Navigation – Plan du site
Dossier

Discriminations de genre et de race

Logiques communes, risques de concurrence et perspectives de convergence
Olivier Noël
p. 82-91

Résumé

Les phénomènes discriminatoires peuvent concerner de manière simultanée l’origine ethnique, sociale, le genre et l’orientation sexuelle d’une personne. Dans l’accompagnement des victimes, le risque est grand pour les acteurs sociaux de ne considérer qu’un seul de ces critères. Le discriminé pourrait être vu à son tour comme producteur de discriminations et stigmatisé comme tel ou, au contraire, être enfermé dans une posture victimaire. Dans les deux cas, il s’agit de penser ensemble les origines multiples des discriminations.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Olivier Noël, Sociologie politique de et dans la lutte contre les discriminations: au cœur de l’act (...)
  • 2 Olivier Noël, “Un consensus politique ambigu. La lutte contre les discriminations raciales”, in Did (...)
  • 3 Nous faisons référence ici à de nombreuses expériences inspirées de la méthode “moderniser sans exc (...)

1Étudiant depuis de nombreuses années les conditions de reconnaissance du problème public des discriminations et de mise en œuvre d’une action publique efficace1, nous avons dressé le constat d’une difficile politisation de la question par les premiers concernés. Nous avons récemment expérimenté des ateliers coopératifs de lutte contre les discriminations à destination de jeunes de villes et de quartiers populaires pour tenter de définir les conditions sociales et politiques qui permettront de passer d’une logique actuelle de concurrence entre les discriminé(e)s à une logique de luttes politiques convergentes des discriminés pour l’égalité2. Ces ateliers coopératifs s’appuient sur des expériences antérieures de groupes de parole, de formations et d’accompagnement au changement expérimentés par l’Institut social et coopératif de recherche appliquée (ISCRA) depuis 20043. Ces ateliers s’organisent autour de 4  à 5 séquences successives qui visent tour à tour : à favoriser l’expression des jeunes autour d’une question sensible, difficile à aborder, par le biais de jeux ou d’une séance de photo-langage ; à leur donner des outils conceptuels pour décrypter les modalités de production et de coproduction des discriminations, les expériences discriminatoires auxquelles ils sont confrontés ou dont ils sont témoins ; à leur donner des outils juridiques pour faire valoir, le cas échéant, leurs droits ; et enfin à ouvrir des perspectives afin de construire des projets citoyens pour une société plus égalitaire dont ils sont les seuls acteurs. Le point de départ de la réflexion que nous développons ici fait suite à une série observations récurrentes qui interrogent la complexe articulation entre les questions de genre et de race.

Deux séries d’observations empiriques

2La première série d’observations a été effectuée lors de la mise en œuvre d’ateliers coopératifs au sein d’un lycée professionnel en Île-de-France. Lors de ces ateliers, nous avons constaté que les jeunes filles ne choisissaient jamais, lors de la première séance dédiée au photo-language, les photos relatives à l’égalité hommes-femmes, aux discriminations de genre, aux luttes féministes, et qu’elles privilégiaient chaque fois des photographies relatives à la ségrégation raciale aux États-Unis, à l’apartheid ou aux luttes anti-racistes. Lorsque nous leur avons demandé pourquoi elles n’avaient pas choisi de photographies relatives aux questions de genre, elles nous ont répondu qu’elles ne se sentaient pas concernées : “C’est pas pour nous” ; “C’est normal qu’on ne les ait pas prises, on est noires” ou “on est arabes” ; “On se sent plus touchées par la discrimination [raciale], le reste ne nous concerne pas directement. Dans ce premier cas de figure, les jeunes filles ne se sentent pas spontanément concernées par les discriminations de genre.

3La deuxième série d’observations, également effectuée en Île-de-France lors d’un diagnostic préalable à la mise en œuvre d’un plan local de lutte contre les discriminations, nous a permis de constater que, sur le territoire concerné, les rares initiatives municipales et associatives déjà conduites visaient à agir sur les discriminations qui seraient produites par les jeunes eux-mêmes, plus précisément les jeunes garçons.

