Navigation – Plan du site
Dossier : L’intégration en débat

La France sait-elle encore intégrer ses immigrés ?

Michèle Tribalat
p. 60-66

Résumé

Le processus d’intégration mérite d’être clairement défini. S’il est à sens unique, c’est à la personne étrangère de s’adapter aux us et coutumes de la société d’accueil. S’il est à double sens, suivant la définition du Conseil européen reprise par le HCI, il implique une réciprocité de la part de la société française. Pour l’intégrer, il faudrait laisser une place à la culture de l’autre. Or il n’en va pas ainsi. La réussite de l’intégration reste difficile à évaluer.

Haut de page

Texte intégral

1Le rapport La France sait-elle encore intégrer ses immigrés ? est censé répondre à une saisine du Premier ministre datée de 2009 commandant, à l’occasion des vingt ans du Haut Conseil à l’intégration (HCI), “une étude, la plus large et approfondie possible, sur l’efficacité des politiques d’intégration de 1989 à aujourd’hui”.

  • 1 Mon commentaire sur ce rapport, compte tenu de l’espace imparti, privilégie les sujets d’irritation (...)

2Le HCI a choisi un titre qui semble, au premier abord, répondre à la question posée par le Premier ministre, même s’il fait peser sur la seule société d’accueil l’obligation de résultat. Des politiques ont été mises en œuvre. Si les résultats ne sont pas au rendez-vous, c’est peut-être parce que ces politiques ont été mal définies, mal appliquées, avec des buts incertains, à partir d’un mauvais diagnostic, ce dont la France porte effectivement la responsabilité1. Cependant, l’insertion du mot “encore” dans le titre interpelle. Il suggère que la France a su y faire autrefois, bien avant la mise en place de ces politiques d’intégration que l’on cherche à évaluer. Quel était donc ce savoir-faire “spontané” du corps social et quel rapport a-t-il avec la question posée ? La France a su (sans politique publique) ; sait-elle encore (avec des politiques publiques) ? Cette question déborde celle à laquelle le Premier ministre demandait au HCI de répondre – on a mis combien d’argent et pour quel résultat ? – et ouvre des pistes que le HCI n’emprunte guère. Son rapport ne dresse pas non plus le bilan des politiques publiques, dont peu sont finalement des politiques spécifiques, si l’on exclut le dispositif d’accueil et des mesures symboliques telles que la création de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration. Si le HCI incite l’État à évaluer ses politiques publiques, il donne aussi l’impression que la hauteur des moyens consacrés est un élément de l’évaluation. Dépenser de l’argent serait en soi un signe de bonne volonté. Mais reconnaissons que le HCI ne peut guère évaluer des dispositifs pour lesquels l’État n’a prévu aucun processus d’évaluation. C’est sans doute pourquoi le rapport du HCI a déconnecté le constat sur le processus d’intégration, au sens sociologique, des politiques publiques, qui sont abordées plutôt lorsqu’il examine les obstacles au processus d’intégration. Il y aurait beaucoup à dire sur ce rapport, mais je m’arrêterai d’abord sur un point décisif qui conditionne la manière d’apprécier le processus d’intégration et les politiques mises en œuvre : la définition officielle qu’il donne de l’intégration.

Un problème de définition

  • 2 Christopher Caldwell, Une révolution sous nos yeux. Comment l’islam va transformer la France et l’E (...)

3L’intégration n’est pas un objet identifié comme pourrait l’être l’oxygène, gaz sur la formule duquel tous les chimistes s’accordent. C’est une notion floue, à laquelle sociologues et politiques s’échinent à donner un contenu depuis que l’assimilation est devenue un gros mot. L’engouement des politiques européens pour le mot “intégration” s’explique, nous dit Christopher Caldwell, par le fait qu’il n’exige guère autre chose que le “droit de vivre en Europe en étrangers2”. Voyons ce qu’en dit le HCI.

  • 3 Philippe D’Iribarne, Les Immigrés de la République, Impasses du multiculturalisme, Paris, Seuil, 20 (...)
  • 4 Christophe Guilluy, Fractures françaises, Paris, Bourin, 2010, p. 153.

