Navigation – Plan du site
Chroniques
Cinéma

Amerrika

Film palestinien de Cherien Dabis
André Videau
p. 212

Texte intégral

1Tout d’abord, il est navrant qu’un film, à l’évidence palestinien, soit attribué pour des raisons mercantiles aux États-Unis, au Canada et au Koweït ! On a évité les Iles Caïmans et le Lichtenstein, bien connus pour leurs compétences et leurs largesses cinématographiques. Ce genre d’annexion impérialiste ne cesse de nous chauffer les oreilles. Répétons, envers et contre tout, qu’Amerrika est un film essentiellement palestinien.

2Ecoutez plutôt et regardez voir.

3Lassée de la violence croissante qui règne au cœur des territoires de Cisjordanie occupés, mais aussi de l’absence de perspectives d’avenir pour Fadi, son fils unique (Melkar Muallem), Mouna, une femme divorcée et déterminée, décide, sur un coup de tête, d’aller tenter sa chance aux États-Unis.

4Elle est munie d’un viatique opportunément gagné à la loterie et qui devrait faciliter son installation en terre promise, d’autant qu’elle rejoint la diaspora palestinienne nombreuse dans le Middle West et, en particulier, sa sœur, fixée depuis plus de quinze ans dans l’Illinois. Mais l’accueil mitigé de la famille Halaby n’est pas fait pour la rassurer. Le climat intercommunautaire se détériore. Le père médecin perd une partie de sa clientèle. Les enfants, tiraillés entre deux cultures, ont des comportements difficiles. Quant à Raghda, la sœur, elle sombre dans le rejet et la mélancolie et n’idéalise plus qu’une immigration à l’envers : le retour au pays natal. Hiam Abbas sème ici le trouble dans un rôle à contre-courant.

5Mais Mouna ne se laisse pas abattre. Il faut célébrer la présence réconfortante de Nisreen Faour dans ce grand premier rôle. Aucune besogne ne lui répugne. Aucune rebuffade ne la décourage. L’empathie qui se dégage d’elle finit par triompher des situations les plus compromises par le racisme ambiant. La guerre d’Irak prolonge la guerre du Golfe. Un Bush succède à un autre. L’Amérique profonde a des problèmes de discernement. Derrière chaque type oriental, elle voit un Arabe ; derrière chaque Arabe, un Musulman intégriste ; derrière chaque barbu, un terroriste.

6La trame du film est de facture classique, la narration est fluide et souvent les situations ou les faits de société paraissent convenus.

7Pourtant, il se dégage de l’ensemble une part de vérité irréfutable. On la doit sans doute aux emprunts que la réalisatrice, Cherien Dabis, fait à sa propre biographie. Ainsi des économies cachées dans la boîte à biscuits, des menus incidents quotidiens du fast-food White Castle de M. Novatzki (Joseph Zeigler), le brave universitaire sans préjugés, de la verve spontanée de certaines répliques, de la façon qu’ont les migrants de prononcer “AmeRRika”.

8Un film simple et attachant, révélé par des comédiennes d’exception.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Videau, « Amerrika », Hommes et migrations, 1281 | 2009, 212.

Référence électronique

André Videau, « Amerrika », Hommes et migrations [En ligne], 1281 | 2009, mis en ligne le 29 mai 2013, consulté le 26 mars 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/422

Haut de page

Auteur

André Videau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org