4Nombre d’actions visent ainsi à les sensibiliser à la question de l’égalité hommes-femmes à partir de constats établis par les professionnels du territoire concerné : “On travaille sur la discrimination hommes-femmes parce qu’on veut faire baisser la violence de genre. Il y a durcissement des conduites des filles pour résister [à l’oppression des garçons]” (structure d’écoute). Certaines de ces actions sont construites à partir d’un postulat implicitement “culturaliste” des porteurs de projets qui mérite d’être questionné : “On a organisé un débat ici sur les relations filles-garçons, ça n’a rien donné, on sentait le poids de la famille sur l’éducation. L’ambiance était pesante et la parole pas libre. Les relations hommes-femmes, c’est un problème. Cela renvoie les jeunes issus de l’immigration à leur identité. Mais je ne fais pas de règle. Pour les peuples immigrés, il faut tenir compte d’un background culturel différent” (structure d’animation). Dans ce second cas de figure, les jeunes garçons sont visés de façon volontariste par des actions qui ne concernent pas les discriminations, notamment raciales, auxquelles eux-mêmes peuvent être confrontés. Donc ils ne se sentent pas concernés.

Un premier présupposé : tout le monde discrimine… surtout les discriminés

  • 4 Olivier Noël, Jeunesses en voie de désaffiliation, une sociologie politique de et dans l’action pub (...)

5Le fait même de vouloir agir sur un certain type de discriminations dont les jeunes seraient les producteurs est significatif de la volonté sinon de la difficulté des acteurs associatifs et des collectivités locales qui les soutiennent d’agir sur les systèmes discriminatoires. Ce type d’action fait l’impasse sur le fait que la probabilité de discriminer implique une position ou des attributs de pouvoir même minimes dont les jeunes visés sont souvent faiblement pourvus sinon totalement dépourvus. Au mieux, les actions conduites se transforment alors en une invitation morale à plus de tolérance avec des effets limités sinon contre-productifs. Ce glissement fréquent inverse la logique d’imputation qui, comme nous l’avons montré dans de précédents travaux, confond le“problème public des discriminations4” en ce qu’il devrait interpeller les pouvoirs publics locaux et les acteurs professionnels et associatifs avec les “problèmes des publics discriminés”.

Un deuxième présupposé : les jeunes garçons des quartiers populaires incarnent le sexisme

  • 5 Laurent Mucchielli, Le Scandale des tournantes. Dérives médiatiques et contre-enquête sociologique, (...)

6Cette préoccupation autour du sexisme des jeunes des quartiers populaires émerge dans un contexte particulier qui mérite d’être questionné. À partir des années deux mille, le “scandale des tournantes”, analysé par Laurent Mucchielli5 au terme d’une enquête mobilisant un important corpus de données empiriques (notamment une analyse des dossiers judiciaires), pointe les effets pervers des logiques qui sous-tendent la médiatisation du scandale. Laurent Muchielli, par une approche socio-historique, conteste l’aggravation et la nouveauté du phénomène. Et il remet en cause le lien de causalité établi par les mêmes observateurs :

  • 6 Laurent Mucchielli, op. cit., p. 31.

“Dans une version ultra-majoritaire, les viols collectifs seraient un phénomène sinon entièrement nouveau et caractéristique des jeunes des cités. Il y aurait une liaison fondamentale entre ce phénomène, les autres types de violences et les spécificités culturelles des immigrés maghrébins et noirs africains6.”

  • 7 Les résultats ont été rendus publics en 2007. L’enquête s’est déroulée auprès d’un échantillon repr (...)

Ce lien de causalité est invalidé par l’enquête Enveff (Enquête sur les comportements sexistes et les violences envers les filles7) qui souligne leur caractère structurel dans tous les milieux sociaux comme dans les travaux pionniers de Christelle Hamel sur la racialisation des violences sexistes :

  • 8 Christelle Hamel, “De la racialisation du sexisme au sexisme identitaire”, in Migrations Société, v (...)

“Au cours des deux dernières décennies, les relations entre les sexes parmi les migrants du Maghreb et leurs enfants français ont régulièrement attiré l’attention : les ’affaires’ de mariages forcés, de crimes d’honneur et du voile ont tour à tour été médiatisées. Avec la récente focalisation sur les viols collectifs, les pratiques sexistes dans ’les quartiers’ ont à nouveau dominé l’actualité politique et médiatique. Ces pratiques furent insérées dans les débats sur la ’délinquance’, ’l’insécurité’ et sur ’l’intégration des jeunes issus de l’immigration’, débats qui marquèrent les campagnes électorales lancées début 2001 pour les municipales, la présidentielle, puis les législatives de 20028.”

