Navigation – Plan du site
Chroniques
Livres

Sylvie Kande, La Quête infinie de l’autre rive. Épopée en trois chants

Paris, Gallimard, “Continents noirs”, 107 pages, 13,90 euros
Mustapha Harzoune
p. 156
Référence(s) :

Sylvie Kande, La Quête infinie de l’autre rive. Épopée en trois chants, Paris, Gallimard, “Continents noirs”, 107 pages, 13,90 euros

Texte intégral

1C’est à un genre oublié que s’est frottée Sylvie Kandé, Franco-Sénégalaise installée à New York. Après Lagon, lagunesa paru en 2000 chez le même éditeur et postfacé par Édouard Glissant, elle s’adonne à l’épopée, le genre “néo-épique”. Et le lecteur qui embarque pour les côtes américaines ou européennes est emporté par le souffle de l’océan qui est ici l’autre personnage de ces chants, au nombre de trois. Bousculé par le ressac, il reste à bord, accroché au rythme impressionnant du récit, porté par les flots langagiers de Sylvie Kandé, inventifs et impétueux. Curieux de son devenir, il tremble à l’idée de rejoindre les corps qui gisent au fond de la “Maudite mangeuse d’âmes”, car l’auteure, tel Poséidon, brasse les hommes et les embarcations de l’Histoire. Depuis la curiosité de l’empereur malinké Aboubaker II au xive siècle jusqu’aux rêves des modernes harragas, “la quête infinie de l’autre rive” se paie cher et comptant !

2Tout aurait donc commencé en 1310 avec l’expédition de deux cents pirogues de marins et d’autant remplies d’or et de provisions parties vers l’inconnu pour découvrir l’autre extrémité de l’océan. L’échec dut contrarier l’empereur Aboubaker II qui, ni une ni deux, décida de multiplier par dix le nombre des embarcations pour retourner fissa s’aventurer sur les flots océaniques. L’auguste souverain n’affréta pas moins de deux mille bateaux et s’éloigna des siens et des rives africaines. À tout jamais.

3L’histoire ne retient rien de cette épopée malinké. Qu’advint-il d’Aboubaker II et de son expédition ? Nul ne le sait. Alors, Sylvie Kandé décide, elle, d’inventer, d’imaginer : elle fait accoster les Malinké en vadrouille et imagine une rencontre, bien singulière dans l’histoire de l’humanité et des migrations, entre les Indiens du cru et peut-être prétendants à une improbable autochtonie et ces étrangers surgis d’on ne sait où. Grâce à Sylvie Kandé, l’Afrique aurait découvert ce qui n’était pas encore l’Amérique, l’histoire des hommes en aurait (peut-être) été changée et “les grands fonds glauques probablement se dépeuplèrent des pour-être-enchaînés-et-flétris-avant-que-d’être-jetés-tristes-bestiaires-par-dessus-bord-au-bonheur-du-grand-squale”.

4Il n’en fut rien. En revanche, l’expérience des lointains descendants des intrépides Malinké, les harragas des temps modernes, rescapés de la mondialisation à la sauce libérale, de la domination à la sauce coloniale ou de quelque traite négrière à la sauce chrétienne ou musulmane, elle, est bien réelle. L’autre rive devient l’unique objet de leur désir existentiel et de leur quête de dignité.

5Ici, ils sont soixante-dix, serrés sur “un cayuco gâté/équipé vite fait de moteurs-façon/Une épave exhumée de la vase/pour les seuls besoins de la cause/et rafistolée sans rime ni raison”. Sur ses galères, Aboubaker II voulait découvrir l’Amérique, ses rejetons s’esbignent, eux, pour en sortir, de la galère : “[…] ramer pour ramer/Mieux vaut avoir une visée.” Logique, non ? Universellement humain, aussi.

6Les trois chants en disent beaucoup sur la marche du monde, sur les rapports de domination et sur l’invention de nouvelles façons d’être à soi et aux autres.

7Si les hommes, tous les hommes, se déplacent par “goût de l’aventure, soif de connaissances [ou par] nécessités économiques”, le rapport à l’Autre aurait (peut-être) été différent si le continent aujourd’hui américain avait été découvert, un siècle avant Christophe Colomb, par quelques Malinké intrépides et curieux. C’est du moins ce qu’offre à penser Sylvie Kandé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mustapha Harzoune, « Sylvie Kande, La Quête infinie de l’autre rive. Épopée en trois chants », Hommes et migrations, 1292 | 2011, 156.

Référence électronique

Mustapha Harzoune, « Sylvie Kande, La Quête infinie de l’autre rive. Épopée en trois chants », Hommes et migrations [En ligne], 1292 | 2011, mis en ligne le 29 mai 2013, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://hommesmigrations.revues.org/658

Haut de page

Auteur

Mustapha Harzoune

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • Revues.org