Navigation – Plan du site
Chroniques
Livres

Genevieve Bührer-Thierry, Charles Meriaux, La France avant la France (481-888)

Paris, Belin, collection “Histoire de France”, 2011, 688 pages, 36 euros
Mustapha Harzoune
p. 142-143
Référence(s) :

Genevieve Bührer-Thierry, Charles Meriaux, La France avant la France (481-888), Paris, Belin, collection “Histoire de France”, 2011, 688 pages, 36 euros

Texte intégral

1Revenons aux origines. Il est bon parfois d’y retourner, moins pour se souvenir que pour aider à comprendre et peut-être se libérer de quelques démons et fariboles. Là n’est certes pas le dessein des auteurs de La France avant la France (481-888), Geneviève Bührer-Thierry et Charles Mériaux. Ce volume appartient à une enthousiasmante entreprise des éditions Belin : rassembler en 13 tomes l’Histoire de France depuis 481 jusqu’en 2005. Joël Cornette, accompagné de Jean-Louis Biget et Henry Rousso, est à la manœuvre de l’ensemble. Cela donne une magnifique collection, riche d’une forte et belle iconographie, qui puise aux dernières découvertes de l’archéologie et à une relecture des sources écrites. En ouvrant les cuisines du “métier d’historien”, les derniers chapitres invitent à “participer à la construction de l’histoire”. “Écrire l’histoire n’est jamais une activité neutre” et, s’agissant des Mérovingiens, des Gaulois, des Francs, de la bataille de Poitiers ou de la défaite à Roncevaux, les auteurs montrent comment la postérité s’arrange avec l’histoire et les mémoires pour satisfaire d’autres objectifs que ceux de la connaissance et de l’entendement. Tout cela est passionnant et instructif.

2La réhabilitation des Mérovingiens, puis la description de la société carolingienne offrent l’intérêt d’une plongée dans ce premier âge de la France : l’histoire du christianisme, de l’urbanisation, des constructions spatiales, des constitutions et démembrements des empires, des compositions politiques, des alliances et contre-alliances ; l’émergence des élites ; l’histoire économique et bien sûr la longue formation d‘un peuple dont l’origine se perd dans les mystères des brassages humains, culturels, linguistiques, où se mêlent les mondes gallo-romain, chrétien et germanique.

3Ce check up historique, cette radiographie sociale permet de mesurer ce que la France d’aujourd’hui doit à cette France en ébauche, cette France d’avant la France : comment se mettent en place les principes organisationnels et idéologiques et les forces sociales au fondement d’une domination pluriséculaire : l’aristocratie en premier lieu (qui n’est pas composée des seuls Francs), le renforcement d’une centralité royale et l’amorce d’une sacralisation du pouvoir, les éléments culturels et religieux constitutifs d’une société, le poids du militaire et du foncier sur lequel se constitue le patrimoine (et la domination) aristocratique… Osons un anachronisme : cette aristocratie en formation et en devenir constitue, avant l’heure, une sorte d’Internationale, le Davos des Mérovingiens et des Carolingiens : à la fin du ixe siècle, elle “ne se définit pas par ses origines ethniques, ni même culturelles, mais par la multiplicité des points d’ancrage, l’étendue de ses réseaux et aussi par le service du roi. Pour ces élites, l’origine locale était moins importante que l’identité, qui reposait sur l’appartenance au groupe gouvernant l’empire, l’aristocratie impériale. Ce qui permet de concevoir l’empire comme un vaste réseau formé de l’ensemble de ces groupes de parenté, tous plus ou moins interconnectés.

4Commencées dès le ive siècle, les transformations se font sur le mode de l’évolution plus que de la rupture, et ce dès l’arrivée en Gaule en 407 de ces Germains assimilés ici davantage à des “migrants” qu’à des barbares envahisseurs. La Gaule se transforme, devient un “creuset” (déjà !) : le “creuset de nouvelles identités politiques : les royaumes romano-barbares des Wisigoths, des Burgondes et des Francs”, “d’ethnogenèse” des peuples, d’un syncrétisme identitaire des traditions romaine, gauloise, germanique et d’autant d’adaptations. C’est au début du ixe siècle que les Vikings ou Normands débarquent, tout aussi menaçants, davantage peut-être, que ces Sarrasins installés dans le sud du pays.

5Si le Rhône, la Saône, la Meuse et l’Escaut semblent dessiner les limites “naturelles” du royaume de France, le traité de Verdun (août 843) qui marque la formation des “frontières” de la France médiévale ne correspond à aucune communauté déjà constituée. Quid de ce découpage “alors qu’il s’agit en réalité de conglomérats de peuples et de territoires sans aucune unité” ? “En réalité, ainsi que l’avait bien vu déjà Fustel de Coulanges, ‘le partage ne fut pas fait pour les peuples, mais pour les ‘vassaux’, c’est-à-dire par et pour l’aristocratie impériale (…). C’est donc le regroupement des clientèles aristocratiques autour de chacun des rois carolingiens qui est le principal responsable de la ligne de partage entre les royaumes’.”

6Pas de territoire national qui ne soit proprement “naturel”, point non plus d’unité de langue sur laquelle fonder le ciment identitaire, le ciment distinctif. Ainsi, au temps de Charlemagne, “il n’y avait pas une seule langue romane, ni de frontières linguistiques bien établies, et tout laisse penser que les grands personnages du monde carolingien devaient pouvoir se débrouiller dans les trois langues : latine, romane et germanique, comme le prouve la version trilingue du serment de Strasbourg que Nithard nous a conservée.

7L’universalité portée par l’évêque de Rome aura raison d’un monde d’une prodigieuse diversité (voir Édouard Glissant, Les Entretiens de Bâton Rouge, Paris, Gallimard, 2008) et “même si le début des persécutions systématiques ne commence qu’un bon siècle plus tard [milieu du xe siècle], la logique d’inclusion et d’ordonnancement de la société qui se développe à partir de l’époque carolingienne ne peut conduire, à terme, qu’à une logique d’exclusion”, dont seront victimes les Juifs.

8L’histoire est un legs et l’héritage est ici somptueux et imposant. Au cœur de ce patrimoine, se nichent, impalpables, les idées de mouvement, de bifurcations, de rencontres, d’échanges, de brassages et une forte dose de pragmatisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mustapha Harzoune, « Genevieve Bührer-Thierry, Charles Meriaux, La France avant la France (481-888) », Hommes et migrations, 1294 | 2011, 142-143.

Référence électronique

Mustapha Harzoune, « Genevieve Bührer-Thierry, Charles Meriaux, La France avant la France (481-888) », Hommes et migrations [En ligne], 1294 | 2011, mis en ligne le 29 mai 2013, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/600

Haut de page

Auteur

Mustapha Harzoune

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org