Navigation – Plan du site
Chroniques
Cinéma

Des vents contraires

Film français de Jalil Lespert
André Videau
p. 139

Texte intégral

1Pour son deuxième passage à plein-temps derrière la caméra, tentation récurrente pour de nombreux jeunes comédiens, après Vingt-quatre mesures (2007), Jalil Lespert, valeur sûre de la jeune génération – Nos vies heureuses de Jacques Maillot (1999), Un dérangement considérable de Bernard Stora (2000), Ressources humaines de Laurent Cantet (2000), Le petit lieutenant de Xavier Beauvois (2005), Le promeneur du Champ-de-Mars de Robert Guédiguian (2005)… –, a pris la solide garantie de l’adaptation d’un roman à succès d’Olivier Adam. Il réussit un film attachant.

2Cela au prix de quelques modifications, mais surtout grâce à une touche de sensibilité personnelle et à cette empathie naturelle que certains acteurs récemment convertis à la réalisation semblent éprouver pour leurs interprètes, et qui les guide dans une direction aux limites du fusionnel. À titre d’exemple, il y a longtemps que Benoît Magimel n’avait été aussi bon. Parfois engagé dans des aventures hasardeuses, soit heurtant de façon pas toujours probante son tempérament difficile à maîtriser, soit s’y pliant de façon docile et conventionnelle. Il n’a pas été toujours facile d’être un ex-enfant prodige, plongé dans le cinéma depuis l’âge de seize ans, comme dans “un long fleuve tranquille” ! Son statut de père abandonné et d’écrivain en panne lui permet une salutaire mutation. Son goût pour le romanesque fictionnel l’entraîne vers des paroxysmes où s’affrontent le père, le frère, le fils, le mari éconduit, l’ami, entourés d’une kyrielle de personnages secondaires, tous traités avec déférence et interprétés avec des exigences et des profondeurs de rôles majeurs.

3Qu’est-ce qui n’a pas tourné rond dans l’existence de Paul Anderen ? Sa carrière littéraire, suivie avec conviction par son éditeur (Daniel Duval), ne connaît que les difficultés normales de la création. Outre qu’elle lui a donné deux beaux enfants, Clément et Manon (Hugo Fernandez et Cassiopée Mayance), sa femme Sarah (Audrey Tautou), médecin cancérologue réputé, pourvoit au standing du couple. Et puis soudain Sarah disparaît et tous les repères se brisent.

4Le film bascule et s’exile de Paris à Saint-Malo. Le héros se clochardise, s’humanise, renoue avec la famille (son frère, humble garagiste jadis méprisé : Antoine Duléry), se solidarise avec d’autres exclus, comme sortis des romans de Kérouac, Carver ou John Fante, comme ce père, déchu de ses droits paternels et qui en mourra, sous les yeux de son fils (sublimé par la présence de Azzedine Bouabba, Ramzy Bédia se livre au plus stupéfiant des contre-emplois) ; comme ce fantastique clochard mobil-homesque présumé assassin (Bouli Lanners). Sans oublier les femmes que captive ce séducteur maladroit, veuf à jamais : Aurore Clément, la féerique voisine, Marie-Ange Casta, troublante et troublée, trop jeune élève de l’auto-école, Isabelle Carré, la policière touchée au cœur, Lubna Azabal, victime impitoyable…

5Vous aurez du mal à résister à ces vents contraires. Ils en valent la peine. Au-delà des tourments et des tornades, Jalil Lespert et ses comédiens inspirés nous apportent un air plus tonique. On aime ça.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Videau, « Des vents contraires », Hommes et migrations, 1294 | 2011, 139.

Référence électronique

André Videau, « Des vents contraires », Hommes et migrations [En ligne], 1294 | 2011, mis en ligne le 29 mai 2013, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/594

Haut de page

Auteur

André Videau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org