peões no trecho : estratégias de deslocamento de trabalhadores no Mato Grosso, mémoire de Master, Rio de Janeiro, PPGAS/MN/UFRJ, 2009.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Aire cueillie (ha) de soja en graines – Brésil, Grandes régions
Crédits Source : IBGE - Produção Agrícola Municipal
URL http://hommesmigrations.revues.org/docannexe/image/397/img-1.png
Fichier image/png, 23k
Titre Tableau 2. Aire cueillie (ha) de soja en graines – Principaux États
Crédits Source : IBGE - Produção Agrícola Municipal
URL http://hommesmigrations.revues.org/docannexe/image/397/img-2.png
Fichier image/png, 23k
Titre Figure 1
URL http://hommesmigrations.revues.org/docannexe/image/397/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Moacir Palmeira et Beatriz M. A. de Heredia, « Migrations et stratégies familiales dans les régions d’agrobusiness », Hommes et migrations, 1281 | 2009, 142-153.

Référence électronique

Moacir Palmeira et Beatriz M. A. de Heredia, « Migrations et stratégies familiales dans les régions d’agrobusiness », Hommes et migrations [En ligne], 1281 | 2009, mis en ligne le 29 mai 2013, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/397 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.397

Haut de page

Auteurs

Moacir Palmeira

Prof. PPGAS / Musée National / UFRJ et chercheur au CNPq

Beatriz M. A. de Heredia

Prof. PPGSA / IFCS / UFRJ et chercheur au CNPq

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org