Troisième présupposé : sexisme et racisme relèveraient de logiques différentes sinon concurrentes

  • 9 Nacira Guénif-Souilamas, Éric Macé, Les Féministes et le Garçon arabe, La Tour d’Aigues, Éditions d (...)
  • 10 Christelle Hamel, op. cit.

7Dans un tel contexte politique et médiatique, il n’est pas surprenant que les questions de sexisme et de racisme qui alimentent les systèmes discriminatoires soient clairement différenciées sinon opposées par nombre d’acteurs de terrain comme le souligne de façon significative cet extrait d’entretien : “Dans les matinées citoyennes, on aborde aussi la question des discriminations, sous plein de formes différentes. Cette année, c’était [l’association] ’Pour qu’elle revienne’ qui est intervenue sur les rapports hommes-femmes, mais l’élue en charge des discriminations a réorienté le débat sur les discriminations. Il [de l’association] n’était pas très content que cela ait glissé. Mais bon, peut-être que parler des discriminations en général, c’est plus facile que de parler des discriminations filles-garçons” (structure d’animation). Dès lors, le risque est grand que la lutte contre le sexisme ne soit que le travestissement de logiques racialistes9. Christelle Hamel souligne d’ailleurs que ce type d’approche a un effet pervers car, loin de faire diminuer les violences sexistes, “les logiques racistes qui se cachent derrière l’anti-sexisme tendent à les renforcer10”. Il y a en germe – dans ce type d’action – un effet notoire qu’elle nomme “sexisme identitaire” :

  • 11 Christelle Hamel, op. cit.

“Aujourd’hui, le renvoi des émigrés du Maghreb et de leurs enfants à cette altérité indépassable a pour particularité de s’élaborer par la dénonciation récurrente des violences sexistes et par la construction de représentations spécifiques des hommes et des femmes11.”

  • 12 Nous définissons comme minoritaire – au sens psychosociologique et non juridique – un groupe dont l (...)
  • 13 Même si les récentes affaires – Dominique Strauss-Kahn, directeur général du FMI, et Georges Tron, (...)

Autrement dit, les discours médiatiques et politiques pointent du doigt une seule catégorie de la population minoritaire12désignée comme seule coupable des violences envers les femmes. Cette mise en lumière permet de taire ce qui se passe ailleurs. De cette manière, les majoritaires sont moins susceptibles d’être coupables de toute affaire de sexisme ou de violences faites aux femmes puisque la focale est mise sur d’autres13. Le sexisme traverse pourtant l’ensemble de la société et sa dénonciation est souhaitable sinon nécessaire à condition qu’elle ne se contente pas de mettre la focale sur des situations aussi horribles soient-elles (comme la mort de Sohane brûlée vive à Vitry en 2002). Il faut qu’elle soit étayée par des analyses qui décrivent, permettent de mieux comprendre et d’expliquer les mécanismes à l’œuvre dans les rapports sociaux de sexe en ne se contentant pas de les imputer seulement à une culture posée comme fondamentalement sexiste.

Une perspective de changement : passer du concernement singulier à l’intéressement général

  • 14 Nous conduisons des travaux sociologiques sur cette problématique depuis vingt ans et accompagnons (...)

