Navigation – Plan du site
Dossier : L’intégration en débat

Voir ou ne pas voir, telle est la question !

Est-il si difficile, dans un lycée, de reconnaître une tenue manifestant une appartenance religieuse ?
Sophie Mazet
p. 94-99

Résumé

Au début de l’année 2011, l’apparition de robes longues portées par quelques élèves dans un lycée de Saint-Ouen a bouleversé la vie de l’établissement et relancé le débat autour des signes religieux ostentatoires à l’école. Ces robes tomberaient en effet sous le coup de la loi du 15 mars 2004 sur l’interdiction du port de signes religieux dans l’enceinte scolaire. De nouveau, le clivage s’est instauré entre défenseurs de la laïcité et promoteurs d’une liberté d’expression visant à affirmer une différence culturelle.

Haut de page

Texte intégral

1Au lycée Auguste-Blanqui de Saint-Ouen, certaines élèves viennent en cours vêtues de longues robes noires ou de couleur sombre. Ces tenues sont apparues il y a approximativement deux ans. Seules deux ou trois élèves les portaient puis, entre décembre 2010 et février 2011, le nombre est passé à une dizaine. Le 11 mars 2011, la direction du lycée a convoqué quelques-unes de ces élèves pour leur rappeler la loi de 2004 : l’interdiction de porter à l’école des tenues par lesquelles on manifeste ostensiblement une appartenance religieuse. L’“affaire des longues robes”, comme elle a été appelée par les médias, mérite qu’on y revienne pour éclaircir certains points.

Le début de l’affaire

  • 1 Ces références sont dans des recueils de fatwas dont les éditions originales sont assez difficiles (...)

2Cette tenue pose un problème : comment savoir s’il s’agit ou non d’un signe religieux ? C’est le premier point qui fait débat. Contrairement au voile simple ou au niqab, elle n’est pas très connue en France : son apparition est relativement récente et somme toute marginale. Elle ne couvre effectivement pas la tête, même si, parfois, le voile que les jeunes filles ôtent en entrant dans l’établissement est fait du même tissu et cousu ou attaché à l’encolure de la robe. Tenue religieuse, tenue culturelle, ou les deux ? La question n’est pas simple. Une chose est sûre en tout cas, cette tenue ne relève pas, comme certains voudraient nous en persuader, de quelque fantaisie adolescente. Il suffit en effet de quelques recherches pour trouver qui prescrit le port de ces robes, et dans quels pays : elles correspondent exactement aux recommandations de cheikh Bin Oussaïmine, Bin Baz 1 et du Jilbab-al-Mar-Al-Mouslima de cheikh Al Albani et plus généralement aux prescriptions de “savants” du wahhabisme d’Arabie Saoudite, un islam rigoriste et liberticide, désavoué d’ailleurs par la plupart des musulmans. Pas grand-chose de culturel. Les “robes” se nomment “abayas”. Certaines des élèves qui ont été convoquées ont d’abord admis qu’elles les portaient pour manifester leur appartenance religieuse. Cependant, elles ont toutes très vite adopté un autre discours, le même pour toutes : en fait, c’est une tenue culturelle et rien d’autre. Une élève a mis en avant le fait qu’elle ne la mettait pas tout le temps : elle avait compris que le port régulier pouvait peser dans la balance et faire interpréter sa tenue comme un signe religieux.

3Effectivement, on peut imaginer que le fait de ne jamais porter autre chose relève de la sacralisation. Simplement, cet argument est tenable uniquement parce que l’on connaît mal les abayas : si un élève se présente au lycée avec une kippa sur la tête ou un grand crucifix autour du cou, le fait qu’il ne les porte qu’un jour n’en fera pas moins des signes religieux. Et s’il dit que ces éléments sont pour lui uniquement culturels, cela n’en changera pas pour autant non plus la nature. Là, le signe est moins identifiable.

  • 2 C’est une référence à la loi du 15 mars 2004 sur les signes religieux à l’école. Les propos m’ont é (...)