4C’est un processus, tout le monde peut s’accorder là-dessus. Un processus réciproque ? C’est là que les avis divergent. Le HCI n’innove guère en plaçant à équidistance la société d’accueil et l’immigré ; c’est le cas du Conseil européen, et donc de la France à son plus haut niveau, qui a adopté la définition suivante : “L’intégration est un processus dynamique à double sens, de compromis réciproque entre tous les immigrants et résidents des États membres” (premier des onze principes de base communs, Conseil du 19 novembre 2004). Cette définition ignore la volonté des peuples européens, le peuple français notamment qui, dans son écrasante majorité, considère que ce sont les immigrés qui doivent s’adapter aux modes de vie français, et non l’inverse (sondages annuels de la Commission nationale consultative des droits de l’homme). Elle gruge les immigrés (et leurs familles) laissés sans repères pour se figurer ce qui est réellement attendu de leur part pour être considérés comme des Français à part entière3. Si la société se trouve elle-même changée au fil des apports migratoires, ce n’est pas parce qu’elle doit satisfaire à un impératif idéologique d’ouverture a priori, mais par la force des choses. On ne peut attendre des Français qu’ils transforment leur mode de vie, de bon gré, pour s’adapter aux nouveaux venus apportés par une politique d’immigration sur laquelle ils n’ont aucun contrôle démocratique. Poser d’emblée la réciprocité des efforts, c’est transformer les rapports de voisinage en rapports de force dans lesquels les catégories populaires autochtones, n’étant plus les “prescripteurs culturels” (expression empruntée à Christophe Guilluy4) légitimes, peuvent se trouver en difficulté et voter avec leurs pieds, mobilité qui va accroître les concentrations ethniques contre lesquelles le HCI recommande pourtant de lutter énergiquement. Comment le HCI pense-t-il pouvoir quantifier ces efforts réciproques et leur évolution ? Vu l’imprécision du “concept”, le HCI n’hésite pas à l’abandonner en cours de route. Ainsi déclare-t-il p. 116 que “nos compatriotes […] attendent des immigrés et de leurs enfants qu’ils s’adaptent aux valeurs et aux mœurs françaises, c’est-à-dire qu’ils s’intègrent.

Le manque d’outils d’évaluation des politiques publiques

5L’intégration nécessite aussi, nous dit le HCI, une “ouverture à la diversité”, sachant que le terme “diversité” est devenu l’euphémisme préféré pour désigner ce qui vient de l’immigration. La diversité est même souvent hissée au rang de valeur. “Je suis fier d’être issu de la diversité”, entend-on dire aujourd’hui. Rien d’étonnant à ce que le HCI considère cette diversité comme un enrichissement. L’euphémisation ne lui échappe pas, mais il ne sait pas résister à la tentation de s’en servir. Comment entretenir cette disposition d’esprit positive à l’égard de la “diversité” dans la population ? Orwell peut certainement encore nous apprendre bien des choses en la matière. Remarquons simplement que l’ouverture, c’est bien, mais tout dépend à quoi.

6La définition de l’intégration ne s’arrête pas là, mais j’épargne au lecteur mes commentaires sur l’“adhésion” et la “volonté responsable” nécessaires pour “garantir et construire une culture démocratique commune”, collection de vœux pieux auxquels ne conduisent pas nécessairement l’“effort réciproque” et l’“ouverture à la diversité”. Cette définition n’améliore guère, en compréhension et en efficacité, celle déjà vague et éthérée élaborée, par le même HCI, au début des années quatre-vingt-dix. Elle oublie l’essentiel pour beaucoup de Français, la question de la culture et des modes de vie.

7Pour y voir clair, il eût fallu que le HCI explique en quoi pouvait bien consister ce processus d’intégration, qu’il examine dans quelles mesures les attentes avaient été satisfaites ou étaient en voie de l’être, et en quoi des politiques précises avaient contribué au résultat. Ce que l’absence d’instruments d’évaluation des politiques publiques ne permet pas, il faut bien le reconnaître. Le HCI a donc donné une définition vague de l’intégration qu’il est incapable de mettre en œuvre ensuite, d’où le caractère décousu et sans cohérence d’ensemble de son rapport. Je n’en retiendrai ici que quelques points.