8Certains propos, recueillis lors du travail d’enquête en Île-de-France, viennent souligner les risques d’une certaine forme de racialisation de l’homophobie aux travers semblables à ceux que nous venons de décrire quant à la racialisation du sexisme. Comme en témoigne l’extrait d’entretien ci-après : “On ne vous dira jamais qu’on est dans un quartier les plus homophobes de Paris, même de la part de responsables d’associations, d’origine étrangère, notamment quand il y a des réunions avec les institutionnels. Il faudrait des campagnes contre l’homophobie ici, et dans le Marais des actions contre les discriminations raciales. Leur rappeler ici qu’ils sont victimes de discrimination, c’est les enfermer dans un système” (association culturelle). Contrairement à ce qui est affirmé dans cet extrait d’entretien, nos analyses et expérimentations inscrites dans la durée14 nous permettent de dire aujourd’hui que la reconnaissance des discriminations vécues, celles qui concernent directement les jeunes, est un préalable indispensable. Nous avons certes constaté une banalisation persistante des préjugés sexistes et homophobes – qu’il ne s’agit surtout pas de nier ou de relativiser – mais surtout nous avons observé un retournement des positions des jeunes à l’issue de ces mêmes ateliers. Dès lors que les mêmes jeunes qui exprimaient au départ des sentiments homophobes ou sexistes voient reconnus le racisme et les situations de discriminations qu’ils ont eux-mêmes vécues en raison de leur origine, de leur couleur de peau, ils remettent progressivement en cause leurs préjugés sexistes et homophobes initiaux pour pointer du doigt, lors de sessions suivantes, des glissements à caractère sexiste ou homophobe qui émergent au sein du groupe :

“ Tu peux pas dire ça parce que si tu dis ’sale pédé’ c’est comme si tu disais ’sale Noir’ ou ’sale Arabe’. Tu sais aussi bien que moi ce que ça fait. Le racisme et l’homophobie, c’est la même chose.”

Nous en tirons aujourd’hui au moins un enseignement, c’est qu’il importe en premier lieu de travailler à partir des expériences sensibles et subjectives des discriminations vécues avant de vouloir sensibiliser les jeunes aux enjeux abstraits d’une égalité universelle et à la tolérance aux différences. Aussi, plutôt que de leur imposer a priori une approche sectorielle autour d’un critère de discrimination dont ils seraient supposément les victimes (exemple des jeunes filles qui ne se reconnaissent pas dans les discriminations de genre) ou les auteurs (des jeunes garçons des quartiers populaires supposément sexistes et homophobes), il importe de concevoir une configuration pédagogique qui permette de passer du concernement singulier (l’expérience sensible de la discrimination) à l’intéressement général (un enjeu d’égalité universelle). Dans le cas contraire, les actions dites “de lutte contre les discriminations” s’exposent au risque de n’être que dans une logique d’assignation voire de stigmatisation.

Des logiques de construction historique communes mais des luttes le plus souvent spécifiques

  • 15 Elsa Dorlin (dir.), Black Feminism. Anthologie du féminisme africain-américain, 1975-2000, Paris, L (...)
  • 16 Saïd Bouamama, Jessy Cormont, Yvon Fotia, Les Discriminations multifactorielles, genre, race, class (...)
  • 17 Ann Laura Stoler, “Genre et moralité dans la construction impériale de la race” (traduit de l’angla (...)
  • 18 Colette Guillaumin, Sexe, race et pratique du pouvoir. L’idée de nature, Paris, Côté-femmes, 1992.

9Ces quelques observations empiriques sont une invitation à inventer des approches qui favorisent le décloisonnement des approches sectorielles pour construire une approche intersectionnelle des discriminations en les abordant comme facteurs indissociables d’un même processus. Le titre significatif d’un ouvrage paru au début des années quatre-vingt aux États-Unis, Toutes les femmes sont blanches, tous les Noirs sont hommes mais nous sommes quelques-unes à être courageuses, dévoilait la double exclusion des femmes noires d’un féminisme blanc et bourgeois et d’un nationalisme noir sexiste15. Les féministes noires américaines ont ouvert la voie à un champ de réflexion qui révèle des articulations complexes, subtiles, des logiques de discriminations simultanées de race, de classe, de genre et d’orientation sexuelle. Ces perspectives d’analyse sont encore peu développées16 en France tant les travaux portant sur le genre/sexe, les classes sociales, les questions ethno-raciales, la jeunesse, l’orientation sexuelle, restent encore fortement cloisonnés. Or les questions raciales et sexuelles sont inextricablement enchevêtrées : par une relecture des travaux de Michel Foucault, Ann Laura Stoler17 a bien montré comment “une grammaire raciale sous-tendait les régimes sexuels de la culture bourgeoise”, et selon Colette Guillaumin, sexe et race procèdent d’une même assignation : “Ces catégories occupent une place spécifique dans les rapports sociaux, celles d’être considérées comme des catégories naturelles18.” Le cloisonnement de la réflexion se retrouve d’ailleurs dans les mouvements de lutte, l’action associative et l’action publique. L’histoire de l’anti-discrimination, portée essentiellement par les mouvements féministes en France et en Europe, et par les Noirs aux États-Unis, est là pour nous rappeler qu’elle a souvent été le fruit d’âpres luttes politiques jusqu’à l’obtention de droits à l’égalité sur le terrain juridique avant de pouvoir envisager de transformer ce droit formel en pratiques effectives. Les approches inventées pour lutter contre les discriminations restent également cloisonnées : le gendermainstreaming est une approche centrée sur la problématique de l’égalité hommes/femmes alors que les testings, initiés en France par SOS-Racisme, concernent principalement les discriminations ethno-raciales. Pourtant un obstacle commun se dresse devant celles et ceux qui sont confrontés à une expérience discriminatoire : l’accusation de “victimisation”.

