Navigation – Plan du site
Chroniques
Livres

Gaston-Paul Effa, Je la voulais lointaine

Paris, Actes Sud, 134 p., 2012, 15,80 euros
Nicolas Treiber
p. 150
Référence(s) :

Gaston-Paul Effa, Je la voulais lointaine, Paris, Actes Sud, 2012, 134 p., 15,80 euros

Texte intégral

1Partir vers l’ailleurs permet de rompre avec ses racines. Peut-être ce qu’a cru le narrateur de Je la voulais lointaine. Le départ pour la France d’un jeune homme africain, ses études en philosophie, son amour, son métier de professeur, son désir d’écriture servent de cadre à Gaston-Paul Effa pour ce roman intense qui questionne les tréfonds de l’identité humaine. Construire une vie nouvelle sur les ruines de l’ancienne à cause d’une transmission inachevée, ratée, de la part d’un grand-père, Elé, qui meurt avec ses traditions. Croire qu’en partant on oubliera. Il n’en est rien. Il s’agit seulement d’un mirage causé par la distance, d’une équation simpliste qui masque la présence vibratoire de ce que l’on quitte par le voyage, ses origines, sa terre natale devenue étrange, presque étrangère. Mais ce qui est passé sous silence n’est pas mort, tout le contraire. Par l’acte même qui le cache, le passé dévoile son action intime, il taraude, il attend. Car il est impossible de vivre longtemps amputé d’une part de soi-même. Prenant des airs de conte, le retour vers l’Afrique se fera dans l’euphorie d’un chemin retrouvé. La mémoire ressuscitée de son grand-père révèle au narrateur la voie de la réconciliation, “qu’ici même, entre deux touffes d’herbe, s’instaurait à nouveau, si j’y consentais, le grand ordre de l’universel”. Dans la lignée des romans des années cinquante, comme L’Enfant noir de Camara Laye, L’Aventure ambiguë de Cheikh Hamidou ou Kocoumbo, l’étudiant noir d’Aké Loba, avec des faux airs de témoignage, Gaston Paul-Effa entretient le doute et livre les étapes clés de sa propre légende.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Treiber, « Gaston-Paul Effa, Je la voulais lointaine », Hommes et migrations, 1294 | 2011, 150.

Référence électronique

Nicolas Treiber, « Gaston-Paul Effa, Je la voulais lointaine », Hommes et migrations [En ligne], 1294 | 2011, mis en ligne le 29 mai 2013, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/615

Haut de page

Auteur

Nicolas Treiber

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org