Navigation – Plan du site
Chroniques
Cinéma

Ordinary people

Film serbe de Vladimir Perisic
André Videau
p. 215

Texte intégral

1Petit matin ordinaire dans un casernement encore anonyme. Les hommes ont du mal à se tirer du sommeil. Ordres laconiques, gestes mécaniques qui font plus de bruit que les paroles. Lits au carré. Toilette sommaire. On est sans doute quelque part dans les Balkans.

2Sept soldats sont désignés pour une mission qui nécessite un trajet en bus, un armement individuel, des caisses de munitions. Les interrogations restent sans réponses. À Dzoni, jeune recrue (Relja Popovic) qui essaie de s’informer, un compagnon plus mature conseille la discrétion : “Pose pas trop de questions.” Le spectateur est réduit à encore plus d’ignorance. Seule la rugosité du langage rappelle les Balkans. On est quelque part dans l’ex-Yougoslavie qui se déchire. Une guerre larvée qui n’ose pas dire son nom. Le trajet est encore long, chaotique, à travers une nature écrasée de chaleur (37°). On échange une gorgée d’eau, une cigarette, quelques confidences d’abord anodines, puis beaucoup plus personnelles (enfant, Dzoni accompagnait son père à la pèche…).

3La vérité éclatera comme des balles dans la peau. Le commando était un peloton d’exécutions sommaires. L’expédition punitive un prétexte, relayé par les mensonges de la radio officielle. Les braves types vont se transformer en monstres, à grand renfort de breuvages alcoolisés pour étouffer les scrupules. Ils feront même du zèle dans l’ignominie. Dzoni, le pur, avec son visage poupin, à peine sorti de l’enfance, ne sera pas le dernier à céder au démon. Comme un ange exterminateur.

4Ce film est né d’un travail en ateliers (en résidence au Festival de Cannes en 2005). Son propos est de dénoncer la violence ordinaire, pas seulement en temps de guerre, puisqu’ici la nature paisible semble se désolidariser de l’action. Peut-être que cette volonté démonstrative, renforcée par le jeu minimaliste d’acteurs non professionnels, donne parfois une certaine raideur théorique (le fameux effet Lucifer par exemple, transposable dans des situations autres que guerrières).

5C’est pourtant ce qui en fait la force, puisqu’il donne à l’auteur la possibilité d’analyser, presque scientifiquement, les comportements de violence générés par les conflits. Et puis, au final, n’y a-t-il pas une autre leçon, plus subversive ? Quand la situation bascule dans l’irrationnel et l’inhumain, il est légitime, voire nécessaire, de résister.

6Dans son dépouillement, ce film est fait pour heurter les mauvaises consciences.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Videau, « Ordinary people », Hommes et migrations, 1281 | 2009, 215.

Référence électronique

André Videau, « Ordinary people », Hommes et migrations [En ligne], 1281 | 2009, mis en ligne le 29 mai 2013, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/425

Haut de page

Auteur

André Videau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org