Un obstacle commun: la victimisation

  • 19 Pascal Bruckner, La Tentation de l’innocence, Paris, Grasset, 1995.
  • 20 Olivier Noël, “L’invocation a priori de la ’victimisation’ comme mode d’occultation politique de la (...)

10Notre travail d’enquête nous a permis de recueillir des propos récurrents en ce sens. La notion de victimisation est entendue ici dans un sens singulier qui diffère de l’usage qui peut en être fait dans le champ de la psychiatrie ou de la psychologie où elle désigne les traumatismes psychiques subis par les victimes ou encore en sciences sociales où les enquêtes de victimisation (ou de victimation) visent l’indentification de victimes et donc de préjudices. L’usage qui est en fait ici désigne une tendance coupable des minoritaires (au sens que lui donnent les sociologues de l’École de Chicago) engagés dans une lutte pour l’obtention de droits, pour la reconnaissance de préjudices passés ou de discriminations actuelles, à s’enfermer dans une identité de victime. Elle a donc un sens politique et trouve sa source notamment dans les travaux du philosophe Pascal Bruckner19et elle est régulièrement convoquée aujourd’hui par des essayistes, d’Élisabeth Badinter à Éric Zemmour, en passant par Malika Sorel, pour contester frontalement la légitimité des causes défendues (mémoire de l’abolition de l’esclavage, revendications féministes, discriminations raciales…) ou pour souligner l’outrance, l’exagération de ses porte-parole, jugée indécente, scandaleuse ou risquée pour la cohésion de la société. Le succès de la rhétorique de la victimisation est réel au regard des témoignages ci-après : “Nous, sur le public, c’est plus compliqué, en particulier avec les jeunes, car ils se victimisent. Ils en jouent aussi. Les discriminations existent mais il ne faut pas rentrer pas dans la victimisation. C’est un effet pervers de la discrimination. Il ne faut pas tout ramener au fait que l’on est noir, arabe, femme ou handicapé. La violence augmente et la victimisation aussi. C’est super que l’on reconnaisse les discriminations. Avec le public que l’on a, c’est important de leur apprendre de ne pas être dans un rapport de victime. Notre rôle n’est pas facile. Comment faire que les gens ne s’autodiscriminent pas, une fois qu’ils ont intégré le concept ?” (association d’insertion). “C’est une population qui a tendance à se victimiser. Le stigmate, ils en jouent. Ils jouent les malheureux” (structure de prévention). “Leur rappeler ici qu’ils sont victimes de discrimination, c’est les enfermer dans un système” (association d’aide à la scolarité). La rhétorique de la victimisation, évoquée de façon plus ou moins consciente par nombre d’acteurs, se retrouve dans des rapports publics (Haut Conseil à l’intégration) ou privés (Institut Montaigne), voire dans les propos de chercheurs, y compris certains s’inscrivant dans une science sociale critique20. Et son effet n’est pas seulement cognitif, il est aussi pratique, car nous trouvons désormais sur Internet des sites, notamment de certains centres de ressources politiques de la ville, qui, au titre de la lutte contre les discriminations, conseillent principalement aux professionnels de lutter contre la victimisation.

11La boucle est ainsi bouclée et la question des discriminations est effacée. Or ce que nous vivons aux côtés des jeunes de quartiers populaires confrontés à des expériences discriminatoires nous permet d’affirmer que la logique de victimisation si souvent invoquée, tant redoutée, n’est jamais présente. Ce qui prévaut dans la parole des jeunes, c’est au contraire de la pudeur, de la nuance, de la lucidité, un discernement qui semble largement faire défaut à celles et ceux qui invoquent la logique de victimisation a priori.

