Navigation – Plan du site
Chroniques
Cinéma

Une vie meilleure

Film français de Cédric Kahn
André Videau
p. 140

Texte intégral

1La crise, partout invoquée, ne semble pas affecter le cinéma français qui affiche plutôt une bonne santé exubérante.

2On pourrait penser que la production (et le succès) se mobilise sur des sujets légers pour combattre la morosité ambiante. Pas seulement. Si Intouchables de Nakache et Toledano, Les neiges du Kilimandjaro de Guédiguian ou Le Havre de Kaurismäki tiennent du conte de fées humaniste, tantôt sur le mode désopilant, tantôt avec un lyrisme qui reste militant, ou encore avec un réalisme poétique qui préserve les émotions, c’est avec une gravité sans ménagement que Cédric Kahn aborde dans Une vie meilleure les réalités de ces temps difficiles. Les déconvenues du couple Nadia/Yann (Guillaume Canet/Leïla Bekhti) sont exposées sans le moindre travestissement de leur quotidien mis à mal.

3Réalisateur sobre et rigoureux que depuis ses débuts (Bar des rails et Trop de bonheur) on tient en haute estime, Cedric Kahn procède à une mise à nu des rapports amoureux, sans misérabilisme ni concessions aux poncifs du jour. Les conditions matérielles de leur installation auront vite raison de l’amour fougueux qui s’est emparé de Yann et Nadia dès leur première rencontre, de saper leur projet d’avenir. Les déboires du couple mixte Breton/Beurette, catho/musulmane n’entrent pas en ligne de compte. Ils ne voient pas ces différences. Ils sont jeunes, beaux, fauchés et ambitieux. Elle élève seule son enfant de neuf ans. Il est célibataire. Une vie meilleure, ils en partagent le rêve. Leur idylle va se concrétiser lors d’une balade dominicale qui ouvre des perspectives pour chacun. À l’orée du bois et du lac qui jouxtent la ville, ils découvrent une auberge-fermette à l’abandon (poutres apparentes et barbecue de briques). Slimane Khettabi caracole dans le sillage de ce nouveau papa crédible et créatif. Les amants comblés n’ont plus qu’à inventer la recette pour accéder à la propriété.

4Ce n’était hélas qu’un leurre. Un petit cuistot de cantine et une serveuse de bar n’ont aucune chance de triompher des emprunts bancaires et autre crédits “rivolving”.

5Nadia ira faire de la prison au Canada (un nouveau rôle ravageur pour celle qui devient l’égérie d’une génération). Yann s’entêtera à sortir tout le monde de la mouise.

6Guillaume Canet au comble de son talent. Slimane Khettabi tout simplement bluffant avec des scènes d’anthologie qui devraient rafraîchir la mémoire de Jean-Pierre Léaud (épisode des baskets volées, scène des poissons…).

7Enragés dans leur quête, les personnages de Cédric Kahn ne vous lâcheront pas.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Videau, « Une vie meilleure », Hommes et migrations, 1294 | 2011, 140.

Référence électronique

André Videau, « Une vie meilleure », Hommes et migrations [En ligne], 1294 | 2011, mis en ligne le 29 mai 2013, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/595

Haut de page

Auteur

André Videau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org