Navigation – Plan du site
Chroniques
Cinéma

Neuilly sa mère !

Film français de Gabriel Julien-Laferrière, d’après une idée de Djamel Bensalah
André Videau
p. 213

Texte intégral

1La question mérite d’être posée.

2Pourquoi n’y aurait-il pas un cinéma beur rigolo ?

3Pour Djamel Bensalah, qui semble s’être spécialisé dans le genre depuis son premier court-métrage Y a du foutage de gueule dans l’air en 1996, la réponse ne fait pas de doute. Parmi ses réalisations qui voyaient la vie du bon côté, on pourrait citer Le ciel, les oiseaux et… ta mère – 1999 –, Il était une fois dans l’Oued – 2005. On reconnaît sa marque dans le dernier opus de Gabriel Julien-Laferrière Neuilly sa mère ! dont il est l’inspirateur.

  • 1 Digne des Charlots et non de Charlie Chaplin.

4L’affaire est entendue, il n’y a pas de mauvais sujets, tragiques ou comiques, il n’y a que des films réussis ou ratés, ou tout simplement médiocres ou passables. Et puis en définitive, c’est souvent le public qui tranche sur des critères qui peuvent nous étonner. Quoi qu’il en soit, la critique garde son droit de regard, fût-il brouillé par des indices de fréquentation et de satisfaction qui nous échappent. C’est souvent comme ça en démocratie et, faute de mieux, c’est très bien. Le nombre d’entrées et l’épaisseur du rire provoqué ne changent rien au jugement qu’on peut porter sur n’importe quelle “charlotade” de Zémouri ou autres1.

5Il y a des titres qui à eux seuls pourraient servir de “pitch”. Celui-ci, tel un plan cadastral, nous dessine la topographie de la nouvelle lutte des classes et des races. Mais sur le modèle cool, mec !

6Dans un contexte familial alambiqué, le jeune Sami Benboudaoud, 14 ans, toutes ses dents et une tchatche intarissable (Samy Seghir) se trouve propulsé de son HLM de Chalon-sur-Saône vers un hôtel particulier de Neuilly.

7On imagine facilement les mésaventures désopilantes du petit prolo en Sarkoland, d’autant que le film fait d’incessantes incursions dans l’actualité.Tout cela donne pourtant une impression de “déjà vu à la télé” ou ailleurs, et ne soutient pas toujours la comparaison. Réussite beaucoup plus aboutie autour du dépaysement social, La vie est un long fleuve tranquille d’Etienne Chatiliez coule encore dans nos mémoires. Outre son thème rebattu, pour s’assurer d’un succès médiatique, le film a rassemblé une légion d’amuseurs qui donnent parfois la fâcheuse impression d’être venus faire des ménages : Valérie Lemercier, Josiane Balasko, Elie Semoun, Eric et Ramzy, Armelle, François-Xavier Demaison, Julien Courbey… Seuls à tirer leur épingle du jeu : le couple improbable Denis Podalydes/ Rachida Brackni, le hobereau un peu décadent Stanislas de Chazelles et sa femme Djamila, jeune avocate plus diplômée que Rachida Dati.

  • 2 Où ils furent partenaires dans Ruy Blas.

8Comme s’ils avaient fait une bonne blague à Victor Hugo et à la Comédie-Française.2

Haut de page

Notes

1 Digne des Charlots et non de Charlie Chaplin.

2 Où ils furent partenaires dans Ruy Blas.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Videau, « Neuilly sa mère ! », Hommes et migrations, 1281 | 2009, 213.

Référence électronique

André Videau, « Neuilly sa mère ! », Hommes et migrations [En ligne], 1281 | 2009, mis en ligne le 29 mai 2013, consulté le 29 mars 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/423

Haut de page

Auteur

André Videau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org