Un enjeu de convergence : déconstruire les positions majoritaires

  • 21 Notamment si l’on se réfère aux travaux de Serge Guimond, présentés dans le cahier n° 10-11 des Cah (...)
  • 22 C’est à la suite de l’affaire Gabrielle Defrenne (une hôtesse de l’air belge de la compagnie aérien (...)

12Selon nous, ce que vient mettre au jour cette logique quasi obsessionnelle de la victimisation, c’est l’impensé politique d’une lutte qui opposera toujours minoritaires et majoritaires ; un système qui ne dit pas ses règles concrètes mais invoque seulement ses règles formelles (État, marché). Elle traduit de fait une absence de maîtrise des véritables enjeux que soulève la question – c’est le cas des acteurs professionnels enquêtés – et parallèlement une bonne dose d’arrogance, de mépris et de conservatisme social de celles et ceux qui, comme majoritaires – ayant à la fois une faible probabilité d’être exposés à la discrimination et une plus grande propension à discriminer21 –, la promeuvent pour maintenir leur position majoritaire. L’invocation de la victimisation constitue de fait une politisation “par le haut” (c’est-à-dire par les majoritaires) de la question des discriminations. Une politisation “par le bas” de la question des discriminations impliquerait de se départir du seul statut de “victime” qui fonctionne comme un véritable marqueur moral polémique et négatif enfermant la lutte dans des approches juridiques ou psychologiques individuelles. A contrario, une approche plus collective et plus politique permettrait de voir dans ceux qui osent dénoncer publiquement ces phénomènes les héros ordinaires des luttes contemporaines pour l’égalité, qui s’inscrivent humblement mais sûrement dans les pas de leurs illustres prédécesseurs d’Olympe de Gouges à Louise Michel, de Martin Luther King à Nelson Mandela en passant par Rosa Parks ou Gabrielle Defrenne22.

Haut de page

Notes

1 Olivier Noël, Sociologie politique de et dans la lutte contre les discriminations: au cœur de l’action publique en France, Sarrebruck, Éditions universitaires européennes, 2010, p. 159.

2 Olivier Noël, “Un consensus politique ambigu. La lutte contre les discriminations raciales”, in Didier Fassin (dir.), Les Nouvelles Frontières de la société française, Paris, La Découverte, 2010, pp. 267-290.

3 Nous faisons référence ici à de nombreuses expériences inspirées de la méthode “moderniser sans exclure” et de “l’université du citoyen” conduites en collaboration avec des missions locales (La Ciotat, 2004; Villeurbanne 2008; Limousin, 2010) ou centres sociaux (Blanc-Mesnil, 2010; Lormont, 2011).

4 Olivier Noël, Jeunesses en voie de désaffiliation, une sociologie politique de et dans l’action publique, Paris, L’Harmattan, 2004.

5 Laurent Mucchielli, Le Scandale des tournantes. Dérives médiatiques et contre-enquête sociologique, Paris, La Découverte, 2005.

6 Laurent Mucchielli, op. cit., p. 31.

7 Les résultats ont été rendus publics en 2007. L’enquête s’est déroulée auprès d’un échantillon représentatif de 1 566 jeunes filles de 18 à 21 ans résidant, étudiant ou travaillant en Seine-Saint-Denis. Elle porte sur les situations vécues par les jeunes filles au cours des douze derniers mois et au cours de leur vie, dans les différentes sphères publiques et privées. Cette enquête a été initiée en partant du constat des professionnels de relations sexistes voire violentes entre filles et garçons et de la nécessité de mettre en place des actions de prévention pour lutter en amont contre les violences faites aux femmes.

8 Christelle Hamel, “De la racialisation du sexisme au sexisme identitaire”, in Migrations Société, vol. 17, n° 99-100, 2005, pp. 91-104. [En ligne], consulté le 20 juin 2011: http://www.unice.fr/urmis/IMG/pdf/Hamel.pdf.

9 Nacira Guénif-Souilamas, Éric Macé, Les Féministes et le Garçon arabe, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2004.