4Ce qu’il y a de remarquable, c’est la façon dont l’affaire a très vite pris des proportions énormes. Pourquoi les robes longues ont-elles bouleversé la vie du lycée et créé un battage médiatique assourdissant pour ceux qui étaient au milieu de la tempête ? Suite aux premiers entretiens du vendredi 11 mars, un homme accompagnant la mère de l’une des jeunes filles convoquées a demandé à être reçu, le mardi 15 mars 2011, dans le bureau de la proviseure. Il se présentait comme imam et oncle de la jeune fille en question. Il lui a été répondu que cela n’était pas possible pour le moment et qu’il fallait prendre rendez-vous, comme il est d’usage pour tout un chacun, parent, élève ou enseignant désirant s’entretenir avec un proviseur. Devant son insistance, la direction a fini par accepter de le recevoir. Il a accusé le lycée de vouloir, avec ces convocations, “célébrer l’anniversaire d’une loi liberticide 2”. L’homme est membre du Collectif cheikh Yassine (CCY), un groupe ultrareligieux surtout connu du grand public pour ses manifestations violentes contre Hassen Chalghoumi, l’imam de la mosquée de Drancy en janvier 2010.

Tentatives de récupération

5C’est à la suite de cet entretien que tout s’est emballé. Le CCY a posté sur son blog une version de l’affaire, très partiale et truffée d’éléments erronés. Il a fallu très peu de temps pour que cette version des événements soit diffusée parmi les élèves, avec qui les jeunes filles concernées se sont rapidement entretenues. Elles ont même créé une page Facebook : “Entraide filles de Blanqui.” Le jeudi 17 mars au matin, ce sont près de 70 élèves qui se sont présentées au lycée vêtues, en signe de soutien, qui d’ une abaya, qui d’une djellabas (parfois unie, souvent colorée ou imprimée, ce qui montre la confusion entre signe religieux et signe culturel). Le même jour, dans l’après-midi, un autre groupuscule ultrareligieux, Forsane Alizza (“Les Cavaliers de la fierté”), a tenté de créer un happening devant le lycée. Trois de ses membres ont accroché à la grille du square en face du lycée une banderole où l’on pouvait lire : “Islamophobe [sic], ON EST LA [sic].” Ils ont également tenté de distribuer des tracts aux élèves, avec très peu de succès.

6C’est donc le 17 mars 2011 que l’affaire a pris des proportions importantes. La blogosphère a abondamment commenté l’événement et fait circuler un grand nombre d’informations erronées qui ont été reprises sans que ceux qui les relayaient aient pris soin de s’interroger sur leur véracité ou remettent en question la légitimité des sources. Par exemple, le Collectif cheikh Yassine est régulièrement présenté comme “un collectif de soutien à la Palestine”, sans plus. Sur les forums, des menaces de mort ont été proférées contre la direction du lycée et les conseillers d’éducation. Des appels à les suivre dans la rue ont été lancés. Des plaintes ont été déposées, et les personnes menacées ont demandé la protection juridique du fonctionnaire. La semaine suivante, les médias traditionnels se sont saisis de l’affaire. Deux jours durant, des journalistes ont stationné devant le lycée pendant plusieurs heures.

La communauté scolaire perturbée

7Les élèves ont d’abord, on l’a vu, montré un soutien sans réserve aux jeunes filles. Le soufflé est cependant retombé assez vite, le nombre d’élèves en djellaba aussi. Cependant, les événements ont marqué les esprits et, sur Internet, l’affaire a enflé. La jeune fille responsable de la page Facebook “Entraide filles de Blanqui” n’a cessé d’appeler ses camarades à porter des djellabas, abayas et jilbabs. Une affiche (ci-contre) est apparue, admirablement conçue, où l’on voit une jeune musulmane dont la robe est déchirée à la “longueur tolérée”. Un événement “journée de la robe le lundi 21 mars” a été créé sur Facebook, abondamment relayé sur le réseau social et dans la blogosphère. Le lundi 21, cependant, la journée de la robe a fait pschitt. Les élèves sont pour la grande majorité retournés à leurs études, mais ont beaucoup parlé de l’affaire. Le jeudi 24, une alerte à la bombe a entraîné la fermeture du lycée pour la matinée, perturbant ainsi très efficacement la communauté scolaire. En fin de compte, cette affaire aura sûrement radicalisé quelques élèves qui en auront conclu que l’administration raciste abusait de son autorité pour brimer des jeunes filles, mais elle aura permis aux autres de s’interroger et de s’informer sur la laïcité, et d’exercer leur esprit critique face aux tentatives de manipulations dont ils ont fait l’objet.

8Pour ce qui est des enseignants, c’est plus complexe. Les réactions ont été très différentes ; pour les comprendre, il faut d’abord penser qu’ils ont plus présent à l’esprit le contexte politique que les élèves. Le contexte, c’est bien sûr en grande partie le débat de l’UMP sur l’islam, dont l’idée a été lancée mi-février mais qui avait été bien vite transformé début mars en débat sur la laïcité.