8Dans un premier chapitre, le HCI livre un diagnostic très positif bouclé en une dizaine de pages : “L’intégration : ça marche.” Fort de cet heureux constat, il recommande au gouvernement de ne pas baisser la garde et de conforter les moyens (Recommandation n° 1) au cas où la politique publique y serait pour quelque chose. Il étaie son constat de données disparates, dont certaines sont peu informatives ou discutables. Je m’arrêterai sur deux exemples.

9Premier exemple, le fait que les enfants d’immigrés soient plus diplômés que leurs parents (p. 23) ne dit rien des performances du système scolaire français en matière d’intégration. Parmi les parents des jeunes adultes (nés en France en 1981-1986), encore plus de 70 % des pères des jeunes d’origine algérienne, marocaine, portugaise ou turque (82 %), et souvent encore plus de mères, n’ont aucun diplôme ou seulement l’équivalent du certificat d’études primaires (enquête Trajectoires et origines, TeO, 2008). Ces mauvais scores sont heureusement hors de portée du système scolaire français.

Pour une meilleure exploitation des données statistiques

  • 5 Shall the Religious Inherit the Earth, Londres, Profile Books LTD, 2010, p. 176

10Autre point discutable, celui titré : “Des mariages mixtes majoritaires chez les descendants d’immigrés” (p. 27). En fait, c’est des unions en cours dont il est question, ce qui n’est pas la même chose. Le HCI se félicite d’un résultat global (65 % d’unions mixtes chez les enfants d’immigrés), toutes origines confondues après avoir cependant mis en garde contre l’écueil consistant à “considérer que l’immigration est un bloc homogène avec des problèmes d’intégration similaires” (p. 15). Pour avoir travaillé sur les données de l’enquête TeO dont sont tirés ces chiffres, je sais qu’il est trompeur de présenter des indicateurs sur l’ensemble des enfants d’immigrés. Par exemple, 62 % des fils et 51 % des filles d’immigrés ayant connu un premier mariage sont des descendants d’Européens, tout simplement parce qu’ils sont en moyenne plus âgés. La mixité est chez eux très élevée. Plus de la moitié des premiers mariages des garçons et filles d’Européens ont été célébrés avec un(e) Français(e) d’origine (né(e) en France de deux parents nés en France), trois quarts lorsqu’un seul parent est immigré (cas les plus fréquents). Rien de tel chez les enfants d’immigrés du Maghreb, du Sahel ou de Turquie. Moins d’un garçon sur quatre et environ une fille sur huit ayant conclu un premier mariage l’ont fait avec un(e) Français(e) d’origine lorsque les deux parents sont immigrés. Ces proportions sont respectivement de 40 % et de 26 % lorsqu’on examine les premières unions, dont certaines sont des unions libres. C’est seulement lorsqu’un seul parent est immigré que le degré de mixité approche celui des enfants d’Européens. En fait, la mixité ethnique non négligeable dans les unions formées par les enfants dont les parents ont immigré de pays “musulmans” tient à la sécularisation relativement importante de ceux qui appartiennent aux générations les plus anciennes (il s’agit alors surtout de personnes d’origine algérienne), car les unions en dehors de sa religion ne sont pas fréquentes. C’est vrai de toutes les religions, et plus particulièrement de l’islam. La réislamisation des jeunes générations, celles qui vont se marier (ou se mettre en ménage) dans les années qui viennent, ne permet pas d’espérer une progression de la mixité ethnique des unions. Comme l’écrit Éric Kaufmann, “en Europe, la religion semble un obstacle plus important que la race à la mixité5”. La comparaison des mariages interethniques en France avec les mariages entre Noirs et Blancs aux États-Unis, qui ne doivent pas grand-chose à l’immigration, n’est donc guère pertinente. Je regrette également que le HCI entérine l’appellation “population majoritaire” en usage à l’Insee et à l’Ined pour désigner des Français nés en France de deux parents nés en France, que j’appelle “d’origine française” à défaut de mieux. Le concept doit pouvoir se transporter sur des zones géographiques où la population majoritaire est minoritaire.

Une évolution en demi-teinte sur la question de l’islam

11Enfin, si certaines recommandations sont tout à fait justifiées – c’est le cas, par exemple, en matière d’amélioration des données produites par la statistique publique, d’élaboration d’outils d’évaluation ou plus simplement d’application de la loi –, d’autres sont inacceptables.

