Navigation – Plan du site
Chroniques
Cinéma

Laïcité inch’Allah

Film documentaire tunisien de Nadia El Fani
André Videau
p. 154

Texte intégral

  • 1 Bedwin Hacker (2002) ; Ouled Lenine (2008).

1C’était avant le déclenchement des “printemps arabes”, Nadia El Fani, jeune cinéaste tunisienne1 et militante féministe, avait mis en chantier un film documentaire qui devait s’inscrire dans le combat pour les libertés fondamentales, trop souvent brimées par les carcans politiques et religieux. Le film devait s’appeler La désobéissance et montrer, à partir d’exemples et de témoignages, comment quelques esprits libres, déterminés ou insouciants, arrivaient à enfreindre les interdits coutumiers qui accompagnaient la période du ramadan.

2Contrairement aux apparences, le moment n’était pas particulièrement bien choisi. La dictature vieillissante et tatillonne de Ben Ali, plombée par la corruption et l’affairisme de sa caste dirigeante, balançait entre la permissivité et la répression, créant un climat permanent d’insécurité qui favorisait la délation, la violence, la dissimulation. La préparation du film réussit à fixer quelques images discordantes de ces temps incertains. Démocrates, athées, agnostiques, penseurs libres de toutes entraves théocratiques, dissidents affirmés de la oumma, croyants d’autres religions ou tout simplement libertaires, hédonistes, sybarites, habituels bons vivants des sociétés arabes, mangeaient, buvaient, philosophaient, échangeaient quelques idées convergentes au cours de pique-niques festifs avec des voisins marocains.

3Et puis survint la révolution du Jasmin. Fulgurante à partir de l’immolation, dans une rue de Sidi Bouzid, de Mohammed Bouazizi, un jeune chômeur plusieurs fois molesté par les forces de l’ordre. La réalité dépassait la fiction. Les foules envahissaient les rues. Des milliers de poitrines clamaient des vérités interdites.

4La réalisation du film pouvait reprendre de plus belle. Il ne fallait pas rater ce rendez- vous avec l’histoire. La Tunisie devenait “le laboratoire” des idées nouvelles. Toutes les forces qui se manifestaient n’étaient pas progressistes. La lutte contre la dictature et la corruption ne devait pas amoindrir les autres revendications de la liberté de conscience. Le tournage du film se poursuivait dans un climat chaud bouillant. Les fondamentalistes avaient beau se faire discrets, se cacher derrière leur barbe ou leur hijab, ils attendaient leur heure, occupaient le terrain, saturaient le discours. “Notre Constitution est le Coran.” Il ne fallait rien laisser passer. “Les mosquées sont pleines…les cafés aussi.

5Le nouveau film en gestation accélérée s’appellerait Ni Allah, ni maître.

  • 2 Des jeunes clandestins tunisiens, qui avaient fui leur pays au moment où l’espoir emplissait les ru (...)

6Le succès fut immédiat. En Tunisie comme à l’étranger. La déferlante religieuse aussi. Menaces. Chantages. Agressions. Les islamistes, spécialistes de la récupération à retardement, donnaient de la voix. Dans un souci d’apaisement et surtout pour éviter la perturbation des projections, le film pour sa sortie grand public prit le titre irréprochable et ironique de Laïcité inch’Allah. À l’heure où les nouvelles de Tunisie n’arrivent pas à dissiper tous nos troubles et projettent une ombre décourageante sur nos illusions un peu trop impulsives2, il faut aller voir ce film à la sincérité brûlante pour redonner du goût à la révolution.

Haut de page

Notes

1 Bedwin Hacker (2002) ; Ouled Lenine (2008).

2 Des jeunes clandestins tunisiens, qui avaient fui leur pays au moment où l’espoir emplissait les rues, ont trouvé la mort dans l’incendie d’un squat en région parisienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Videau, « Laïcité inch’Allah », Hommes et migrations, 1293 | 2011, 154.

Référence électronique

André Videau, « Laïcité inch’Allah », Hommes et migrations [En ligne], 1293 | 2011, mis en ligne le 29 mai 2013, consulté le 24 mars 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/539

Haut de page

Auteur

André Videau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org