9Beaucoup de professeurs désapprouvent la décision de l’administration, mais à plusieurs degrés. Il y a ceux qui, très clairement, pensent que ces robes ne sont pas des signes religieux et s’en tiennent à la position commune adoptée par les jeunes filles en question : c’est un vêtement culturel ; l’administration du lycée n’avait donc pas à intervenir. D’autres pensent qu’il s’agit peut-être d’un signe religieux mais désapprouvent les convocations. Sur une tonalité un peu différente, il y a ceux qui pensent que le moment est mal choisi parce que la laïcité est un combat de second ordre qu’il ne sert à rien de mener tant que les difficultés économiques et sociales du pays et surtout des quartiers défavorisés ne sont pas résolues.

10À l’opposé, quelques collègues approuvent les convocations, mais ils sont extrêmement minoritaires. Enfin, il y a ceux qui approuvent le fait d’avoir rappelé le principe de laïcité à ces jeunes filles, qui pensent que cela était nécessaire, mais que le moment était mal choisi et qu’un début d’année aurait été plus approprié ou bien qu’il aurait fallu agir deux ans plus tôt lorsque la première jeune fille s’est présentée vêtue de son abaya. Pour ce qui est du Syndicat national des enseignements de second degré (SNES), majoritaire au lycée Blanqui, la position officielle est d’appeler à l’apaisement : les jeunes filles sont scolarisées normalement et il convient de poser la question du signe religieux ou culturel au rectorat, voire au ministère.

11C’est en ce sens qu’un courrier, signé par une quarantaine d’enseignants et personnels du lycée, est adressé au rectorat, pour demander une position officielle, une audience et un soutien. Une délégation d’enseignants et personnels, dont je fais partie, est effectivement reçue par la directrice de cabinet du recteur de l’académie de Créteil. Lors de l’entretien, il nous est dit très clairement que le rectorat ne peut pas prendre position et recevoir les familles, ni émettre un avis officiel.

  • 3 La composition du groupe de réflexion figure sur le site du HCI.

12L’Union des familles laïques, qui a entendu parler des événements, a très vite proposé son soutien et fait part de l’affaire au groupe permanent de réflexion et de propositions sur la laïcité auprès du Haut Conseil à l’intégration. Coordonné par Alain Seksig, ce groupe a rapidement souhaité obtenir plus de renseignements 3.

13Le 7 avril, j’ai été longuement auditionnée au HCI. D’un avis unanime, les membres présents ont soutenu le lycée. Il est apparu à tous que l’abaya ne peut être considérée autrement que comme un signe religieux dont l’affichage, au sein d’un lycée public, tombe sous le coup de la loi du 15 mars 2004. Tous ont pris le temps d’écouter en détail et de réfléchir à la question en étant informés. Ce ne fut pas le cas de tout le monde.

Épilogue

14Le HCI a soutenu la décision du lycée Blanqui. Le rectorat n’a pas donné suite. Aucun conseil de discipline n’a eu lieu et les jeunes filles continuent de venir en cours vêtues de leur abaya, quasiment en nombre identique à ce qu’il en était avant l’affaire.

Haut de page

Notes

1 Ces références sont dans des recueils de fatwas dont les éditions originales sont assez difficiles à trouver sous forme papier, bien que les volumes de vulgarisation abondent, comme Amr Salim, Ma sœur, voilà comment Allah et son Messager voudraient que tu sois, Bruxelles, éditions Al Hadith, 2006.

2 C’est une référence à la loi du 15 mars 2004 sur les signes religieux à l’école. Les propos m’ont été rapportés par des membres de l’administration du lycée présents lors de l’entretien. Ils ont été repris, le jour même, verbatim, sur Internet par le Collectif Cheikh Yassine : http://soutienpalestine.blogspot.com/2011/03/musulmanes-otez-cette-robe-longue-qui.html

3 La composition du groupe de réflexion figure sur le site du HCI.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Mazet, « Voir ou ne pas voir, telle est la question ! », Hommes et migrations, 1294 | 2011, 94-99.

Référence électronique

Sophie Mazet, « Voir ou ne pas voir, telle est la question ! », Hommes et migrations [En ligne], 1294 | 2011, mis en ligne le 31 décembre 2013, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/578

Haut de page

Auteur

Sophie Mazet

Professeure agrégée d’anglais, dirige aussi un “cours d’autodéfense intellectuelle”

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org