10 Christelle Hamel, op. cit.

11 Christelle Hamel, op. cit.

12 Nous définissons comme minoritaire – au sens psychosociologique et non juridique – un groupe dont les membres se trouvent exposés à des désavantages dans l’échange social du fait d’une caractéristique qu’ils détiennent collectivement. Le groupe qui détient l’avantage symbolique et le pouvoir de désavantager a le statut de groupe majoritaire.

13 Même si les récentes affaires – Dominique Strauss-Kahn, directeur général du FMI, et Georges Tron, secrétaire d’État de l’actuel gouvernement – nous conduisent à relativiser ce point de vue, comme en témoigne le récent ouvrage coordonné par Christine Delphy, Un troussage de domestique, Paris, Syllepses, 2011.

14 Nous conduisons des travaux sociologiques sur cette problématique depuis vingt ans et accompagnons depuis une dizaine d’années des dispositifs expérimentaux visant à lutter contre toutes les formes de discrimination. La remarque ci-après s’appuie spécifiquement sur un travail réalisé au sein d’un collectif réuni autour d’un centre social en Île-de-France avec lequel nous avons expérimenté en 2010 et 2011 la mise en œuvre d’ateliers en direction de jeunes au sein même du centre social et d’un lycée professionnel.

15 Elsa Dorlin (dir.), Black Feminism. Anthologie du féminisme africain-américain, 1975-2000, Paris, L’Harmattan, 2007.

16 Saïd Bouamama, Jessy Cormont, Yvon Fotia, Les Discriminations multifactorielles, genre, race, classe, repères pour agir, IFAR-Yalodes, 2010.

17 Ann Laura Stoler, “Genre et moralité dans la construction impériale de la race” (traduit de l’anglais par Didier Renault), in Actuel Marx, n° 38, Paris, PUF, 2005, pp. 75-101.

18 Colette Guillaumin, Sexe, race et pratique du pouvoir. L’idée de nature, Paris, Côté-femmes, 1992.

19 Pascal Bruckner, La Tentation de l’innocence, Paris, Grasset, 1995.

20 Olivier Noël, “L’invocation a priori de la ’victimisation’ comme mode d’occultation politique de la réalité discriminatoir”, in colloque “Lectures internationales des discriminations. Confrontations d’approches institutionnelles, scientifiques et militantes”, Paris, INED, 3-4 juin 2010.

21 Notamment si l’on se réfère aux travaux de Serge Guimond, présentés dans le cahier n° 10-11 des Cahiers de l’URMIS consacré à “Discrimination: les perspectives de la psychologie sociale et de la sociologie”, consultable: http://urmis.revues.org/index175.html

22 C’est à la suite de l’affaire Gabrielle Defrenne (une hôtesse de l’air belge de la compagnie aérienne Sabena, contrainte de partir à la retraite à 40 ans alors que les stewards partent, eux, à la retraite à 55 ans) et le travail de son avocate, Éliane Vogel-Polsky, que l’article théorique 119 du Traité de Rome est devenu le moyen de garantir, au niveau international, un droit fondamental des individus. Gabrielle Defrenne peut être considérée, à ce titre, comme une héroïne de l’anti-discrimination. Les femmes vont donc jouer un rôle central, sinon déterminant, dans l’élaboration et dans l’évolution des dispositions normatives à l’échelle européenne: directive de 1975 sur l’application du principe de l’égalité de rémunération; directive de 1976 sur le principe de l’égalité de traitement dans l’accès à l’emploi, l’accès à la formation, la promotion professionnelle et les conditions de travail; directive de 1978 sur le principe de l’égalité en matière de sécurité sociale. L’ensemble de ces dispositions va être progressivement élargi, transposé dans les législations nationales, et bénéficier à l’ensemble des autres populations discriminées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Noël, « Discriminations de genre et de race », Hommes et migrations, 1292 | 2011, 82-91.

Référence électronique

Olivier Noël, « Discriminations de genre et de race », Hommes et migrations [En ligne], 1292 | 2011, mis en ligne le 31 décembre 2013, consulté le 27 avril 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/635 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.635

Haut de page

Auteur

Olivier Noël

Sociologue de l’Institut social et coopératif de recherche appliquée (ISCRA), maître de conférences associé à l’université Montpellier-III et chercheur associé à l’INED

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org