12Page 79, le HCI affirme que c’est “au Conseil français du culte musulman qu’il appartient de faire comprendre et accepter le cadre constitutionnel laïque et républicain à ceux qui se considèrent comme musulmans”. A-t-on demandé, en 1905, aux curés et à la hiérarchie catholique d’être les porte-parole de la laïcité ? Les musulmans ne sont pas la chasse gardée du CFCM. L’État et les collectivités locales doivent s’adresser à eux comme à d’autres. Le CFCM est une organisation cultuelle, dont le mode de désignation repose sur la taille des bâtiments et dont les jeux de pouvoir internes évoluent donc au gré de la puissance foncière des uns et des autres. Que le CFCM n’ait pas encore abouti, depuis sa création en 2003, à une représentation en rapport avec les fidèles des lieux de culte en dit long sur son fonctionnement. Dans ces conditions, comment oser recommander que l’on confie l’exclusivité de l’encadrement et de la formation à pareille instance et à ses petites sœurs régionales ? De toute façon, en la matière, l’État n’a ni carotte ni bâton. La loi de 1905 le lui interdit.

  • 6 Christopher Caldwell, op. cit., p. 322.

13Malgré toutes les critiques que l’on peut faire au rapport de 2011, force est de reconnaître que le ton sur l’islam a quand même un peu changé. J’en prendrai un exemple : le refus, en 2000, du HCI de parler des mariages religieux célébrés avant le mariage civil, dont les imams de Roubaix visités en décembre 1999 nous avaient dit qu’ils étaient la règle. Le HCI de 2011 recommande (p. 76) un rappel à la loi auprès, non pas des imams, ce qui semblerait manquer de neutralité, mais de toutes les autorités religieuses. Nous retrouvons là une manière d’avancer en Europe dans la “domestication” de l’islam, très bien décrite par Christopher Caldwell. Nulle décision ne peut se prendre si elle semble viser seulement l’islam. C’est pourquoi la loi de 2004 sur les signes religieux à l’école a joint au voile islamique les kippas et les grandes croix (dont personne n’a jamais vraiment su à quelle pratique elles faisaient référence) afin d’interdire le voile à l’école6.

14Malika Sorel n’a pas souhaité signer ce rapport et n’a pas pu, non plus, faire connaître son opinion dissidente. J’ai expérimenté les mêmes problèmes lors de mon court passage au HCI, il y a quelques années. Il faudrait que le HCI se fasse aux avis dissidents. Ce serait une manière de rendre le rapport lui-même moins contorsionné, en raison des compromis de rédaction que le HCI est quand même obligé de faire, et d’éclairer la complexité des sujets qu’il traite.

Haut de page

Notes

1 Mon commentaire sur ce rapport, compte tenu de l’espace imparti, privilégie les sujets d’irritation, alors que j’aurais pu en faire une lecture générale plus positive à certains égards. Mais, connaissant le mode de fonctionnement du HCI pour en avoir été membre en 1999-2000, je sais que mes critiques lui seront plus utiles que mes points d’accord.

2 Christopher Caldwell, Une révolution sous nos yeux. Comment l’islam va transformer la France et l’Europe, Paris, éditions du Toucan, 2011, p. 213.

3 Philippe D’Iribarne, Les Immigrés de la République, Impasses du multiculturalisme, Paris, Seuil, 2010.

4 Christophe Guilluy, Fractures françaises, Paris, Bourin, 2010, p. 153.

5 Shall the Religious Inherit the Earth, Londres, Profile Books LTD, 2010, p. 176

6 Christopher Caldwell, op. cit., p. 322.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michèle Tribalat, « La France sait-elle encore intégrer ses immigrés ? », Hommes et migrations, 1294 | 2011, 60-66.

Référence électronique

Michèle Tribalat, « La France sait-elle encore intégrer ses immigrés ? », Hommes et migrations [En ligne], 1294 | 2011, mis en ligne le 31 décembre 2013, consulté le 28 mai 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/568 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.568

Haut de page

Auteur

Michèle Tribalat

Directrice de recherche à l’Institut national des études démographiques (Ined)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org